Friendship, une ONG sur le front de la lutte contre le changement climatique

09.12.21

Friendship, notre association membre du Bangladesh, répond à l'appel à contribution pour le prochain rapport ONU sur les droits de l'homme et le changement climatique.

La crise climatique frappe durement le Bangladesh. De part sa situation géographique, le pays est extrêmement vulnérable et sujet à une multiplication des catastrophes liées au climat – Il est ainsi classé septième au rang de l’indice de risque climatique 2021. Coincé entre l’Himalaya au nord et le golf du Bengale au sud, le Bangladesh est densément peuplé. Dès lors un maximum de personnes y sont susceptibles d’être touchées par le changement climatique.

Inondations, cyclones, salinisation de l’eau, sécheresses dans plusieurs régions du pays ont un effet direct sur la qualité de vie des personnes. Dans les régions du sud surtout, où la salinisation de l’eau affecte fortement les cultures, la disponibilité d’eau potable et la santé. La plupart du temps, les niveaux de nutrition diminuent en raison du manque de variété de la nourriture, ce qui rend les femmes de ces régions plus susceptibles de faire des fausses couches, et augmente les problèmes cachés tels que le mariage des enfants, l’ostracisme social, la santé mentale, les abus.

Les migrations temporaires, saisonnières et/ou permanentes augmentent à cause du changement climatique. Les hommes sont plus nombreux à quitter ces zones, laissant sur place femmes et enfants qui se retrouvent dans des situations dangereuses et en position de vulnérabilité.

Les femmes et les filles sont touchées de façon disproportionnées par le changement climatique. Ainsi, lors du cyclone de 1991, 90% des 140 000 morts de cette catastrophe étaient des femmes. Parce qu’elles sont souvent confinées dans des rôles et emplois qui les rendent plus dépendantes des ressources naturelles; parce qu’elles rencontrent des obstacles à un soutien financier et technique; parce que la propriété foncière leur est refusée, les femmes sont empêchées dans leur adaptation au changement climatique, dans leur capacité à faire face à une catastrophe climatique. Tout ceci les rend vulnérables.

Comme le souligne l’ONG Friendship, le changement climatique anéantit les droits humains fondamentaux et amplifie les difficultés d’accès au droit à la vie, à la santé, au logement, à l’éducation, à l’eau, à l’assainissement, à l’accès aux services juridiques ou financiers, et enfin, pour les communautés les plus vulnérables, il accroit l’incapacité à redémarrer la vie.

Ci-dessous, quelques témoignages révélateurs issus de communautés soutenues par Friendship:

  • Mashkura vit dans un village isolé près des Sundarbans, dans la baie du Bengale. Apres une enfance et un mariage heureux, sa vie a basculé lorsque le niveau de la mer est monté, rompant les digues, laissant la mer salée se répandre à l’intérieur des terres. Personne n’a réparé la digue et en 6 ans, Mashkura a subi 3 fausses couches qui ont brisé tous ses rêves. Abandonnée par son mari, éleveur de crevettes, elle a dû faire face à l’ostracisme social. Mashkura est une victime de la salinisation de l’eau.
  • Nupur est une adolescente de 14 ans, une des cinq filles d’un travailleur journalier Quyyum, de Char Dewali Khola. Habitant sur les rives du fleuve Brahmapoutre, elle et sa famille vivent au jour le jour, ayant dû changer plusieurs fois de maison au cours de la décennie, à cause des inondations répétées et de l’érosion du fleuve.
  • Molida a été sélectionnée pour faire partie des dix membres d’une équipe de volontaires pour les catastrophes dans son village de Goynar Potol. Formée par Friendship aux techniques de recherche, de sauvetage et de gestion des catastrophes, lors des inondations de 2019, la jeune femme de 19 ans a réalisé que ses voisins malades et handicapés risquaient d’être noyés. Elle a demandé l’aide de son équipe de volontaires pour construire un radeau en banane. Avec un peu d’aide de sa mère, elle a réussi à sauver 45 personnes vulnérables. Dans une communauté rurale conservatrice comme la sienne, on n’attend pas d’une femme qu’elle fasse ce qu’elle a fait, mais elle n’a jamais hésité.
Chaque année, le Bangladesh a deux saisons des cyclones et une saison des pluies, ce qui entraîne des catastrophes récurrentes. Les cyclones ont un impact majeur sur les bangladais : au cours des dix dernières années, les cyclones ont touché plus d’un million de personnes dans le pays en affectant la terre dans la région côtière du sud. L’érosion fluviale déplace 50 000 à 200 000 personnes chaque année et 60% du pays est inondé chaque année.

L’UNICEF estime qu’un enfant sur trois au Bangladesh, soit près de 20 millions d’enfants, subit chaque jour les conséquences du changement climatique. Ils sont victimes de conditions météorologiques extrêmes, d’inondations, de l’érosion des rivières, de l’élévation du niveau de la mer et d’autres chocs environnementaux provoqués par le changement climatique. Beaucoup d’entre eux se retrouvent à la dérive dans les bidonvilles, leur vie et leurs perspectives d’avenir brisées. Des millions d’enfants sont pris au piège de l’exploitation par le travail, du mariage et de la traite des enfants.

Mais il y a quand même du progrès et de l’espoir. Lors de la COP26 rassemblée à Glasgow, le gouvernement du Bangladesh a présenté officiellement sa première stratégie nationale sur la gestion des déplacements internes. Lors de cet événement, les spécialistes ont confirmé que le Bangladesh est en avance par rapport à d’autres pays. Le pays a déjà adopté une stratégie fondée sur les droits, sur la base des normes internationales et dans l’esprit de la justice climatique. La nouvelle stratégie affirme que les personnes déplacées à l’intérieur du pays doivent jouir, en toute égalité, des mêmes droits et libertés en vertu des lois internationales et nationales, comme les autres personnes du pays.

A lire, la contribution intégrale de Friendship

Cette contribution doit contribuer au prochain rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) sur les droits de l’homme et le changement climatique, qui sera présenté lors de la 50e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en juin 2022.

 

Articles les plus lus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Exploiter le numérique pour le bien être des familles: notre responsabilité collective

14.02.21

UN New York, CSocD59 - Retour sur la Visio-conférence du 12 Février dernier, qui s'est tenue dans le cadre du la 59ème Commission des Nations Unies sur le Développement Social

Lire plus

Changer le narratif sur le travail de Care non rémunéré et l’économie

03.07.21

ONU New York / FPHN - Inscrivez-vous dès maintenant pour participer à l'événement que nous organisons en marge du Forum Politique de Haut Niveau de l'ONU.

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Votre opinion – Notre enquête – Participez

14.01.22

Nous vous invitons à remplir le Symptom Survey (en anglais) et à contribuer à la compréhension de la façon dont les gens pensent et se comportent en tant que patient et/ou soignant d'un enfant ou d'un adul

Lire plus

Care et Education au coeur d’une reprise innovante

07.01.22

NUNew York, Commission du Développement Social - Le thème principal de la 60ème Session de la commission du Développement Social est centré sur la reprise inclusive et résiliente après le COVID-19 pour d

Lire plus

Travailler POUR et AVEC les mères bénéficie à tous et à tous les niveaux

14.12.21

UNESCO - C'est ce qu'a rappelé Caroline de Senneville dans la déclaration qu'elle a prononcée au nom de MMM à la conférence générale de l'UNESCO. Plus que jamais, les mères apparaissent comme des actri

Lire plus

L’éducation et la protection de la petite enfance sont au coeur du développement – Les mères en sont des acteurs clé

14.12.21

UNESCO - C'est ce qu'a réaffirmé Pauline Ambrogi, représentante de MMM auprès de l'UNESCO, dans son intervention à la Commission Education de la 41ème Conférence Générale.

Lire plus

Friendship, une ONG sur le front de la lutte contre le changement climatique

09.12.21

Friendship, notre association membre du Bangladesh, répond à l'appel à contribution pour le prochain rapport ONU sur les droits de l'homme et le changement climatique.

Lire plus

Santé mentale et bien-être des femmes migrantes

08.12.21

Make Mothers Matter a été sollicité pour contribuer au rapport sur la santé mentale et le bien-être des femmes migrantes, initié par l'"European Network of Migrant Women". L'objectif de ce rapport est de

Lire plus