Exploiter les technologies numériques pour renforcer l’autonomie des mères – et de leurs enfants

02.03.23

ONU New York, CSW67 -Les technologies numériques, thème prioritaire de la prochaine Commission de la condition de la femme, ont le potentiel d'accroître considérablement l’influence et l'autonomie des femmes, ainsi que leur pouvoir de décision et de contestation des normes et pratiques néfastes. Les domaines d'application prometteurs identifiés dans notre déclaration écrite comprennent l'éducation, la santé maternelle et infantile, le soutien parental et l'engagement des pères, mais aussi l'entrepreneuriat et l'accès au travail rémunéré. Toutefois, il reste un certain nombre d'obstacles et de défis qui doivent être relevés et pour lesquels nous formulons des recommandations.

Voici l’intégralité de la déclaration écrite de MMM à la  67ème Commission des Nations Unies pour la statut des femmes.

La crise du Covid-19 a engendré un élan historique pour l’innovation et le développement de solutions numériques qui ont le potentiel de simplifier et d’améliorer la vie quotidienne de millions de femmes, en particulier des mères.

En facilitant l’accès à des informations, des outils et des services de plus en plus variés et personnalisés, les technologies numériques peuvent considérablement accroître l’action et l’autonomie des femmes, ainsi que leur pouvoir de décision et de contestation des normes et pratiques néfastes.

Maintenant, la question est de savoir si l’on peut utiliser cet élan : comment en faire profiter les femmes, notamment les mères, pour réduire la pauvreté et les disparités économiques, et améliorer leurs conditions de vie ? Comment les technologies numériques peuvent-elles autonomiser les mères et leur permettre de remplir leurs différents rôles à l’intérieur et à l’extérieur du foyer ?

Pour les mères, plusieurs domaines d’application sont particulièrement porteurs, même s’ils ne sont pas exempts de difficultés.

1. Éducation et accès à l’information pour favoriser l’action des mères

Les technologies numériques peuvent permettre aux femmes de poursuivre leur propre éducation ou leur formation professionnelle, notamment pour celles qui ont dû quitter l’école à cause d’un mariage et d’une maternité précoces ou encre de ressources insuffisantes pour payer les frais de scolarité. L’éducation et la formation en ligne ont l’avantage d’être moins coûteuses que la formation in situ et leur flexibilité horaire est plus compatible avec les responsabilités liées à la garde des enfants. Il s’agit d’une voie d’apprentissage tout au long de la vie, qui favorise la réinsertion ou l’entrée des mères sur le marché du travail.

2. Accès à l’information facilitant la parentalité

Les technologies numériques ont un fort potentiel quant à l’éducation parentale et l’accès aux informations soutenant leur rôle de mère. En particulier :
– Connaitre leurs droits (et de ceux de leurs filles), notamment en ce qui concerne leur sexualité et les pratiques traditionnelles néfastes
– Promouvoir l’éducation sexuelle, notamment leur connaissance des techniques de contraception, afin de réduire les grossesses non désirées et les violences – les technologies numériques peuvent être d’autant plus efficaces dans ce domaine qu’elles peuvent être anonymes et totalement personnalisables.
– Recevoir une éducation ou des informations liées à la maternité et à la santé maternelle et infantile, sur des sujets tels que la grossesse, l’allaitement, le développement de la petite enfance, le rôle parental, les soins et l’éducation, la nutrition, la santé mentale, les soins médicaux de base pour leurs enfants et eux-mêmes, etc. – Ce type d’éducation/information peut avoir des effets positifs importants sur la santé de la mère et de l’enfant. Sensibiliser les mères à l’importance de soutenir le développement de la petite enfance par des soins attentionnés peut transformer l’avenir de l’enfant.

Par exemple, l’association Education as a Vaccine in Nigeria utilise la technologie numérique pour l’éducation sexuelle complète. Ils relèvent de nombreux avantages à utiliser une telle méthode d’apprentissage, notamment : l’augmentation de la portée de l’intervention, la suppression des obstacles causés par les normes sociales, l’anonymat et la facilité d’accès, des services confidentiels et sans jugement, des informations et des services adaptés.

Baby-buddy, qui a été déployée avec succès au Royaume-Uni, est un exemple d’application soutenant le développement de la petite enfance. Cette application fournit des informations et des conseils opportuns aux parents pendant la grossesse et les six premiers mois de la vie de leur enfant, aidant ainsi les mères/parents à « veiller à la santé mentale et physique de leur bébé, ainsi qu’à leur propre santé, et à donner à leur bébé le meilleur départ possible dans la vie ».

Zero Mothers Die est un exemple de service permettant aux femmes de devenir  actrices de leur propre santé. Des téléphones portables gratuits sont fournis aux futures mères vivant dans des régions isolées d’Afrique – plus précisément au Ghana, au Gabon, au Mali, au Nigeria et en Zambie – et des SMS sont envoyés pour fournir aux mères des informations essentielles pour une grossesse et un accouchement sains. L’objectif est de prévenir les complications potentiellement dangereuses et, comme son nom l’indique, de réduire la mortalité et la morbidité maternelles.

3. Accès aux services de santé maternelle et infantile

En outre, pour la promotion et l’éducation en matière de santé, les applications de santé mobile (mHealth) s’avèrent aussi particulièrement utiles avec l’accès à distance aux services de santé. Ces applications visent généralement à remédier à la pénurie de centres de soins, qui sévit dans de nombreux pays en développement, notamment dans les zones rurales et isolées, et qui est à l’origine de taux élevés de mortalité et de morbidité maternelles.

Un exemple en est l’application JamboMama!, testée en Tanzanie et en RDC . Cette application mets en relation les femmes (et leurs communautés) avec des agents de santé maternelle qualifiés et le système de soins de santé dans lequel ils travaillent. Encore une fois, l’objectif est d’améliorer la santé maternelle, de prévenir les complications pendant la grossesse et l’accouchement, et de sauver la vie des mères et des bébés.

4. Accès à un travail rémunéré ainsi qu’à des activités génératrices de revenus

Les technologies numériques favorisent le développement du télétravail, qui peut faciliter la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, notamment pour les mères et autres aidants qui doivent concilier travail rémunéré et responsabilités domestiques et de soins. La pandémie de Covid-19 a généralisé le télétravail dans les secteurs privé et public, du moins pour les emplois de cols blancs dans les pays développés. Ses avantages sont clairs : une plus grande flexibilité des horaires de travail et une meilleure organisation du temps de travail, ainsi que des économies en termes de temps et de coûts de transport.

Il est important de garder à l’esprit que les défis du travail hors ligne demeurent : les femmes sont plus susceptibles de travailler à temps partiel et dans des secteurs et des emplois « féminins ». Il est aussi très important que le télétravail ne devienne pas trop féminisé, une cause d’isolement et un obstacle à la promotion professionnelle.

Comme ses avantages peuvent s’appliquer aux deux parents, le télétravail pourrait au contraire favoriser un partage plus équitable des responsabilités de soins et du travail non rémunéré entre les hommes et les femmes – si seulement les employeurs surveillent et traitent les écarts entre les sexes dans son utilisation et veillent à ce qu’il ne devienne pas un choix réservé aux femmes.

Un type spécifique de télétravail est le travail sur plate-forme, qui a récemment fait son apparition et permet aux entreprises d’engager des travailleurs au-delà des frontières. D’une manière générale, le travail sur plateforme a augmenté les possibilités de générer des revenus pour les femmes, en particulier dans les pays en développement. Cependant, de nombreux défis restent à relever pour que le travail sur plateforme soit considéré comme un travail décent et ne devienne pas précaire et exploité.

5. Possibilité pour les mères de créer et de développer leur propre entreprise

Les technologies numériques soutiennent et élargissent  les possibilités d’entrepreneuriat des femmes, en particulier lorsqu’elles sont mères : le phénomène des « mompreneurs » montre clairement les avantages qu’elles trouvent à travailler à domicile et à être leur propre patron : ces entreprises individuelles répondent à un désir et à un besoin de plus grande liberté d’organisation dans leur travail, tout en participant activement à l’activité économique, en générant un revenu personnel et en améliorant la confiance en soi dans le processus.

Pourtant, le statut de mompreneur, comme tout travail indépendant, peut être très précaire. Par exemple, de nombreuses mères sont devenues des gestionnaires indépendants de communautés – ce qui est devenu un travail de femme, mais souvent sans protection sociale adéquate.

6. Engager les pères

Les technologies numériques peuvent également être utilisées efficacement pour impliquer les pères et participer à la redistribution du travail domestique et des soins non rémunérés par le biais de la parentalité partagée.

Ainsi, SMS4dads  est un service simple qui envoie aux nouveaux pères des informations, des conseils et des liens vers des services en ligne liés au stade de développement de leur enfant. Ces SMS sont envoyés pendant la grossesse et les premiers mois de la vie de l’enfant et visent à aider les pères à prendre soin de leur propre santé physique et mentale, à entretenir des relations fortes avec leur enfant et à développer des partenariats parentaux solides. SMS4Dads a été mis en œuvre avec succès en Australie, ainsi que dans des programmes pilotes au Kenya et en Colombie.

5. Se connecter aux autres et bénéficier d’un réseau de soutien

Enfin, alors que de

nombreuses mères souffrent d’isolement, les technologies numériques peuvent leur permettre de se connecter les unes aux autres, d’échanger sur leurs difficultés et leurs joies quotidiennes, et de construire de nouvelles formes de réseaux de soutien.

Par exemple, l’application WeMoms  utilisée dans de nombreux pays comme la France, le Brésil, l’Espagne et les pays anglophones, permet aux mamans de rejoindre une communauté et de poser des questions sur la maternité, avant et après la naissance, à d’autres mères. La communauté met aujourd’hui en relation plus de 2 millions de mères.

Recommandations de MMM aux gouvernements

Manifestement subsistent de nombreux défis importants à relever, qu’il convient de reconnaître et d’aborder pour pouvoir tirer parti de ces avantages potentiels.

Les gouvernements doivent en particulier:

  1. Résoudre le problème des fractures numériques multiples et croisées, notamment en ce qui concerne le genre, le statut socio-économique et l’emplacement rural/urbain. Cela implique de redoubler d’efforts sur les zones rurales et isolées et, dans de trop nombreux cas, cela commence par l’électricité. En effet, puisque 770 millions de personnes vivent encore sans accès à l’électricité. De même, il s’agit de réduire ou de subventionner les coûts des équipements et services individuels (téléphones portables, ordinateurs, abonnements internet…), de financer un équipement scolaire adéquat, et de soutenir l’ouverture de lieux publics tels que les cybercafés avec accès gratuit au réseau, qui s’adressent spécifiquement aux femmes
  2. Soutenir l’innovation et le développement d’outils, d’applications et de logiciels qui ciblent et soutiennent les mères dans leurs multiples rôles et responsabilités, répondent à leurs besoins spécifiques, en tenant compte de la langue (dialectes, langues régionales), du contexte local et de l’avis des mères elles-mêmes. Identifier les domaines d’assistance les plus prometteurs et les meilleures pratiques pouvant être transposées et mises à l’échelle.
  3. Promouvoir l’éducation numérique, en particulier pour les femmes et les filles, notamment sur la sécurité et les risques liés aux informations non fiables et à la diffusion de données personnelles, ainsi que sur les risques de harcèlement et de rencontres inappropriées. L’éducation numérique doit être systématiquement intégrée dans les programmes scolaires, et être proposée aux jeunes filles comme aux jeunes garçons sans discrimination. Les filles doivent également être encouragées à envisager une carrière dans les TICES. Pour l’éducation numérique des adultes, le soutien aux associations de terrain travaillant dans ce domaine est essentiel.
  4. Renforcer les lois afin de garantir que les fournisseurs de services et de contenus offrent des environnements numériques sécurisés, en particulier pour les femmes et les enfants. Des cadres juridiques doivent également être mis en place pour garantir que les normes de travail décent s’appliquent également au télétravail, en particulier au travail sur plateforme
  5. Dissoudre les normes de genre, qui restent un obstacle à l’utilisation des technologies numériques pour de nombreuses femmes, et faire évoluer les mentalités grâce à des programmes de communication institutionnels sur le fait que l’accès aux technologies numériques est un droit pour les filles comme pour les garçons, les femmes comme les hommes, les mères comme les pères.

Les technologies numériques offrent un énormément de possibilités pour l ‘autonomisation des femmes, et des mères en particulier, grâce à l’accès à l’éducation et à la formation, à l’information sur l’éducation et les soins, aux possibilités d’emploi et d’entrepreneuriat, et aux outils permettant d’impliquer les pères. Ces outils peuvent contribuer fortement aux progrès dans l’égalité entre les sexes, à favoriser un développement social et économique durable et à être véritablement transformatrices – si seulement les gouvernements reconnaissent ce potentiel, investissent dans l’infrastructure numérique et donnent la priorité aux politiques visant à éduquer, informer et soutenir les mères dans leurs multiples rôles.

Les technologies numériques sont encore très liées à des fractures multiples, qui exacerbent les inégalités. A MMM, nous appelons les gouvernements à faire en sorte que les technologies numériques deviennent une opportunité pour tous, et un moteur pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Déclaration entière de MMM à télécharger (avec bibliographie )

Déclaration MMM statement version Document des Nations Unies – Ref. E/CN.6/2023/NGO/36

MMM a présenté sa déclaration en amont de la 67ème Commission des Nations Unies pour le statut des femmes, qui se tiendra du 6 au 17 Mars 2023 au siège de l’ONU à New York. Son thème prioritaire est: L’innovation et le changement technologique, et l’éducation à l’ère numérique pour atteindre l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

MMM a aussi co signé la Déclaration écrite de l’association Associated Country Women of the World (ACWW)

 

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the

Lire plus

Les mères en première ligne de la réalisation des ODD

13.09.23

Les 18 et 19 septembre 2023, le sommet sur les ODD se tiendra au siège de l'ONU à New York. Nous pensons qu'il est temps de réaffirmer notre engagement collectif

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Mères veuves : MMM appelle à relever les défis spécifiques auxquels elles sont confrontées

20.06.24

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM a été invitée à participer à un événement parallèle organisé par Widows Rights International pour discuter des problèmes uniques auxquels sont confront

Lire plus

Les équipes MMM se mobilisent pour renforcer le droit à l’éducation

19.06.24

UN Geneva – Une résolution visant à renforcer le droit à l'éducation dans les instruments juridiques internationaux sera négociée au cours de la 56ème session du Conseil des droits de l'Homme , qui s'e

Lire plus

Un nouveau contrat social ne peut ignorer le Care

16.06.24

UN Geneva, 112th International Labour Conference (ILC) – MMM contributed to the discussion on the International Labour Organisation Director General’s report calling for a new social contract.

Lire plus

Mothers Can-Ramener les mères au travail

13.05.24

MMM travaille sur le projet "Mothers Can - Ramener les mères au travail", un partenariat européen entre six pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Roumanie, Espagne et Grèce). Le projet vise à soutenir l'autono

Lire plus

Rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté en investissant dans les enfants et leurs familles

07.05.24

Make Mothers Matter a participé à la conférence "Investir dans un avenir inclusif et équitable pour l'Europe. Garantie européenne pour l'enfance : de l'engagement à la réalité", organisée dans le cadre

Lire plus

La Déclaration de La Hulpe : une étape positive pour la justice sociale dans l’UE

07.05.24

MMM se félicite de l'adoption récente de la Déclaration de La Hulpe (en anglais), sous la présidence belge. Ce document interinstitutionnel vise à façonner l'agenda social futur de l'Union européenne pou

Lire plus