Care et Education – Les pierres angulaires d’une économie durable et juste

04.07.20

UN New York, HLPF - Invitation à un webinaire, événement parallèle au Forum de Haut Niveau Politique, organisé le 16 Juillet

MMM HLPF 2020 Flyer de l’événement parallèle à télécharger

Où et Quand

  • 16 Juillet 2020 – 8:00-9:30 EDT / 14:00-15:30 CET
  • Manifestation virtuelle avec Zoom Webinar – Inscription obligatoire sur le lien https://bit.ly/2YZe8PD
    (Cet événement sera aussi transmis en direct sur notre page Facebook page)

Nos Objectifs

  1. Mettre en évidence les lacunes de notre système économique actuel dans la reconnaissance du rôle essentiel du care, en particulier les activités de soin non rémunéré
  2. Plaider pour un changement de paradigme dans notre réflexion économique : les dépenses en matière de soins et d’éducation doivent être considérées comme des investissements et non uniquement comme des dépenses
  3. Appelez les gouvernements à agir : Covid-19 et sa dévastation économique offre une occasion unique de « reconstruire en mieux » en donnant la priorité au care pour le bien-être, la durabilité et l’équité.

Intervenants

Contexte:

  • Remarques introductives par la modératrice : Anne-Claire de Liedekerke, Présidente, Make Mothers Matter
  • « Reconstruire en mieux… » – Montage vidéo de témoignages d’associations de terrain, membres du réseau MMM dans le monde sur l’impact durable de la crise du Covid-19 et leurs appels au changement(MMM fédère un réseau d’environ 40 organisations locales travaillant dans une trentaine de pays à travers le monde pour soutenir et responsabiliser les mères et leurs familles, et pour faire progresser les droits humains des femmes et des enfants)

Panel des Intervenants:

Q&R

  • Vous pourrez poser vos questions pendant le panel. 
    Vous pouvez aussi envoyer vos questions avant l’événement à un intervenant , en utilisant l’espace « Comment & Question » dans le Zoom formulaire d’enregistrement Zoom

Mot de la fin :

 

Informations Contextuelles

Partout dans le monde, tant dans les pays développés que dans les pays en développement, les femmes assument la majorité du travail de care, c’est à dire les travaux domestiques et de soins non rémunérés, jonglant souvent entre le travail rémunéré et les responsabilités familiales, ceci au détriment de leurs aspirations personnelles, de leur indépendance économique, voire de leur santé.

L’évaluation du SDG 5, « Réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles« , réalisée en 2019, a montré que dans les quelque 90 pays pour lesquels des données sont disponibles, les femmes consacrent en moyenne trois fois plus d’heures par jour que les hommes aux soins non rémunérés et aux travaux domestiques, ce qui limite le temps disponible pour le travail rémunéré, l’éducation et les loisirs[1]. Cette répartition inéquitable du travail familial non rémunéré renforce les désavantages socio-économiques des femmes, en particulier lorsqu’elle s’entrecroise avec des discriminations liées à la race/l’ethnicité, à l’âge ou au statut migratoire. Elle reste l’un des principaux obstacles à l’égalité des sexes.

La crise de Covid-19 a exacerbé cette situation. Dans les familles avec enfants, les mères, bien plus que les pères, ont vu le temps qu’elles consacrent à leurs des enfants augmenter pendant le confinement[2]. En plus de leurs responsabilités domestiques, de soins et d’éducation habituelles, elles ont dû suppléer aux écoles et aux crèches, et plus globalement aux organismes éducatifs qui sont actifs auprès des enfants en temps normal – tout en essayant, dans la mesure du possible, de continuer à travailler pour avoir un revenu. Et sur le front de l’emploi, la crise a particulièrement touché les femmes, surtout si elles sont mères – là encore, en grande partie à cause de l’augmentation de leur travail de soins non rémunéré[3].

Alors que nos vies se sont recentrées en mettant l’accent sur nos besoins les plus fondamentaux, la crise de Covid-19 a mis en évidence à quel point le care, les soins et le personnel soignant, sont au cœur du bien-être humain et social, et combien ils sont essentiels au développement économique. Elle a également mis en lumière le fait que ce travail essentiel est principalement effectué par les femmes, qu’il est sous-évalué ou considéré comme allant de soi, sous-payé ou pas payé du tout. En outre, elle a révélé l’importance du rôle des mères ; jamais auparavant le mot « mère » n’avait été aussi largement utilisé dans les médias.

Cette crise nous offre une opportunité de changement systémique, notamment en ce qui concerne la finalité et le fonctionnement de nos économies. La crise montre clairement les limites de notre système économique actuel, qui est fondé sur une croissance sans fin du PIB et qui privilégie les profits sur la vie. Notre système actuel ignore complètement la valeur essentielle des activités de soins non rémunérées ainsi que notre environnement naturel, qui à la fois subventionne l’économie monétisée et est considéré comme une ressource gratuite et inépuisable – un fait que les économistes féministes dénoncent depuis de nombreuses années.

Le rapport Oxfam 2020 le dit clairement: Time to Care[4]. L’objectif 5.4 de l’ Agenda 2030[5] fournit un cadre propice – Reconnaitre, Réduire et Redistribuer le travail de soin non rémunéré – pour résoudre le sujet de la répartition inégale des activités de soin non rémunéré. Et plus généralement, les ODD fournissent un tableau de bord exhaustifs d’objectifs et d’indicateurs pour veiller au bien-être des personnes et d notre planète

Mais cela ne suffit pas. La mise en œuvre des ODD doit être soutenue par un changement de paradigme dans la manière dont nous gérons nos économies et dans les priorités que nous donnons à notre système économique. Il est temps que nous allions « au-delà du PIB », c’est-à-dire au-delà des objectifs de croissance du PIB et de réalisation de bénéfices en tant que principaux moteurs de nos économies. Au lieu de cela, le bien-être des personnes et de la planète doivent être les objectifs principaux de nos économies, et de nouveaux indicateurs doivent être utilisés pour intégrer et soutenir ces objectifs de bien-être afin de guider l’établissement des budgets et l’élaboration des politiques des gouvernements – les femmes devant  être représentées de manière adéquate dans le processus décisionnel.

La crise de Covid-19 a mis en évidence ce qui est essentiel et ce qui compte pour nous, et cela commence par le care et la famille. Pour commencer, le nouveau système économique doit reconnaître la valeur du care et veiller à ce que ceux qui fournissent ce travail, en particulier les mères, ne soient pas pénalisés pour avoir assumé cette responsabilité, mais aussi, à ce que les compétences qu’elles développent en s’occupant de leurs enfants et en les éduquant soient dûment reconnues et valorisées. Élever et éduquer les enfants – les futurs travailleurs et citoyens – afin qu’ils réalisent pleinement leur potentiel – est essentiel pour l’avenir de nos sociétés et doit être soutenu de manière adéquate.

Les 3 pays – Islande , Nouvelle Zélande and Ecosse – qui ont crée l’Alliance pour une économie de bien-être (WEAll)[6], nous montrent la voie à suivre pour aller de l’avant grâce à la budgétisation du bien-être et à l’utilisation de nouveaux ensembles d’indicateurs de bien-être, de durabilité et d’équité pour guider l’élaboration des politiques. De nombreuses collectivités locales ainsi que des entreprises privées sont également engagées dans la voie d’une économie plus solidaire et plus durable.

Du niveau mondial au niveau local, les plans de relance Covid-19 devraient apporter un tel changement systémique – qui est également essentiel pour faire de la mise en œuvre des SDG une réalité.

[1] https://unstats.un.org/unsd/ccsa/documents/covid19-report-ccsa.pdf

[2] https://www.ifs.org.uk/publications/14861

[3] La disproportion de l’impact de la crise sur les femmes, notamment les mères, est de plus en plus document. Voir en Exemple https://www.theguardian.com/global-development/2020/may/29/we-are-losers-in-this-crisis-research-finds-lockdowns-reinforcing-gender-inequality

[4] https://www.oxfam.org/en/research/time-care

[5] Objectif 5.4: “Reconnaître et valoriser le travail de soins non rémunéré et le travail domestique par la fourniture d’infrastructures et de services publics, la mise en place de politiques de protection sociale et la promotion d’une responsabilité partagée au sein du ménage et de la famille, selon les contextes nationaux”

[6] https://wellbeingeconomy.org

Articles les plus lus

Visages afghans et voix du courage

21.09.21

Le 15 Aout dernier a vu l'effondrement du gouvernement afghan et le retour au pouvoir des talibans. Au sein de Make Mothers Matter, comme la plupart des gens, nous avons

Lire plus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Les mères françaises seront-elles écoutées?

21.09.21

Pour plaider les besoins et les attentes des mères en lien avec la prochaine réforme du gouvernement français sur les #1000premiersjours de l'enfant, MMM France a tenu à les entendre

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Notre membre de Roumanie en action pour les mères et les enfants d’Ukraine

21.06.22

Le conflit actuel en Ukraine et la crise humanitaire qui en résulte ont eu un impact dévastateur sur la santé mentale et physique des mères et de leurs enfants, tant pour ceux qui ont fui que pour ceux qui

Lire plus

Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mort

Lire plus

Travail de soins non rémunéré et maternité: MMM demande à l’OIT de modifier son approche de l’emploi

30.05.22

Conférence Internationale du Travail, Genève – Pour réparer l'injustice économique dont souffrent de nombreuses mères en raison de leurs responsabilités familiales (le "Care"), MMM a appelé à une nouv

Lire plus

Célébrer les mères tous les jours – L’heure du changement a sonné

18.05.22

En ces temps sans précédent, où l'Europe est confrontée à une pandémie mondiale, où les tensions politiques bouillonnent et menacent de déstabiliser l'ordre mondial, il est essentiel de réfléchir aux

Lire plus

La charge mentale des mères : le travail cognitif et émotionnel non rémunéré (et non reconnu)

15.05.22

MMM a le plaisir de publier un rapport rédigé par Emma Levrau, étudiante en santé globale et justice sociale (Master of Science) au Kings College de Londres, sur le travail cognitif et émotionnel non rému

Lire plus

MMM établit un lien entre l’écart de pension entre les sexes et la possibilité pour les mères à recevoir des soins de longue durée pendant leur vieillesse

11.05.22

Notre participation à l'appel à contribution de la Commission européenne : "Accès à des soins de longue durée abordables et de qualité" La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de renfo

Lire plus