Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mortalité des femmes à l’accouchement et les violences obstétricales.

Tlaleng Mofokeng, Rapporteur Spécial de l’ONU sur le Droit de chacun de jouir du plus haut niveau atteignable de santé physique et mentale, a lancé en mai 2022 une consultation sur la question : « Racisme et Droit à la santé », dont les résultats serviront à informer le rapport qu’elle présentera à l’Assemblé Générale de l’ONU en octobre prochain. Cet article résume les grandes lignes de notre réponse, qui se concentre sur les effets du racisme autour de la naissance.

Le taux de mortalité des mères à l’accouchement, révélateur du racisme systémique dans les sociétés développées

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Afrique sub-saharienne et l’Asie du Sud totalisent environ 80% des décès chez la mère et l’enfant à l’échelle mondiale, reflétant les inégalités dans l’accès aux services de santé et mettant en lumière l’écart entre pays riches et pays en voie de développement. Ainsi dans les pays développés, le taux de mortalité des mères à la naissance est en moyenne nettement plus bas (1 femme sur 6500 contre 1 femme sur 37 dans l’Afrique sub-saharienne)1.

Or, dans nombre de pays développés (France, Belgique, Canada, USA…), on s’aperçoit que le taux de mortalité des mères à la naissances cache des disparités. Il s’avère que les femmes issues des minorités liées à l’immigration ou venant de populations indigènes ont un taux de mortalité plus élevé. Ainsi aux USA, le taux de mortalité à la maternité des mères d’origine afro-américaine est 3 fois plus élevé que les mères de race blanche. Dans la ville de NY, c’est même 8 fois plus. En France, une étude menée entre 2013 et 2015 montre qu’une mère née en Afrique subsaharienne et vivant aujourd’hui dans l’hexagone, a trois fois plus de risques de mourir des suites de la grossesse ou de l’accouchement qu’une femme née en France.

Des violences obstétricales exacerbées pour les minorités

Au-delà de la mortalité à l’accouchement, les phénomènes que l’on regroupe sous le terme de violences obstétricales sont révélatrices elles-aussi d’une forme de racisme.

La prise de conscience des violences obstétricales est relativement récente (2013 en Belgique pour l’Europe, le Venezuela étant initiateur de cette prise de conscience dès 2000) et sa reconnaissance par la sphère Onusienne l’est encore plus puisqu’elle remonte à une déclaration de l’Assemblée Générale de juillet 2019.

Les communautés indigènes, les femmes issues de l’immigration sont plus à risque d’endurer ces violences obstétricales. Ainsi au Canada, une étude a démontré que les violences obstétricales étaient amplifiées chez les femmes d’origine africaine : ne pas avoir accès à des méthodes d’accouchement alternatives, être isolées et ignorées par le personnel médical, ne pas être informées correctement de leurs droits et des procédures médicales, voir leur accompagnateur ou conjoint être traité de manière irrespectueuse par le personnel médical et endurer des propos racistes fondés sur des stéréotypes sur un groupe ethnique.

Les mères issues de l’immigration ou des communautés indigènes plus à même de connaître un accouchement à problèmes

Globalement les populations touchées par ces discriminations autour de l’accouchement, sont les mères issues de l’immigration, qu’elle soit récente ou non, d’ethnies minoritaires indigènes, des réfugiées ou plus généralement des mères de conditions de vie modeste ou non lettrées.

Pourquoi ces mères sont-elles plus à risque ?

Ces femmes maitrisent souvent mal la langue du pays entrainant ainsi des difficultés pour communiquer avec l’équipe soignante. Leurs conditions de santé peuvent être dégradées bien avant le début de leur grossesse suite à une mauvaise alimentation ou à un mauvais suivi médical sur d’autres maladies (hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires, obésité…). Elles manquent également souvent d’informations sur leurs droits, les procédures médicales.

Mais les systèmes de santé sont surtout clairement mis en cause.

Dans les quartiers où résident ces communautés, les infrastructures sont de qualités dégradées avec des équipements souvent obsolètes, un service d’urgences néonatales inexistant, Cette situation peut être liée à un choix d’investissements délibéré de la ville ou à des services publics aux moyens limités et bien sûr, à impossibilité financière d’accéder aux services de soins privés (clinique…).
Par ailleurs, l’accès aux infrastructures pose un véritable problème, qu’il soit lié à l’absence de moyen de transport dans le ménage concerné, ou à l’éloignement du lieu d’habitation par rapport à la structure de soins. Sont particulièrement concernées les populations indigènes vivant dans des zones reculées.

Les équipes soignantes sont, elles aussi, directement mises en cause.

Elles souffrent de l’absence de formation dans leur cursus contre les stéréotypes d’origine raciaux sur la grossesse et l’accouchement des femmes. Ainsi on note la persistance de stéréotypes entrainant de nombreuses paroles déplacées, et des décisions d’actes médicaux faussées.

Le personnel soignant devrait être formé à la diversité culturelle dans les pratiques d’accouchement : connaissances des traditions de chaque ethnie, pour comprendre leurs demandes ou leur refus de tel ou tel acte médical. Et fréquemment, on rencontre des difficultés de communication, un niveau moindre d’écoute, moins de respect de la part de l’équipe soignante pour une mère issue de l’immigration ou d’ethnie minoritaire.

Ce constat n’est bien sûr pas à généraliser, nombre de soignants à travers le monde faisant preuve d’un accompagnement remarquable auprès des mères qui accouchent.

De plus en plus conscient du racisme régnant dans les maternités, les politiques, les gouvernements, les soignants, ont déjà commencé à réagir. Prise de conscience, prise de paroles, programmes d’investissements, nouveaux modules de formations, des choses se mettent en place. Cet effort est à suivre de près et à poursuivre dans les années à venir pour que toutes les mères puissent avoir droit à un accouchement digne et en toute sécurité pour leur santé et celle de leurs enfants.

Lire la réponse complète de MMM

 

Articles les plus lus

Le Care – un contributeur clé à la sécurité et à la paix

17.03.22

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - Par son intervention orale, MMM a réaffirmé la nécessité de reconnaître et de soutenir le travail essentiel, mais souvent non rémunéré, du

Lire plus

Ensemble: partageons le Care, transformons l’avenir

02.07.22

ONU New York, FPHN - Rejoignez-nous le 11 juillet pour une table ronde sur l'importance et la façon de partage le Care à tous les niveaux - famille, communauté, gouvernements

Lire plus

Il est temps de mettre en place des systèmes économiques qui valorisent et soutiennent le Care

22.01.22

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme- La pandémie a mis en évidence l'essentialité du Care pour le bien-être collectif et l'action des parents, et en particulier les mères, pour

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Les enfants au cœur de la Conférence mondiale sur le Développement et la Protection de la protection de la Petite Enfance

26.11.22

Suite au Sommet sur la transformation de l'éducation (TES) qui s'est tenu à New York en septembre 2022, la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation et la protection de la petite enfance (WCECCE) a é

Lire plus

La réponse du MMM à la stratégie de l’UE en matière de soins

18.11.22

Dès nos premiers instants sur terre, nous avons tous besoin de soins. Nous en avons lorsque nous sommes très jeunes ou très âgés et si nous souffrons d'une maladie ou d'un handicap. Les personnes qui fourn

Lire plus

Conférence Mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance : MMM promeut une parentalité partagée

03.11.22

Organisée par l'UNESCO, la Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance se tiendra du 14 au 16 novembre à Tachkent, en Ouzbékistan – Nous y serons et y organisons, en colla

Lire plus

Parentalité partagée: vitale pour le développement de la petite enfance et un avenir transformé

04.10.22

A MMM, nous sommes convaincus qu'un partage plus équitable entre les parents du travail invisible que constituent les soins et l'éducation des enfants présente un quadruple avantage : il est essentiel pour l

Lire plus

À la recherche d’un remède pour le SOPK
Le projet SPIOMET4Health

30.09.22

MMM participe à un projet européen, SPIOMET4Health qui vise à fournir un traitement pour le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l'une des principales causes d'infertilité, tout en sensibilisant à la

Lire plus

MMM appelle à une redéfinition de la notion de « Travail » incluant travail rémunéré et non rémunéré

28.09.22

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM a saisi l'occasion d'une table ronde sur l'avenir du droit au travail dans le contexte du changement climatique pour appeler à une vision plus holistique du " t

Lire plus