Les mères se mobilisent avec un stylo

20.11.19

Lancement de notre campagne sur l'éducation à la London School of Economics (Ecole d'Économie et de Sciences Politiques de Londres).

Notre campagne de sensibilisation au droit à l’éducation des femmes et des filles en Afghanistan a pris un départ dynamique à Londres en novembre dernier.

Après des mois de préparation, l’équipe MMM s’est rendue à Londres pour le lancement de la campagne assuré par des orateurs engagés présidés par la Professeure Mary Kaldor, Directrice du Conflict and Civil Society Research Unit, International Development Department à la LSE et suivi par une assistance nombreuse et enthousiaste au Hong Kong Theatre de l’Ecole.

Parmi les conférenciers étaient présents l’ancien Secrétaire Général Adjoint et envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, l’ Afghanistan, l’Irak et le Liban,  Staffan de Mistura et la cinéaste afghane,  Sahraa Karimi, venue spécialement de Kaboul pour cet événement. Le premier long métrage de Sahraa, Hava, Maryam, Ayesha, projeté lors du dernier festival du film de Venise a suscité un grand intérêt du public, notamment un appel de l’ambassadrice du HCR, Angelina Jolie. Entièrement tourné en Afghanistan, le film aborde les thèmes sensibles de l’amour, du mariage et de la maternité.

‘Pour une paix durable en Afghanistan: une campagne de mères’ ce fut le thème de la soirée visant à soutenir les mères afghanes et leurs filles pour leur droit à l’éducation, et à souligner l’importance de la voix des femmes et des mères à la table des négociations de paix.

Staffan de Mistura s’est dit préoccupé par l’évolution du paysage politique du pays. « Notre but avec cette campagne –  a-t-il affirmé – est de briser le silence et d’attirer à nouveau l’attention sur l’importance des femmes pour la paix … Le temps presse”. Il a rajouté: “Ma crainte et celle de beaucoup de personnes, en particulier des femmes afghanes … c’ est un retour en arrière possible à des pratiques du Moyen-âge… Imaginez une campagne dans laquelle les femmes manifestent avec un stylo »  Ce commentaire  suscita une réaction enthousiaste de Sana Safi, journaliste de la chaine TV  BBC Afghanistan, présente dans l’assistance : « une idée géniale et tout à fait réalisable” communiqua t-elle alors sur les réseaux sociaux.

Voir le discours de Staffan de Mitsura ici

Marika Theros, chargée de recherche à l’unité de recherche sur les conflits et la société civile a planté le décor en  décrivant la réalité actuelle en Afghanistan: “Aujourd’hui, l’Afghanistan vit un instant critique. Il y a à la fois de l’optimisme et en même temps, de sérieuses raisons de s’inquiéter quant aux perspectives de paix…les gens aspirent à la paix, une paix durable qui préserve les réalisations accomplies au cours des 17 dernières années.“ Elle a poursuivi : “Malgré les menaces, les femmes occupent la place qui leur revient dans les espaces publics. Elles sont policières, enseignantes, fonctionnaires, maires, gouverneurs de district ou encore entrepreneurs. Elles représentent 14% des professeurs d’université ,ou encore 28% des membres du parlement – un pourcentage plus élevé que celui de 67 pays analysés par la Banque Mondiale, y compris  le Canada, la Pologne, l’Australie et les Etats-Unis »

Discours de Marika Theros’  ici.

Sahraa Karimi nous partagea ensuite avec passion l’importance de faire vivre et de rendre visible les histoires des mères afghanes et de leurs filles, tout en évoquant certains souvenirs personnels.  En brandissant des couverts dans une main  et un stylo dans l’autre, son message était clair:  contrairement à la génération de sa mère, les femmes afghanes de la nouvelle génération veulent poursuivre des études, renforcer leur influence et faire entendre leurs voix.

Puis elle insista:  « à une jeune étudiante afghane qui me demandait si elle devait rentrer en Afghanistan pour faire sa part , j’ai répondu:  je suis une femme afghane éduquée; aux étudiants qui veulent aider l’Afghanistan, je leur dis toujours, s’il vous plaît, terminez d’abord vos études.”

Discours de  Sahraa Karimi’s ici.

Rahela Sidiqi du  Farkhunda Trust for Girls’ Education,  a apporté de solides preuves sur la mobilisation de groupes et d’associations à l’intérieur du pays.  Elle a déclaré avec force :  « Nous, les mères afghanes, voulons vivre l’inclusion et un engagement significatif de nous mêmes et de nos filles pour le développement de notre pays ».

Voir le discours de  Rahela Sidiqi’s  ici.

Tout le monde s’accorde pour dire qu’en éduquant les femmes, on éduque les nations.

Les mères du monde entier font  face à un large éventail de défis. Les voix des mères doivent être entendues. Pour que partout dans le monde, les enfants connaissent la paix,  qu’ils aient une belle vie.

La présidente de MMM, Anne-Claire de Liedekerke manifesta son entier soutien  à cette campagne, en réaffirmant que si Make Mothers Matter existe, c’est par la conviction que les  mères doivent  contribuer  aux  décisions qui concernent leur vie et celles de leurs enfants. “Ce n’est pas qu’on doive leur donner ce pouvoir- dit elle –  elles l’ont,  et c’est une ressource extrêmement précieuse. Mais il faut le renforcer, par exemple en leur permettant  de participer aux négociations sur le rétablissement et le maintien de la paix, et évidemment, en leur donnant accès à l’éducation ».  Elle a rajouté: “Etre aux côtés des mères pour l’éducation des femmes en Afghanistan, c’est être aux côtés des mères pour l’éducation des femmes partout dans le monde”.

Voir le discours de Anne-Claire de Liedekerke ici.

Conformément à la mission de MMM qui est de mettre en lien, de promouvoir et de porter les voix des mères au plus haut niveau, nous avons un plan pour cette campagne  soutenue par tous nos membres  à travers le monde.  Dans un premier temps, notre objectif est de mettre en place un réseau de mères en Afghanistan qui délégueront ensuite  deux ou trois mères pour les représenter, aussi bien celles des régions urbaines que rurales.

Nous proposons alors de faciliter la venue de cette délégation auprès de l’UE à Bruxelles. Cette  tribune leur permettra de témoigner  auprès des  décideurs et responsables politiques de l’importance de leurs Droits à ce  tournant critique de leur histoire. Nous envisageons de faire de même aux Nations Unies (New-York et Genève) ainsi qu’à l’UNESCO à Paris.

Pour l’instant, nous vous demandons de soutenir notre campagne par l’intermédiaire des réseaux sociaux @MMM4Mothers (twitter) et  @makemothersmatter (Facebook) avec le #MMMAfghanMothers.  Nous alimenterons nos réseaux sociaux  avec des nouvelles, des point de vue, et des messages de soutien.

Vous pouvez aussi nous écrire à afghanmothers@makemothersmatter.org pour nous faire part de votre avis ou pour nous faire savoir si vous souhaitez participer à la campagne.

 

 

Mots-clés:

Articles les plus lus

Visages afghans et voix du courage

21.09.21

Le 15 Aout dernier a vu l'effondrement du gouvernement afghan et le retour au pouvoir des talibans. Au sein de Make Mothers Matter, comme la plupart des gens, nous avons

Lire plus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Les mères françaises seront-elles écoutées?

21.09.21

Pour plaider les besoins et les attentes des mères en lien avec la prochaine réforme du gouvernement français sur les #1000premiersjours de l'enfant, MMM France a tenu à les entendre

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Notre membre de Roumanie en action pour les mères et les enfants d’Ukraine

21.06.22

Le conflit actuel en Ukraine et la crise humanitaire qui en résulte ont eu un impact dévastateur sur la santé mentale et physique des mères et de leurs enfants, tant pour ceux qui ont fui que pour ceux qui

Lire plus

Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mort

Lire plus

Travail de soins non rémunéré et maternité: MMM demande à l’OIT de modifier son approche de l’emploi

30.05.22

Conférence Internationale du Travail, Genève – Pour réparer l'injustice économique dont souffrent de nombreuses mères en raison de leurs responsabilités familiales (le "Care"), MMM a appelé à une nouv

Lire plus

Célébrer les mères tous les jours – L’heure du changement a sonné

18.05.22

En ces temps sans précédent, où l'Europe est confrontée à une pandémie mondiale, où les tensions politiques bouillonnent et menacent de déstabiliser l'ordre mondial, il est essentiel de réfléchir aux

Lire plus

La charge mentale des mères : le travail cognitif et émotionnel non rémunéré (et non reconnu)

15.05.22

MMM a le plaisir de publier un rapport rédigé par Emma Levrau, étudiante en santé globale et justice sociale (Master of Science) au Kings College de Londres, sur le travail cognitif et émotionnel non rému

Lire plus

MMM établit un lien entre l’écart de pension entre les sexes et la possibilité pour les mères à recevoir des soins de longue durée pendant leur vieillesse

11.05.22

Notre participation à l'appel à contribution de la Commission européenne : "Accès à des soins de longue durée abordables et de qualité" La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de renfo

Lire plus