Appel à l’action : faire de 2024, l’année européenne de la santé mentale des femmes

09.10.23

En juin de cette année, la Commission de l'Union européenne (UE) a annoncé une nouvelle initiative hautement prioritaire visant à améliorer la santé mentale de tous les Européens.

Cette initiative met l’accent sur la promotion de la santé mentale, la prévention et l’intervention précoce, ainsi que sur la reconnaissance du fait que la santé mentale ne se résume pas à la santé (c’est-à-dire qu’il faut également tenir compte des divers déterminants sociaux). Cette initiative fait suite à de nouveaux rapports indiquant que les problèmes de santé mentale touchent aujourd’hui environ 84 millions de personnes (1 sur 6) dans l’UE et que les implications sociétales et financières de ces problèmes pour nos sociétés sont considérables, puisqu’elles s’élèvent à environ 600 milliards d’euros i.

Si Make Mothers Matter (MMM) se félicite de ces progrès, nous demandons à la Commission européenne d’aller plus loin et d’inclure spécifiquement la question des femmes et des mères qui sont les premières personnes à s’occuper de la société et les principaux leviers de changement au sein de nos communautés. La santé des femmes, tant physique que mentale, se présente souvent différemment de celle des hommes et, en tant que telle, nécessite une approche plus adaptée et centrée sur le patient. Ceci étant dit, la santé des femmes est, en général, très peu étudiée dans les domaines de la médecine et de la santé publique, car les femmes ont toujours été exclues des études. C’est particulièrement vrai pour les femmes qui subissent le poids supplémentaire d’autres formes d’inégalités, fondées par exemple sur la race/l’ethnie ou le statut socio-économique.ii Ce que nous savons, c’est que la santé mentale des femmes, aussi importante soit-elle, jette également les bases, si elles choisissent de devenir mères, d’un développement sain de l’enfant, d’une dynamique familiale positive et en fin de compte, de communautés plus heureuses et plus saines pour nous tous. L’UNICEF a déclaré que les 1 000 premiers jours de la vie d’un bébé constituent la période critique pour lui donner les meilleures chances de survivre et de s’épanouir[iii], et ces 1 000 jours commencent dès le début de la grossesse et se poursuivent jusqu’au deuxième anniversaire de l’enfant. Cette période est une occasion unique d’établir les bases d’une santé et d’un développement optimaux tout au long de la vie.

Malheureusement, même dans l’UE, la santé mentale maternelle est largement négligée dans les programmes de santé infantile et ce sans raison claire.

On ne saurait sous-estimer l’importance d’œuvrer pour changer cette situation, ni les raisons pour lesquelles nous devrions tous nous sentir concernés et être enclins à agir.

Quelques chiffres :

  • 1 femme sur 5 souffre d’un trouble mental diagnostiqué, contre 1 homme sur 8.iv
  • 47 % des femmes sont considérées comme présentant un risque élevé de développer les symptômes d’un trouble de la santé mentalev; ce risque augmente considérablement pendant et après la grossesse.
  • Les femmes déclarent souvent qu’elles font passer les besoins des autres avant les leurs, y compris le fait d’être l’aidant principal ou unique, comme étant leur principale responsabilité en matière de soins.vi
  • Si la santé mentale maternelle peut toucher les femmes de tous horizons, celles qui appartiennent à des minorités raciales et ethniques ou qui ont un faible statut socio-économique sont plus à risque ; elles sont également moins susceptibles d’avoir accès à des soins de qualité.vii
  • La stigmatisation est l’obstacle le plus souvent cité pour empêcher les femmes de rechercher des soins, notamment parce qu’elles craignent d’être considérées comme une « mauvaise mère ».viii

La santé mentale maternelle est généralement définie comme la santé mentale d’une femme pendant la grossesse, l’accouchement et la première année qui suit la naissance. Alors que la naissance d’un enfant est un événement qui change la vie et qu’il est normal de se sentir parfois dépassé et anxieux, les troubles mentaux plus chroniques qui nécessitent parfois une intervention ne sont pas suffisamment évoqués ouvertement. En conséquence, de nombreuses nouvelles mères ont l’impression qu’il n’y a que peu de soutien et que la charge est trop lourde pour être portée par elles-mêmes.ix   Selon l’Organisation mondiale de la santé, 10 % des femmes enceintes dans le monde et 13 % des femmes qui viennent d’accoucher souffriront d’une mauvaise santé mentale, le plus souvent d’un trouble de l’humeur tel que la dépression post-partum.x Ces chiffres sont encore plus élevés dans les pays en développement.xi
Malheureusement, on pense qu’une grande majorité des cas de mères en difficulté ne sont pas signalés et/ou ne sont pas traités.xii  Une fois encore, la stigmatisation est l’obstacle le plus souvent cité dans le processus de recherche de soins des femmes.xiii   Les effets négatifs de cette situation sont nombreux, tant pour la mère que pour l’enfant. Ils peuvent avoir des effets durables et causer une multitude de problèmes, tels que la capacité d’une mère à élever son ou ses enfants, voire à prendre soin d’elle-même. Les nourrissons sont très sensibles à leur environnement et à l’attachement mère-enfant, de sorte que ceux qui sont élevés par une mère en difficulté courent également un plus grand risque de souffrir de troubles mentaux en grandissant ; cela devient cyclique, se transmettant de génération en génération.xiv  Ils sont également plus vulnérables aux handicaps physiques et aux maladies, pratiquement tout au long de leur vie[xv]. Dans ce contexte, nous avons désespérément besoin de trouver des moyens de mieux soutenir les mères à travers les hauts et les bas (normaux) de la grossesse et de la parentalité, améliorant ainsi la santé des enfants et cela commence par la reconnaissance du problème et la mise en place d’un espace de discussion. MMM se joint à d’autres groupes de femmes pour défendre cette cause et attirer l’attention sur son importance.

Recommendations

Sur la base des recherches existantes, il convient d’adopter une perspective plus proactive, inclusive et axée sur le parcours de vie, en s’occupant de la femme à tous les différents chapitres de sa vie et en rendant les soins dédiés plus accessibles et de meilleure qualité. Néanmoins, chaque femme aura besoin ou souhaitera différents types de soins, et ceux-ci doivent également être mis à disposition gratuitement : elle doit être en mesure de faire les choix qui lui conviennent le mieux et d’être soutenue dans ces décisions. Il s’agit également de renforcer la composante « santé mentale » dans la formation de tous les prestataires de soins, ainsi que leurs compétences spécifiques et culturelles en matière de genre.

La Commission européenne et les organes directeurs des États membres pourraient être d’une aide précieuse dans l’élaboration d’un programme politique visant à faire de la santé mentale maternelle et plus généralement de la santé et du bien-être des femmes, une priorité absolue. Cela pourrait impliquer la mise en place d’un espace pour entendre les mères parler de leurs expériences, ce que nous sommes fiers de défendre souvent à MMM.

Nous appelons donc l’UE à faire de 2024 l’année de la santé mentale des femmes.

Les décideurs politiques pourront alors utiliser cette année pour (1) fixer des objectifs de changement réalistes, (2) allouer des fonds suffisants et (3) développer des programmes de suivi efficaces. Le plus important est d’écouter les personnes concernées et de savoir comment elles aimeraient être soutenues. La Commission européenne et les États membres, avec le soutien d’organisations comme la nôtre peuvent alors s’efforcer de fournir les ressources nécessaires et d’élaborer un plan d’action pour l’avenir.

La santé mentale maternelle est importante. Ce que nous faisons actuellement n’est tout simplement pas suffisant ni acceptable. Nous devons tous travailler ensemble en tant que puissants défenseurs : des mères plus heureuses et en meilleure santé signifient des communautés plus heureuses et en meilleure santé pour nous tous.

Par Emma Holloway, stagiaire en politique de santé maternelle et infantile à MMM

References

[i] European Commission. (2022). Mental Health. https://health.ec.europa.eu/non-communicable-diseases/mental-health_en
[ii] Pilav, S., De Backer, K., Easter, A., Silverio, S., Sundaresh, S., Roberts, S., & Howard, L. (2022). A qualitative study of minority ethnic women’s experiences of access to and engagement with perinatal mental health care. BMC Pregnancy and Childbirth, 22(421). https://doi.org/10.1186/s12884-022-04698-9
[iii] UNICEF. (2017). FIRST 1000 DAYS: THE CRITICAL WINDOW TO ENSURE THAT CHILDREN SURVIVE AND THRIVE. https://www.unicef.org/southafrica/media/551/file/ZAF-First-1000-days-brief-2017.pdf
[iv] Health Assured. (2023). Women’s mental health: the statistics. https://www.healthassured.org/blog/women-s-mental-health-the-statistics/
[v] Homewood Health (n.d.). Women’s Mental Health. Retrieved September 21, 2023, from https://homewoodhealth.com/corporate/blog/womens-mental-health#:~:text=Some%20enlightening%20facts%20about%20women%27s,the%20rate%20of%20young%20men.
[vi] Cleal, O. (2023). Women tend to sacrifice their mental health for others. Here’s what the Liptember Foundation is doing about it. Women’s Agenda. https://womensagenda.com.au/latest/women-tend-to-sacrifice-their-mental-health-for-others-heres-what-the-liptember-foundation-is-doing-about-it/
[vii] Pilav, S., De Backer, K., Easter, A., Silverio, S., Sundaresh, S., Roberts, S., & Howard, L. (2022). A qualitative study of minority ethnic women’s experiences of access to and engagement with perinatal mental health care. BMC Pregnancy and Childbirth, 22(421). https://doi.org/10.1186/s12884-022-04698-9
[viii] Mental Health Technology Transfer Center. (n.d.). Perinatal Mental Health. Retrieved September 21, 2023, from https://mhttcnetwork.org/centers/global-mhttc/perinatal-mental-health
[ix] Cleal, O. (2023). Women tend to sacrifice their mental health for others. Here’s what the Liptember Foundation is doing about it. Women’s Agenda. https://womensagenda.com.au/latest/women-tend-to-sacrifice-their-mental-health-for-others-heres-what-the-liptember-foundation-is-doing-about-it/
[x] World Health Organization. (n.d.). Maternal mental health. Retrieved September 21, 2023, from https://www.who.int/teams/mental-health-and-substance-use/promotion-prevention/maternal-mental-health
[xi] Ibid.
[xii] Mental Health Technology Transfer Center. (n.d.). Perinatal Mental Health. Retrieved September 21, 2023, from https://mhttcnetwork.org/centers/global-mhttc/perinatal-mental-health
[xiii] Ibid.
[xiv] Canadian Paediatric Society. (2004). Maternal depression and child development. Paediatric Child Health, 9(8), 575-583. https://doi.org/10.1093/pch/9.8.575
[xv] Ibid

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Retour sur notre conférence « Women at the peace table »

20.06.23

Artisans de la paix dans le monde, ils et elles sont venus du monde entier pour apporter leur voix et leur soutien au message principale de la conférence : il

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L'actualité de la délégation de MMM à l'Union européenne

Mothers Can-Ramener les mères au travail

13.05.24

MMM travaille sur le projet "Mothers Can - Ramener les mères au travail", un partenariat européen entre six pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Roumanie, Espagne et Grèce). Le projet vise à soutenir l'autono

Lire plus

Rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté en investissant dans les enfants et leurs familles

07.05.24

Make Mothers Matter a participé à la conférence "Investir dans un avenir inclusif et équitable pour l'Europe. Garantie européenne pour l'enfance : de l'engagement à la réalité", organisée dans le cadre

Lire plus

La Déclaration de La Hulpe : une étape positive pour la justice sociale dans l’UE

07.05.24

MMM se félicite de l'adoption récente de la Déclaration de La Hulpe (en anglais), sous la présidence belge. Ce document interinstitutionnel vise à façonner l'agenda social futur de l'Union européenne pou

Lire plus

Chaque mère devrait avoir accès aux soins de longue durée dont elle a besoin et qu’elle mérite

20.04.24

Dans une déclaration commune opportune, Make mothers Matter, ainsi que 16 ONG européennes, ont exhorté les décideurs politiques de l'UE à donner la priorité aux soins de longue durée lors de la prochaine

Lire plus

Outils parentaux pour le bien-être mental : rejoignez-nous à Bruxelles pour découvrir les résultats

09.01.24

Le projet "We Learn Everywhere" (WLE) est une initiative pionnière qui a fait des progrès significatifs dans la promotion du bien-être familial par l'éducation et le soutien aux parents et aux enfants à tr

Lire plus

Un « Green Deal » doit inclure un « Care Deal » – la santé mentale maternelle sous les feux de la rampe au Parlement européen

23.11.23

Le 7 novembre, nous avons co-organisé un événement au Parlement européen sur la dépression péripartum avec l'eurodéputée Maria Noichl.

Lire plus