Covid-19: « Nous avons besoin d’une relance centrée sur le care et l’éducation » affirme la Présidente de MMM

18.11.20

S'exprimant lors de la conférence internationale 2020 Women4Mediteranean organisée par l'Union pour la Méditerranée (UfM), Anne-Claire de Liedekerke, Présidente de MMM, a appelé à un changement radical dans notre perception et notre reconnaissance du "Care", de l'éducation et de ceux qui s'en chargent.

Intervention de Anne-Claire de Liedekerke (traduction en français

Les points essentiels :

  1. Le care, une nécessité: nous avons tous besoin de soins, de ‘care’ ; et à certains moments de notre vie, notre survie en dépend.
    Le care, un trésor: prendre soin les uns des autres n’est pas seulement une nécessité, c’est aussi une source de bonheur
    Le care, une ressource indispensable qui sous-tend les économies mondiales. Malgré cela, le care, en particulier le travail familial non rémunéré effectués principalement par les femmes (mères) au sein des foyers, n’est pas pris en compte dans le calcul du PIB et reste à l’origine des inégalités de genre.
  2. La pandémie a aggravé les inégalités. Lorsque les inégalités affectent le care et l’éducation, une partie de la population mondiale est alors sans avenir et cela aura un impact direct sur tous.
  3. Les personnes vulnérables, notamment les enfants, paient le prix fort de cette pandémie. Mais les mères paient aussi un trop lourd tribut. Le travail de care est coûteux en temps et en énergie, et leur charge est injustement répartie. Généralement, les mères en assure la majorité, et cette part inéquitable a été renforcée par la Covid-19. Lors des confinements, les parents devaient s’occuper de leurs enfants tout en travaillant depuis la maison. Cela a eu un impact plus important sur l’emploi des mères que sur celui des pères, renforçant ainsi la « pénalité de maternité », comme on l’appelle à juste titre.
  4. Paradoxalement, la pandémie a aussi rendu plus visible l’importance du care et de l’éducation, c’est un de ses rares points positifs. Elle a montré aux hommes et aux femmes, mais aussi à leurs employeurs, que le care est une responsabilité collective, qui nous concerne tous et qui ne peut être ignorée.
  5. La pandémie donne à tous les gouvernements l’occasion de faire le point sur ce qui importe vraiment et de mettre en œuvre des mesures qui en tiennent compte. Il faudra pour cela faire preuve de courage et d’imagination, mais c’est une question de priorités.
  6. Il nous faut des mesures de relance centrées sur le care et l’éducation. Chaque décision politique devrait être « à l’épreuve du care et de l’éducation »; en d’autres termes, leurs implications sur le care et l’éducation doivent être évaluées et prises en considération.
  7. Les dépenses en matière de care et d’éducation doivent être considérées comme des investissements et non comme des dépenses.
    En outre, les analyses coûts-avantages montrent de façon récurrente qu’investir dans le développement de la petite enfance est l’un des meilleurs investissements qu’un pays puisse faire.
  8. Nos systèmes économiques actuels ne reconnaissent pas le rôle essentiel du care et de l’éducation, en particulier les activités de soins non rémunéré. Les gouvernements doivent être créatifs et arrêter de se fixer sur la croissance du PIB, pour donner plutôt la priorité au care et à l’éducation. Leurs objectifs doivent être le bien-être des personnes et de la planète, la durabilité et l’équité dans nos économies, en utilisant des indicateurs qui reflète ces objectifs mieux que le PIB. 
  9. Les enfants, les femmes, les hommes, les mères, les pères et les familles peuvent être le moteur du changement. L’importance de la parentalité doit être reconnue et les lois sur les familles doivent être promulguées et appliquées pour faire respecter leurs droits.
  10. L’autre force motrice est l’éducation. MMM est particulièrement investie dans le droit à l’éducation des filles – comme l’illustre la campagne #RaiseAPen.

Reconstruire en mieux est la responsabilité de tous les gouvernements, mais c’est aussi notre responsabilité collective et individuelle de prendre soin des uns des autres et de la planète. Un autre effet positif de la pandémie est que dans de nombreuses familles, les parents et les enfants ont en fait apprécié de passer plus de temps ensemble.

La créativité et l’imagination seront nécessaires pour réinventer nos économies et défendre l’intérêt commun.

Prendre soin les uns des autres fera la différence, et en particulier prendre soin des enfants, car leur avenir est entre nos mains – et notre avenir est entre leurs mains.

La conférence 2020 Women4Mediteranean a été organisée par l’ Union pour la Méditerranée (UfM) et s’est déroulée virtuellement du 16 au20 Novembre 2020. Les enregistrements de toutes les sessions sont disponibles sur le site de l’UfM – voir aussi le rapport complet de la conférence.

Anne-Claire de Liedekerke est intervenue lors de la session plénière 1 sur « Les femmes en première ligne de COVID-19 », qui a eu lieu le 17 novembre – voir ci-dessous l’enregistrement video de cette session; son intervention commence à 58:48.

 

Articles les plus lus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Exploiter le numérique pour le bien être des familles: notre responsabilité collective

14.02.21

UN New York, CSocD59 - Retour sur la Visio-conférence du 12 Février dernier, qui s'est tenue dans le cadre du la 59ème Commission des Nations Unies sur le Développement Social

Lire plus

Changer le narratif sur le travail de Care non rémunéré et l’économie

03.07.21

ONU New York / FPHN - Inscrivez-vous dès maintenant pour participer à l'événement que nous organisons en marge du Forum Politique de Haut Niveau de l'ONU.

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Chaque mère ne devrait-elle pas avoir droit à la sécurité sociale?

28.11.21

NU Genève, Conseil des Droits de l'Homme – Au cours d'une table ronde intersessionnelle sur "le droit à la sécurité sociale dans un monde du travail en mutation", MMM a de nouveau affirmer l'importance fo

Lire plus

Egalité des genres: les suissesses font pression pour une économie du bien-être parmi d’autres politiques tangibles

28.11.21

Suisse – Pendant deux journées extraordinaires, les femmes ont investi le parlement de Berne, à l'occasion de la "Session des femmes" pour débattre de questions relatives à leurs droits, et adopter des mo

Lire plus

Renforcer les moyens des mères pour atténuer les effets et s’adapter au changement climatique

27.10.21

NU New York / CSW – Dans le cadre de la 66ème session de la Commission des Nations Unies sur le statut des femmes (CSW66), MMM souligne, par sa déclaration écrite les conséquences particulières du change

Lire plus

Droits des femmes et droits des enfants – Exploiter les synergies, minimiser les tensions

12.10.21

MMM a contribué à un livre sur ce thème, publié ce mois d'octobre 2021.

Lire plus

Education, travail et participation politique sont les droits de chaque femme afghane

28.09.21

NU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM réaffirme l'importance des droits économiques, sociaux et culturels de chaque femme afghane et appelle la communauté internationale à se mobiliser

Lire plus

Crise mondiale de l’eau, en première ligne: les femmes

27.09.21

NU Genève, Conseil des droits de l'Homme -Au cours du dialogue avec le Rapporteur spécial sur le droit à l'eau, MMM a souligné l'impact de la crise mondiale de l'eau sur les droits des femmes et sur le poid

Lire plus