Pourquoi les mères?

07.09.23

La coordinatrice du réseau MMM, Sarah Krimi, s'est entretenue avec un grand nombre de nos associations membres, afin de mieux les connaître et de comprendre pourquoi les mères sont importantes dans leur travail. Comme le dit Benoît Bichon, président et fondateur du groupe EDO en Colombie, dans son interview: “Nous sommes convaincus que les mères sont les actrices de transformation de la société”

L’engagement collectif du réseau MMM porte sur des questions multiples et urgentes auxquelles sont confrontées les mères du monde entier:  sécurité alimentaire, pauvreté, changement climatique, santé, conflits armés, déséquilibres entre vie professionnelle et vie privée, etc. Cet engagement nous permet de poursuivre notre action de plaidoyer au nom et dans l’intérêt des mères.

Nous sommes fières de mettre en lumière, à travers leur propre récit, les actions de certains de nos membres pour mettre les mères en capacité d’agir.

Alain Englebert, Président de En Avant Les Enfants (EALE), Belgique/République Démocratique du Congo

J’ai réalisé que les mères avaient une responsabilité plurielle – totalement méconnue, sous-estimée et non défendue – à savoir leur responsabilité éducative.

J’ai aussi réalisé qu’aujourd’hui, de nombreuses mères souhaitent ou sont obligées de travailler et sont donc des actrices importantes d’un point de vue économique. Les mères sont souvent à la base du changement et à ce titre, des acteurs clés de la société. Le principal objectif stratégique d’En Avant les Enfants, est d’autonomiser nos bénéficiaires, c’est-à-dire les mères et leurs enfants. Faire en sorte qu’elles puissent être totalement autonomes en termes d’éducation, de formation et surtout au niveau économique, afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle de citoyennes responsables, d’actrices de paix. Grâce à notre projet social Kisany, nous atteignons cet objectif et renforçons l’autonomie des mères. A la sortie de nos formations, les mères, ayant acquis des compétences en broderie notamment, peuvent développer une activité génératrice de revenus à domicile.

Dans toutes ces batailles, il est très important de sensibiliser les hommes et les pères, actuels et à venir, à ce que nous appelons aujourd’hui la masculinité positive. C’est une bataille qui doit être menée en profondeur et à grande échelle, car elle est souvent négligée.

Anne Fennell, Présidente de Mothers At Home Matter (MAHM), Royaume Uni

De nos jours, nous avons peur de parler des mères – comme si c’était démodé, coincé, et du passé, alors que nous voulons être progressistes.

En fait, je pense qu’il est assez radical de dire que nous sommes des mères et que nous voulons avoir le choix de rester à la maison avec nos enfants.

Aucune autre organisation ne fait cela. Il y a beaucoup d’organisations pour les pères, ici au Royaume-Uni, et beaucoup d’autres qui soutiennent les mères pour qu’elles reprennent le travail, mais il n’y en a aucune, à ma connaissance, qui soutienne le désir de rester à la maison. C’est nager à contre-courant et je pense qu’il est nécessaire de se faire entendre.

Le plus grand défi est de changer les perceptions, d’éduquer et de faire comprendre aux gens quelle est la situation des familles. Aujourd’hui, notre principal objectif au sein de MAHM est de plaider en faveur d’une politique fiscale équitable, de rendre les allocations familiales équitables, et de plaider en faveur de conditions économiques équitables afin que les parents aient un véritable choix. Et en fait, que l’argent soit au service du parcours de l’enfant.

Claire Thibaut, Présidente de Mothers & Midwives Support (MMS), Belgique/République Démocratique du Congo

En tant qu’infirmière et sage-femme, il était naturel que je soutienne les mères.

Pour moi, l’adage africain « sans les femmes, le monde s’écroulerait » résume l’importance des femmes et des mères dans notre société.

C’est avec ces convictions que j’ai créé MMS. Au départ, ma mission était de former des sages-femmes, mais je me suis vite rendu compte que sans les infrastructures adéquates, il est très difficile de dispenser une formation. Aujourd’hui, mon objectif principal est donc de finaliser les travaux de construction de toutes nos maternités.Nous avons créé un magnifique partenariat avec une association française, Energie Assistance, qui nous permettra d’électrifier nos 22 centres de santé. La formation des sages-femmes reste également un projet phare pour l’année à venir. Il est important que les sages-femmes puissent apporter aux mères le soutien dont elles ont besoin, car les femmes sont le moteur du développement.

Benoît Bichon, President & Fondateur de EDO Group, Colombia

Nous sommes convaincus que les mères sont des actrices de transformation de la société

C’est pourquoi nous travaillons non seulement avec les mères, mais aussi avec les communautés africaines et wayuu de la Guajira, en Colombie, afin qu’elles soient reconnues et soutenues en tant que telles. Notre région est multiculturelle et très complexe, et nous voulons essayer d’apporter un changement positif pour ces femmes, pour ces mères. Notre objectif est de réussir à financer leur sécurité alimentaire, la santé, l’éducation adaptée, le travail sur le micro-entreprenariat et la micro-finance. Nos projets phares pour l’année à venir sont d’abord la mise en place d’une petite entreprise sociale pour fournir des matières premières pour le tissage et un système de distribution et de commercialisation des produits finis pour répondre à un marché ; et ensuite un projet de prévention sanitaire avec des premiers soins pour sensibiliser aux conditions d’hygiène.

Camila Rodrigues, Présidente & Fondatrice de Mulheres a Obra, Portugal

Notre communauté est née d’une discussion sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, à la suite d’une publication dans un groupe Facebook de mères, appelé 4Moms.

Une mère a évoqué dans un post sa difficulté à concilier famille et travail et a demandé si d’autres mères ressentaient la même chose. Les réponses ont afflué. Une autre mère, Carla, et moi-même avons commencé à échanger des messages privés et avons décidé qu’il serait préférable de créer un forum pour que ces femmes puissent parler entre elles. Nous étions 5 000 au départ et nous sommes aujourd’hui près de 200 000 !

Mon plus grand défi est d’obtenir des politiques plus ambitieuses pour soutenir les solo-preneurs, tant au niveau national qu’au niveau de l’UE. Les solo-preneurs doivent être reconnus comme un sous-ensemble de l’entrepreneuriat, avec leur propre valeur en tant qu’agents économiques et une reconnaissance appropriée dans les statistiques officielles. Les femmes solo-preneurs – les « Mom’preneurs » – ont leurs propres spécificités qui doivent également être reconnues.

Caroline Piret, Présidente & Fondatrice de Viallaite, Cameroun

Il était très important pour moi de pouvoir conseiller et sensibiliser les mères qui rencontrent d’énormes difficultés avec leur bébé en matière d’allaitement. L’alimentation d’un enfant entre 0 et 2 ans joue un rôle majeur dans sa croissance et son développement. Nous essayons de développer l’éducation des mères autour de l’allaitement, tout en respectant la culture et les croyances de chacune.

Lorsque nous sommes en mesure d’aider une mère, nos conseils ne calment pas seulement le bébé et donc la mère, mais ils contribuent également à consolider le lien mère-enfant et à sécuriser l’approche de la mère vis-à-vis de l’allaitement. Pour ce faire, nous sommes très actives sur notre page Facebook, ainsi que sur les groupes de mères présents sur cette plateforme. Nous avons également mis en place un programme de formation pour le personnel infirmier dans plusieurs hôpitaux, car ils sont les premiers à pouvoir informer ces mères. Il est essentiel de donner au personnel soignant les outils nécessaires pour aider concrètement les mères.

Jean Bolly, President & Fondateur de AJAD, Côte d’Ivoire

Ma mère a été le catalyseur de mon engagement auprès des mères en Côte d’Ivoire. Elle avait l’habitude de grimper aux palmiers pour cueillir les graines et les vendre afin que je puisse aller à l’école. Elle m’a aidée à comprendre les scénarios difficiles auxquels sont confrontées les femmes, en particulier les femmes africaines.

Je trouve que la situation de ces femmes, de ces mères, est stéréotypée et très jugée, et mon travail est justement de déconstruire ces stéréotypes et ces préjugés.

A travers l’AJAD, je souhaite redonner aux femmes leur dignité. Pour cela, nous avons mis en place un centre de formation pour les jeunes filles, où elles apprennent la coiffure, la couture, la pâtisserie et la décoration, avec pour objectif de leur donner un diplôme. Ce diplôme leur permettra d’ouvrir leur propre entreprise et de devenir ainsi autonomes. L’objectif d’AJAD est l’autonomisation sociale des femmes.

Mohan Dangal, Directeur exécutif de Child Nepal

Nous formons les mères, mais apprenons aussi d’elles. Au Népal, nous plaidons pour la ratification du troisième protocole facultatif de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant. Le Népal ne l’a pas encore ratifié, nous poursuivons donc nos efforts comme nous le faisons depuis 2012. Cela reste notre plus grand défi aujourd’hui.

Notre mission est d’instaurer une culture favorable aux enfants. C’est une très grande mission et un grand objectif pour nous.

Il est impossible d’instaurer une culture favorable aux enfants si les mères ne sont pas autonomisées.

Runa Khan, Présidente et Fondatrice de Friendship NGO, Bangladesh

Être mère est l’une des plus grandes responsabilités que l’on puisse avoir. La maternité commence le jour où l’on est enceinte. Dans ce monde, nous avons besoin de tous les éléments de positivité pour nos enfants, car on ne fait jamais les choses correctement. Personne ne peut le faire à la perfection. Nous devons faire de notre mieux et donner aux mères les meilleures chances d’élever leurs enfants, en étant avec eux autant que possible. Les enfants doivent comprendre que les gens doivent travailler, que cela fait aussi partie de la croissance ; ils le feront à leur tour pour leurs enfants. Nous devons travailler pour gagner notre vie et les élever en toute sécurité. Nous devons donner tous les outils aux mères pour qu’elles puissent élever la génération dont elles sont responsables.

Les gens doivent comprendre la valeur de la vie des femmes car ce sont elles, en fin de compte, qui sont responsables du monde à venir. Elles sont le véritable vaisseau du monde de demain.

A Friendship, nous avons des groupes d’apprenants pour informer les gens sur les lois locales, sur la lutte contre les mariages d’enfants, sur de petites choses comme d’établir des certificats de naissance, de posséder une carte d’identité nationale, ou sur la manière de déposer une plainte auprès de la police. 75 % d’entre eux sont des femmes. Actuellement, nous avons 40 000 apprenants adultes, dont au moins 30 000 femmes.

Passy Mubalama, Fondatrice & Directrice de Aidprofen, République Démocratique du Congo

Ma mère était un exemple concret de ce que je ne voulais plus voir au Congo, c’est-à-dire des femmes victimes des normes sociales et qui ne s’occupent que de leur foyer, de leur mari et de leurs enfants, s’oubliant elles-mêmes en tant que femmes. La situation des mères en RDC est très particulière, et je veux combattre les clichés qui les entourent en montrant l’envers du décor : leur courage, leur travail, leurs combats qui contribuent chaque jour au développement du pays.

Les mères ont la capacité de perpétuer l’éducation qu’elles ont reçue. C’est pourquoi Aidprofen, en se concentrant sur les mères et en les aidant à retrouver leurs droits, espère changer l’inégalité entre les hommes et les femmes dans les générations futures. Pour ce faire, nous luttons contre les violences basées sur le genre et réduisons les inégalités en développant des activités dans les camps de personnes déplacées, où nous fournissons également des soins psychosociaux aux femmes survivantes de violences, des références médicales et des activités de leadership, mais aussi en mettant en place des activités sur la masculinité positive. Je fais partie d’une génération qui n’a pas connu la paix au Congo, et par mon travail, j’espère changer cette situation pour les générations futures. Mon grand combat aujourd’hui est que l’égalité entre les hommes et les femmes soit reconnue comme un droit et non comme une faveur.

Yusra Qadir, Vice-Présidente, Mothers Matter Center Canada

Nous ne faisons pas de programmation superficielle ; la plupart de nos projets durent entre 2 et 3 ans. Notre programme principal, Home Instruction for Parents of Preschool Youngsters (HIPPY), est basé sur des visites à domicile – notre visiteuse se rend au domicile de la mère et passe une heure à lui présenter un programme d’activités chaque semaine, afin de lui permettre de faire participer son enfant à des activités. À l’heure actuelle, il existe au Canada 14 programmes HIPPY qui s’adressent à 12 000 femmes chaque année. Nous avons également d’autres projets, comme le projet « Woman’s insight », qui permet aux femmes d’identifier les lacunes en matière d’objectifs de développement durable dans leurs communautés. Nous travaillons avec trois groupes : les femmes autochtones, les femmes musulmanes et les femmes réfugiées et immigrées.

Lorsque nous travaillons avec une mère, nous sentons que l’environnement familial change. Elle est capable de travailler non seulement avec un enfant, mais aussi avec tous ses enfants. Lorsque sa confiance et ses capacités se développent, la situation s’améliore et transforme les choses pour toute la famille.

Nous ne considérons pas la mère uniquement comme un vecteur de changement. Ce ne serait pas juste : elle est aussi un individu, elle a ses propres droits. Dans tout ce que nous faisons, elle doit en bénéficier, et tous les autres en bénéficieront également.

 

Nous continuerons à mettre en valeur le travail de nos membres et d’autres fonctionnalités seront bientôt disponibles.

Vous pouvez accéder à des informations sur les actions de toutes nos associations membres notre réseau ici.

 

Articles les plus lus

Les femmes à la table de paix: Conférence Internationale

14.04.23

Make Mothers Matter, en collaboration avec la ville de Ypres ainsi que ses partenaires Mothers for Peace, Mama Kivu et Vrouwenraad, organisent une conférence internationale sur la paix Women at

Lire plus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Retour sur notre conférence « Women at the peace table »

20.06.23

Artisans de la paix dans le monde, ils et elles sont venus du monde entier pour apporter leur voix et leur soutien au message principale de la conférence : il

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

MMM @ Conseil des Droits de l’Homme: soutenir les mères en tant qu’aidantes et éducatrices

26.03.24

UN Geneva - As the 55th session of the Human Rights council wraps up, here is an overview of our contributions to the discussions that took place on a wide range of topics. Our aim with all our interventions wa

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the Status of Women

Lire plus

Be Family® – engager les entreprises à agir en faveur des familles sur le lieu de travail

01.03.24

MMM est heureux d’annoncer le lancement de Be Family®, dont nous sommes membre fondateur.

Lire plus

Une protection sociale inclusive pour la réalisation des droits de l’enfant

01.03.24

UN Geneva, Human Rights Council - - Co-organised with a group of Child Rights organisations, we invite you to join us for this hybrid event which will take place around the HRC's annual day of the rights of the

Lire plus

Notre membre de RDC dénonce l’utilisation des femmes et des filles comme arme de guerre

27.02.24

ONU Genève, Conseil des droits de l'homme - Passy Mubalama, présidente et directrice générale d'Aidprofen, un de nos membres en République Démocratique du Congo, était l'un des quatre orateurs de la soci

Lire plus

Investir dans les Mères pour la justice sociale

20.02.24

C'est officiel. En cette journée mondiale de la justice sociale, nous sommes ravis de vous annoncer que MMM a rejoint la Global Coalition for Social Justice, lancée par l'Organisation Internationale du Travai

Lire plus