Discriminations dans la sphère économique : le « plafond de mère »

Partout dans le monde, les mères souffrent, à des degrés divers, de discriminations qui freinent leur émancipation économique.

Discriminations à l’égard des femmes

Discriminations juridiques

Selon la Banque Mondiale (rapport Les femme, l’entreprises et le droit, 2016) :

  • Seuls 18 pays n’ont aucune loi désavantageant les femmes.
  • Dans 35 pays, les femmes qui survivent à leur conjoint n’ont pas les mêmes droits de succession que les hommes, donc pas les mêmes droits d’accès à la propriété.
  • Dans 18 pays, les femmes doivent obtenir l’autorisation de leur époux pour pouvoir travailler.
  • Dans 16 pays, la fiscalité favorise directement les hommes.
  • Seuls 9 pays ont promulgué les lois exigeant qu’au moins une femme siège au conseil d’administration d’une société cotée en bourse.
  • Dans 167 pays, le congé maternité est obligatoire et 86 pays ont également mis en place un congé paternité, mais seuls 51 pays proposent un congé parental.

Discriminations de fait

De nombreuses discriminations à l’égard des femmes sont liés à des préjugés culturels et des stéréotypes sur leur rôle dans la société. Elles concernent notamment:

  • L’accès à l’éducation et à la formation
  • L’accès au marché du travail (emploi formel) et à la protection sociale
  • L’accès à la propriété (notamment de la terre) et à l’héritage
  • L’accès au crédit et aux services financiers
  • Le niveau de rémunération.

Ségrégation professionnelle

Les femmes occupent le plus souvent des emplois moins qualifiés, moins rémunérés et plus précaires. Elles sont majoritairement présentes dans des secteurs moins rémunérateurs. notamment la santé, de l’éducation, mais aussi la vente. Et elles sont notoirement minoritaires dans des secteurs plus valorisés comme la technologie ou la finance.

Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel

Mère, vendeuse ambulante au Myanmar – Photo de Laurence van Abeele

Le niveau participation des femmes au marché du travail reste très inférieur à celui des hommes: globalement, 75,1% des hommes exercent une activité salariée, un pourcentage qui tombe à 49,6% pour les femmes.

Les femmes sont par contre surreprésentées dans le secteur informel, en particulier dans les pays en développement ou lorsqu’elles sont migrantes. Ce sont des femmes qui « travaillent à leur compte », par exemple comme vendeuse ambulante, aide domestique, employée saisonnière ou agricultrice de subsistance.

D’après ONU Femmes, en Asie du Sud, plus de 80 % de femmes ne travaillant pas dans le secteur agricole occupent des emplois informels ; en Afrique subsaharienne, elles sont 74 % ; en Amérique latine et dans les Caraïbes, 54 %.

Non seulement ces femmes du secteur informel travaillent pour des revenus systématiquement plus bas et dans des conditions précaires, mais elles sont également privées de la protection sociale qu’offre un emploi salarié – notamment d’une assurance santé, de congés payés (y compris pour la maternité), et d’une pension de retraite.

 

Le « plafond de mère » ou « motherhood penalty »

En plus des obstacles qu’elles doivent affronter en tant que femme, les mères sont également discriminées dans le monde du travail, du fait de leur statut de mère.

Source: ONU Femmes 2016

Ces discriminations à l’égard des mères concernent particulièrement l’embauche, le niveau de rémunération, l’avancement de leur carrière au sein de l’entreprise et l’accès aux postes à responsabilités.

Ce « plafond de mère » est de mieux en mieux documenté et reconnu. En 2016, le Bureau International du Travail (BIT) a publié pour la première fois, un rapport sur les écarts de salaire liés à la maternité. Celui-ci montre clairement que des écarts de salaires existent, non seulement entre les hommes et les femmes, mais également entre les mères et les femmes qui n’ont pas d’enfant.

« Partout dans le monde, les mères subissent la même pression d’assurer à la fois la sécurité financière de leur famille, et son bien être matériel et affectif à travers les tâches domestiques, les soins et l’éducation qu’elle donne à leurs enfants. Il est juste d’affirmer que les mères ont réagi à cette pression en travaillant encore plus, souvent au détriment de leur temps personnel. Et pourtant, elles sont payées moins que leur partenaire masculin, et que les femmes qui n’ont pas d’enfants.
On a suggéré que les mères gagnent moins que les femmes sans enfant parce qu’elles sont moins productives. En réalité, elles sont simplement pénalisées pour avoir pris un congé maternité, pour peut-être passer moins de temps à leur bureau, pour avoir du refuser un poste nécessitant des heures supplémentaires, ou pour oser avoir demandé une réduction de leur temps de travail. Elles sont simplement victimes du cliché qu’une femme avec des enfants ne serait pas aussi dédiée à son travail que les autres, car  elle serait distraite par ses responsabilités familiales. »
Extrait de la contribution de MMM au livre Family Future,
édité par l’ONU en 2014 à l’occasion du 20e anniversaire de l’année internationale de la famille

 

Les écarts de pensions donnent la mesure du plafond de mère

Ecarts de pension entre les hommes et les femmes en fonction du nombre d’enfants dans une sélection de pays de l’UE – Extrait de The Gender Pension Etude de Fraunhofer Institute for Applied Information Technology (FIT) 2013

Les écarts de pensions de retraite entre les hommes et les femmes, en particulier quand elles sont mères, sont le résultat, non seulement d’interruptions de carrière liées à la maternité, mais également de l’accumulation de ces discriminations qu’elles subissent tout au long de leur vie active.

 

Les mères peuvent-elle tout avoir – famille et carrière ?

Alors que les hommes progressent le plus professionnellement entre 30 et 40 ans, c’est justement durant cette tranche d’âge que les mères freinent leur carrière pour privilégier leur famille… Et quand elles reviennent à 40 ans, c’est souvent trop tard – Sauf si elles se sont battues bec et ongle pour rester dans la course !

Comme l’a montré la polémique suscitée en 2012 par l’article de Anne-Marie Slaughter dans The Atlantic, Why women still can’t have it all, toutes les femmes ne sont pas d’accord entre elles. Mais fondamentalement, une mère ne devrait pas avoir à choisir. Dans un contexte de vieillissement de la population, les entreprises doivent reconnaitre le potentiel que représente les mères, notamment celles qui reviennent sur le marché du travail quand leurs enfants sont plus grands.

Les entreprises, et la société dans sont ensemble, doivent accepter que les femmes – et les hommes – puissent avoir besoin, à certaines périodes de leur vie, de se mettre en retrait pour assumer des responsabilités familiales ou autres, et faciliter leur retour à la vie professionnelle après ces périodes de ralentissement.

 

 

Toute l'actualité de Mères et Economie

MMM rejoint la Wellbeing Economy Alliance

17.09.20

Nous sommes ravis d'annoncer la récente adhésion de MMM à la Wellbeing Economy Alliance (WEAll), une alliance d'organisation, de mouvements et d'individus travaillant à une économie du bien-être, c'est-à

Lire plus

Le Droit à l’eau doit prendre en considération les activités domestiques non rémunérées des femmes

17.09.20

ONU Genève, Conseil des droits de l'homme – A l’occasion de sa participation à la discussion sur la réalisation progressive des droits de l'homme à l'eau potable et à l'assainissement, MMM a attiré l'

Lire plus

Placer le Care & l’Education au coeur d’un nouveau système économique

28.07.20

ONU New York, Forum Politique de Haut Niveau pour le développement (HLPF) - Enregistrement et rapport de l'événement parallèle de MMM

Lire plus

Care et Education – Les pierres angulaires d’une économie durable et juste

04.07.20

UN New York, HLPF - Invitation à un webinaire, événement parallèle au Forum de Haut Niveau Politique, organisé le 16 Juillet

Lire plus

MMM répond à la feuille de route sur la stratégie européenne de Green Deal pour l’adaptation au changement climatique

30.06.20

Les femmes peuvent être touchées de manière disproportionnée par le changement climatique étant donné leur position socio-économique plus vulnérable.

Lire plus

Dans l’UE, 1 enfant sur 4 vit dans la pauvreté

12.06.20

Le 2 juin 2020, Make Mothers Matter, avec ses partenaires de (EU Alliance for Investing in Children), avec le soutien de la Plateforme Sociale et de SDG Watch Europe, a lancé un appel à l'action auprès de l'

Lire plus