Contribution conjointe du MMM à la consultation publique de la Commission européenne sur la garantie des enfants

12.10.20

Le 7 octobre 2020, MMM, avec ses partenaires  « Alliance for Investing in Children » et l'Association européenne des parents (EPA), a répondu à la consultation publique sur « the Road Map for the Child Guarantee », une initiative visant à garantir que tous les enfants en Europe qui sont menacés de pauvreté, d'exclusion sociale ou défavorisés d’une autre manière, aient accès à des services essentiels de bonne qualité.

Elle recommandera aux pays de l’UE d’investir dans des stratégies et des plans d’action et de les développer afin de garantir que les enfants dans le besoin aient accès à des services gratuits ou abordables tels que

  • L’éducation, y compris l’éducation et l’accueil des jeunes enfants
  • Soins de santé, alimentation et logement
  • Culture et loisirs

Ces contributions soulignent l’importance d’une telle garantie et saluent l’engagement de la Commission Européenne à la porter au niveau d’une recommandation du Conseil avec un cadre de mise en œuvre et de suivi.

La réponse appelle la Commission européenne à intégrer une approche fondée sur les droits par l’inclusion des piliers 1 et 3 de la recommandation du Conseil « Investir dans les enfants » de 2013. Ce qui veut dire permettre aux parents d’accéder à des ressources et aux enfants de prendre part aux décisions

L’insuffisance de moyens des parents

Ceci est un des principaux facteurs de pauvreté des enfants. Les enfants pauvres grandissent dans des familles pauvres .Pour garantir leur développement et l’égalité des chances pour tous, il est essentiel qu’ils aient accès à des services de qualité abordables ainsi qu’à la culture et aux loisirs. Il faut donc que les parents et les personnes qui s’occupent d’eux soient soutenus et disposent d’un revenu suffisant pour ce faire.

Pour prévenir, combattre la pauvreté et l’exclusion sociale des enfants, il faut garantir aux parents :

  • Leur participation au marché du travail grâce à des emplois décents
  • Des salaires minimums équitables
  • L’accès à des allocations de chômage et à un revenu minimum adéquats
  • Un soutien en nature non stigmatisant
  • Des prestations adaptées

Ceci est particulièrement important dans le contexte de COVID-19 qui génère une augmentation de la pauvreté et de l’exclusion sociale des enfants et des familles en raison de la réduction du travail, de l’augmentation du chômage, des faibles niveaux d’aide au revenu et de la hausse des prix.

L’ « Alliance for Investing in Children » a proposé d’intégrer l’accès des parents aux ressources dans chaque domaine de service de la recommandation sur la garantie des enfants.

Nous avons souligné la nécessité de mesures qui soutiennent les parents dans leur libre choix au cours de leur vie. Les parents, en particulier les mères, qui verront leur carrière compromise s’ils choisissent de consacrer du temps à s’occuper de leurs enfants ou dont les compétences ne sont pas reconnues lorsqu’ils tentent de réintégrer le marché du travail (après une interruption de carrière) ou dont le déficit de pension va augmenter de manière exponentielle s’ils prennent du temps pour s’occuper de leurs enfants, n’ont pas été autorisés à faire de véritables choix libres (pour les mères, c’est ce qu’on appelle la « pénalité de la maternité »). Les mères se sont battues pendant de nombreuses années pour pouvoir passer du temps avec leurs enfants à la maison avant de retourner au travail et ce n’est que récemment qu’il est devenu possible, dans un certain nombre de pays, que les pères bénéficient eux aussi d’un congé parental.

La recherche en neurosciences démontre que les premières années de la vie d’un enfant sont cruciales pour établir une bonne santé mentale, développer ses capacités cognitives et acquérir des compétences émotionnelles1.  Tous les parents doivent être actifs pendant cette période critique. Si nous voulons une société qui soit inclusive et où personne n’est laissé pour compte, nous devons travailler avec les parents et les accompagner.

Il faut donner à l’ensemble des familles la possibilité de sortir du piège transgénérationnel de la pauvreté.

Il est important de considérer les familles comme une source de cohésion sociale et comme une ressource pour la société dans son ensemble, de valoriser et respecter leur rôle et leurs choix. Les mesures politiques doivent veiller à ce que les familles vulnérables fassent également un choix en connaissance de cause. Lorsqu’une famille est informée et accompagnée, l’accès à des services tels que la santé, le logement, les possibilités d’emploi, la formation et d’autres ressources devient plus facile pour elle. En outre, elles peuvent alors utiliser les ressources, les infrastructures et les connaissances pour mieux aider tous les membres de la famille à sortir de la précarité.

Les parents devraient pouvoir choisir librement entre l’éducation préscolaire formelle ou informelle. L’accent devrait être mis non seulement sur l’amélioration des structures d’accueil formelles (ce qui est très important), mais aussi sur la mise en place d’une infrastructure de soutien pour les parents et les familles sous la forme de programmes de visites à domicile ou d’autres services d’accueil et d’éducation de la petite enfance à base communautaire où, non seulement les éducateurs, mais aussi les parents, les travailleurs sociaux, les professionnels de la santé se réunissent pour accompagner les enfants et leurs parents pendant ces premières années. Cette méthode a été reconnue comme un moyen efficace de travailler et d’améliorer la situation précaire des familles à risque.

Si l’on veut parler de coûts, investir dans les familles a un fort retour économique !

En outre, il est important que la voix des enfants qui grandissent dans la pauvreté et l’exclusion sociale (par exemple, les enfants placés en institution et ceux qui sont porteurs de handicap) soit entendue dans tous les processus décisionnels qui affectent leur vie aux niveaux local, national et européen. Les enfants devraient participer en tant que partenaires à l’élaboration et au suivi des stratégies nationales pluriannuelles et des plans d’action pour la garantie des enfants.

Nous avons également appelé à la mise en œuvre de la garantie pour les enfants, adaptée aux défis et aux besoins de chaque pays afin d’accroître l’appropriation nationale de l’initiative. Nous reconnaissions que les quatre groupes cibles d’enfants en situation de vulnérabilité identifiés par l’étude de faisabilité sur la garantie pour les enfants (phase I.) – les enfants porteurs de handicap, les enfants en institution, les enfants en migration, les enfants qui grandissent dans des situations précaires – sont parmi les plus vulnérables et devraient donc être particulièrement soutenus.

Contributions : Alliance4investing in Children (en anglais)
Réponse à la Consultation Child Guarantee MMM, EPA (en anglais)

__________

[1] ECPC (Early Childhood Peace Consortium) et ses membres (en anglais).

Articles les plus lus

Care et Education – Les pierres angulaires d’une économie durable et juste

04.07.20

UN New York, HLPF - Invitation à un webinaire, événement parallèle au Forum de Haut Niveau Politique, organisé le 16 Juillet

Lire plus

Avec les mères afghanes, pour le droit à l’éducation de leurs filles

12.11.20

Participez à notre panel de discussion virtuel #RaiseAPen le 25 novembre 2020 à 16h Paris / 19:30 Kaboul

Lire plus

Lancement de la campagne #RaiseAPen

12.11.20

Aujourd’hui, Make Mothers Matter (MMM), soutenue par des personnalités et organisations internationales importantes, lance #RaiseAPen pour répondre à l’appel des mères en Afghanistan qui reven

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L'actualité de la délégation de MMM à l'Union Européenne

Riseup-PPD publie une déclaration pour la Journée Mondiale de la Santé Mentale Maternelle

06.05.21

La Journée Mondiale de la Santé Mentale Maternelle (MMH Day) 2021 vise à sensibiliser le public à cette problématique dans le monde entier.

Lire plus

Une plus grande transparence des salaires peut-elle permettre de réduire l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes ?

11.03.21

Les statistiques montrent qu'au rythme actuel, il faudrait plus de 250 ans pour combler l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes. [1] La Commission européenne (CE) a finalement publié sa prop

Lire plus

Le rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme déclare que « les bonnes intentions ne suffisent pas ».

05.03.21

Make Mothers Matter se félicite de la déclaration faite récemment par Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations unies sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme [1].

Lire plus

Maternity Action, membre de MMM, fait campagne pour une réforme du système britannique de congé parental

20.02.21

En avril 2015, le régime de congé parental partagé est entré en vigueur au Royaume-Uni. Ce nouveau régime exigeait toujours que les nouvelles mères prennent les deux premières semaines de leur congé de

Lire plus

Notre membre « Irish Maternity Support Network » contribue à la première enquête nationale sur l’expérience de la maternité.

25.01.21

Octobre 2020 a vu les résultats de la première enquête irlandaise sur l'expérience de la maternité, qui donne un aperçu important de l'expérience des femmes à toutes les étapes des soins de maternité

Lire plus

MMM répond à la consultation publique de la Commission Européenne

03.12.20

Nous avons répondu en soumettant un document décrivant notre point de vue sur l'avenir du plan d'action du Socle Européen des Droits Sociaux.

Lire plus