Innover pour émanciper les filles et les femmes par l’éducation

08.07.19

UNESCO - MMM a participé à la conférence internationale organisée le 5 juillet par la Présidence française du G7, en collaboration avec l’UNESCO, dans le contexte du G7 et de la réunion conjointe des ministres de l’éducation et des ministres du développement

Des intervenants de haut niveau y ont participé afin que les pays du G7 prennent des engagements fermes et pertinents en faveur de l’éducation des jeunes filles. Ces pays se réuniront à Biarritz en août, où seront invités également pour la première fois les pays du Sahel du G5 et des membres de la société civile.

La conférence a débuté avec l’intervention de la Directrice Générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, qui a rappelé l’importance du programme O3 (auquel participe l’association MMM AJAD en Côte d’Ivoire pour lutter contre les grossesses précoces). Puis sont intervenus M. Jean- Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française ainsi que plusieurs ministres venus du Japon, du Sénégal, du Burkina Faso, du Royaume Unis, du Canada et de l’Italie ainsi que l’Union Africaine. Ils ont tous délivré un message fort en faveur de l’éducation des filles et des femmes et ont souligné l’urgence d’investir et d’agir sur le terrain notamment dans les transports, la sécurité et les structures sanitaires à l’école.

Mme Stefania Gianini, ancienne Ministre de l’Éducation d’Italie et en charge de la mise en œuvre de l’ODD 4 à l’UNESCO, a appelé à 3 changements majeurs auxquels travaille l’UNESCO :

  • Nécessité d’établir des données exhaustives sur les inégalités au niveau mondial,
  • Changement des législations nationales pour lutter contre les inégalités,
  • Formation des enseignants

A l’occasion de cet événement, l’UNESCO a lancé sa campagne #SonEducationNotreAvenir en faveur des filles et des femmes et a présenté l’Atlas interactif sur le droit des filles et des femmes à l’éducation, un outil de suivi et de plaidoyer qui vise à faire connaître au public l’état des constitutions, des législations et des réglementations nationales en lien avec le droit des filles et des femmes à l’éducation.

Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix et cofondatrice du Fonds Malala, a exhorté les pays du G7 à financer l’éducation des filles. Elle rappelle que dans les pays du Sahel, 75% des filles commencent leur éducation mais seulement 8% terminent leur éducation secondaire. La grande majorité se trouve ainsi condamnée par des mariages précoces et une vie de travail précaire.

Enfin le Président de la République Française, Emmanuel Macron, a annoncé vouloir obtenir lors du G7 à Biarritz en août des engagements concrets des États africains, notamment l’interdiction du mariage forcé, l’obligation des familles à scolariser leurs enfants et la mise en place d’infrastructures sanitaires scolaires pour filles. Le G7 devra aussi permettre des engagements fermes de tous les États en faveur de la scolarisation des filles à travers un fonds financier de contrepartie en partenariat avec l’UNICEF (pour 1€ versé à l’UNICEF chaque État, comme la France s’y est déjà engagé, versera 1€ supplémentaire entre juillet et décembre 2019). Il s’agira aussi de doubler les fonds dans le cadre de l’alliance pour le Sahel avec reddition des comptes et des résultats obtenus. De plus, l’exigence de travailler avec les organismes de terrain sera lié avec « un contrat à impacts » qui garantira que les sommes seront versées localement là où les résultats seront visibles. La mobilisation financière devra réunir aussi le G7, la Banque Africaine de Développement avec des figures de l’entrepreneuriat africain pour une stratégie d’émancipation des femmes par l’entreprenariat et l’activité économique en faveur d’initiatives concrètes.

Cette mobilisation sur le long terme débute par la conférence, elle se matérialisera au G7, puis continuera à l’AG de l’ONU en septembre prochain et lors du sommet des 25 ans du programme d’action de Pékin sur les femmes en juillet 2020 prévu en France. A cette occasion, il sera rendu compte du bilan des engagements pris, des lois adoptées, des standards et des résultats concrets.

Gabrielle de Milleville, Représentante de MMM auprès de l’UNESCO,  avec Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’éducation français

Gabrielle de Milleville, Délégation MMM à l’UNESCO, a pu s’entretenir avec M. Blanquer en rappelant l’importance d’agir en faveur des mères en tant qu’actrices incontournables pour envoyer leurs filles à l’école et la nécessité de changer les mentalités. Les mères représentent un levier essentiel pour parvenir à la scolarisation de toutes les filles dans le monde. Pour ce faire, elles ont besoin de nouvelles législations, notamment l’interdiction des mariages précoces afin de renforcer l’autonomisation de toutes les femmes. MMM a remercié la France de son initiative d’avoir mis comme priorité du G7 la lutte contre les inégalités et particulièrement l’égalité des genres et l’a félicité des annonces concrètes énoncées lors de cette conférence par le Président de la République Emmanuel Macron en espérant que tous les pays du G7 s’engageront dans la même voie.

Articles les plus lus

Visages afghans et voix du courage

21.09.21

Le 15 Aout dernier a vu l'effondrement du gouvernement afghan et le retour au pouvoir des talibans. Au sein de Make Mothers Matter, comme la plupart des gens, nous avons

Lire plus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Les mères françaises seront-elles écoutées?

21.09.21

Pour plaider les besoins et les attentes des mères en lien avec la prochaine réforme du gouvernement français sur les #1000premiersjours de l'enfant, MMM France a tenu à les entendre

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Notre membre de Roumanie en action pour les mères et les enfants d’Ukraine

21.06.22

Le conflit actuel en Ukraine et la crise humanitaire qui en résulte ont eu un impact dévastateur sur la santé mentale et physique des mères et de leurs enfants, tant pour ceux qui ont fui que pour ceux qui

Lire plus

Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mort

Lire plus

Travail de soins non rémunéré et maternité: MMM demande à l’OIT de modifier son approche de l’emploi

30.05.22

Conférence Internationale du Travail, Genève – Pour réparer l'injustice économique dont souffrent de nombreuses mères en raison de leurs responsabilités familiales (le "Care"), MMM a appelé à une nouv

Lire plus

Célébrer les mères tous les jours – L’heure du changement a sonné

18.05.22

En ces temps sans précédent, où l'Europe est confrontée à une pandémie mondiale, où les tensions politiques bouillonnent et menacent de déstabiliser l'ordre mondial, il est essentiel de réfléchir aux

Lire plus

La charge mentale des mères : le travail cognitif et émotionnel non rémunéré (et non reconnu)

15.05.22

MMM a le plaisir de publier un rapport rédigé par Emma Levrau, étudiante en santé globale et justice sociale (Master of Science) au Kings College de Londres, sur le travail cognitif et émotionnel non rému

Lire plus

MMM établit un lien entre l’écart de pension entre les sexes et la possibilité pour les mères à recevoir des soins de longue durée pendant leur vieillesse

11.05.22

Notre participation à l'appel à contribution de la Commission européenne : "Accès à des soins de longue durée abordables et de qualité" La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de renfo

Lire plus