Discriminations in the economic sphere: the “motherhood penalty”

The content of this page is currently being translated – We apologize for the inconvenience!

 

Partout dans le monde, les mères souffrent, à des degrés divers, de discriminations qui freinent leur émancipation économique.

Discriminations à l’égard des femmes

Discriminations juridiques

Selon la Banque Mondiale (rapport Les femme, l’entreprises et le droit, 2016) :

  • Seuls 18 pays n’ont aucune loi désavantageant les femmes.
  • Dans 35 pays, les femmes qui survivent à leur conjoint n’ont pas les mêmes droits de succession que les hommes, donc pas les mêmes droits d’accès à la propriété.
  • Dans 18 pays, les femmes doivent obtenir l’autorisation de leur époux pour pouvoir travailler.
  • Dans 16 pays, la fiscalité favorise directement les hommes.
  • Seuls 9 pays ont promulgué les lois exigeant qu’au moins une femme siège au conseil d’administration d’une société cotée en bourse.
  • Dans 167 pays, le congé maternité est obligatoire et 86 pays ont également mis en place un congé paternité, mais seuls 51 pays proposent un congé parental.

Discriminations de fait

De nombreuses discriminations à l’égard des femmes sont liés à des préjugés culturels et des stéréotypes sur leur rôle dans la société. Elles concernent notamment:

  • L’accès à l’éducation et à la formation
  • L’accès au marché du travail (emploi formel) et à la protection sociale
  • L’accès à la propriété (notamment de la terre) et à l’héritage
  • L’accès au crédit et aux services financiers
  • Le niveau de rémunération.

Ségrégation professionnelle

Les femmes occupent le plus souvent des emplois moins qualifiés, moins rémunérés et plus précaires. Elles sont majoritairement présentes dans des secteurs moins rémunérateurs. notamment la santé, de l’éducation, mais aussi la vente. Et elles sont notoirement minoritaires dans des secteurs plus valorisés comme la technologie ou la finance.

Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel

Mère, vendeuse ambulante au Myanmar – Photo de Laurence van Abeele

Le niveau participation des femmes au marché du travail reste très inférieur à celui des hommes: globalement, 75,1% des hommes exercent une activité salariée, un pourcentage qui tombe à 49,6% pour les femmes.

Les femmes sont par contre surreprésentées dans le secteur informel, en particulier dans les pays en développement ou lorsqu’elles sont migrantes. Ce sont des femmes qui “travaillent à leur compte”, par exemple comme vendeuse ambulante, aide domestique, employée saisonnière ou agricultrice de subsistance.

D’après ONU Femmes, en Asie du Sud, plus de 80 % de femmes ne travaillant pas dans le secteur agricole occupent des emplois informels ; en Afrique subsaharienne, elles sont 74 % ; en Amérique latine et dans les Caraïbes, 54 %.

Non seulement ces femmes du secteur informel travaillent pour des revenus systématiquement plus bas et dans des conditions précaires, mais elles sont également privées de la protection sociale qu’offre un emploi salarié – notamment d’une assurance santé, de congés payés (y compris pour la maternité), et d’une pension de retraite.

 

Le “plafond de mère” ou “motherhood penalty”

En plus des obstacles qu’elles doivent affronter en tant que femme, les mères sont également discriminées dans le monde du travail, du fait de leur statut de mère.

Source: ONU Femmes 2016

Ces discriminations à l’égard des mères concernent particulièrement l’embauche, le niveau de rémunération, l’avancement de leur carrière au sein de l’entreprise et l’accès aux postes à responsabilités.

Ce “plafond de mère” est de mieux en mieux documenté et reconnu. En 2016, le Bureau International du Travail (BIT) a publié pour la première fois, un rapport sur les écarts de salaire liés à la maternité. Celui-ci montre clairement que des écarts de salaires existent, non seulement entre les hommes et les femmes, mais également entre les mères et les femmes qui n’ont pas d’enfant.

“Mothers around the world face the same crucial pressure of providing financially for their families’ well-being, while also needing to provide the nurturing and caregiving necessities of their household. It is fair to say that globally, mothers have responded to this pressure by working even harder and for more hours, to the detriment of their own personal time. Yet they are still paid significantly less than their male counterparts or childless female cohorts.
It has been suggested that mothers earn less than childless women because they are less productive. In fact, they are penalized for going on maternity leave, for possibly not putting in as much ‘face time’ at work as their childless peers, for having to turn down jobs that require overtime, and for daring to ask for part-time work. They are simply victims of the perception/stereotype that women with children are not as much ‘into’ their jobs as others because they are distracted by the caring and nurturing requirements of their households.”
Extract from MMM Contribution to the book Family Future,
edited by the UN in 2014 for the 20th anniversary of the 20th anniversary of the international year of the family

 

Les écarts de pensions donnent la mesure du plafond de mère

Ecarts de pension entre les hommes et les femmes en fonction du nombre d’enfants dans une sélection de pays de l’UE – Extrait de The Gender Pension Etude de Fraunhofer Institute for Applied Information Technology (FIT) 2013

Les écarts de pensions de retraite entre les hommes et les femmes, en particulier quand elles sont mères, sont le résultat, non seulement d’interruptions de carrière liées à la maternité, mais également de l’accumulation de ces discriminations qu’elles subissent tout au long de leur vie active.

Les mères peuvent-elle tout avoir – famille et carrière ?

Alors que les hommes progressent le plus professionnellement entre 30 et 40 ans, c’est justement durant cette tranche d’âge que les mères freinent leur carrière pour privilégier leur famille… Et quand elles reviennent à 40 ans, c’est souvent trop tard – Sauf si elles se sont battues bec et ongle pour rester dans la course !

Comme l’a montré la polémique suscitée en 2012 par l’article de Anne-Marie Slaughter dans The Atlantic, Why women still can’t have it all, toutes les femmes ne sont pas d’accord entre elles. Mais fondamentalement, une mère ne devrait pas avoir à choisir. Dans un contexte de vieillissement de la population, les entreprises doivent reconnaitre le potentiel que représente les mères, notamment celles qui reviennent sur le marché du ravail quand leurs enfants sont plus grands.

Les entreprises, et la société dans sont ensemble, doivent accepter que les femmes – et les hommes – puissent avoir besoin, à certaines périodes de leur vie, de se mettre en retrait pour assumer des responsabilités familiales ou autres, et faciliter leur retour à la vie professionnelle après ces périodes de ralentissement.

 

Latest News from MMM and its Network

Let’s unite in solidarity!

18.12.18

Mothers, grandmothers and great grandmothers, let’s unite in solidarity! During the Holiday Season, MMM member associations are mobilised. Let’s support their actions with generosity! Happy Holidays to all!

Lire plus

Viallaite: a little step… but a huge impact, or how to improve nutrition and reduce infant mortality

15.12.18

Viallaite, an association active in Cameroon, joins the MMM network. Its objective is to encourage breastfeeding and healthy nutrition, to guarantee good health for both mother and baby.

Lire plus

Stop Sexual Violence Against Women – And restore their dignity

14.12.18

This is the leitmotif of Mamas for Africa, a new member association of Make Mothers Matter, active in the Democratic Republic of Congo.

Lire plus

Statement on the Work-life balance Directive proposal negotiations: A swift agreement is needed more than ever

03.12.18

Today, a trialogue meeting among the Council of the EU, Parliament, and Commission to reach a common text on the EU Work-Life Balance Directive proposal is taking place.

Lire plus

Civil Society Joint Statement: Time to stop obstetric violence

25.11.18

Brussels, International Day for the Elimination of Violence against Women - Mothers need positive pregnancy and birth experiences, as well as respectful maternity care. Worldwide, laws and practice still do not

Lire plus

Making social protection work for and with mothers

20.11.18

UN New York , 63rd Commission on the Status of Women - MMM Statement highlights that the 2 main pillars of social protection, health and income security, are particularly relevant for mothers and their children

Lire plus