Le soutien aux mères est aux familles est indispensable pour le développement de la petite enfance et la Paix

05.11.19

UN Geneva, Semaine de la Paix de Genève- MMM a eu le privilege de présenter Early Childhood Peace Consortium lors d'un événement organisé par Arigatou International sur le thème "Repenser la théorie et la pratique de la paix: renforcer les initiatives de paix par l'intégration du développement de la petite enfance "

La table ronde, qui s’est déroulée dans le cadre de la  Semaine de la Paix de Genève 2019, a rassemblé divers experts du Développement de la Petite Enfance (DPE):

  •    Aleksandra Jovic, experte à  l’UNICEF en Développement de la Petite Enfance, a présenté les dernières recherches sur ce sujet et la façon dont cette science est intégrée  dans les programmes. Elle met en avant les coûts élevés de l’inaction par rapport au potentiel de retour sur investissement élevé avec le DPE.
  •      Bernadette Daelmams, coordinatrice des politiques, de la planification et des programmes au Département de la santé maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescence de l’Organisation Mondiale de la Santé, a présenté le Cadre de soins nourriciers que l’OMS a lancé en soutien au DPE.
  •    Maria Lucia Uribe, directrice d’Arigatou Genève international et organisatrice du Consortium international sur la promotion des valeurs et de la spiritualité pour la prévention de la violence dans la petite enfance, a introduit une dimension spirituelle dans la discussion.  « Cette dimension joue dans la  façon dont un enfant se relie à lui-même et développe un sens d’appartenance  » affirme t-elle.

Présentation du Consortium pour la Paix dans la petite enfance (ECPC)

Lors de son intervention, la Vice-Présidente de MMM, Valerie Bichelmeier a présenté l’historique de l’ ECPC, sa mission, son périmètre de travail et comment MMM s’est impliquée dans ce travail.

Le programme Mère-enfant, conçu par  ACEV, un des partenaires fondateurs de ECPC, montre comment des mères formées et informées sur le développement de l’enfant et les compétences parentales, peuvent changer les relations au sein de la famille et contribuer à réduire les violences.  Le MOCEP mis en œuvre et évalué dans des camps de réfugiés palestiniens au Liban, en est un bel exemple dans un contexte pourtant fragile où la violence est endémique.

L’autonomisation des familles, des parents, des enfants pour la paix

« Pour que les  parents et les enfants deviennent agents de paix, il est important de travailler avec les mères et les familles et de les soutenir » a insisté Valérie Bichelmeier.

En effet, « c’est au sein de l’unité familiale que les valeurs et les croyances qui façonnent un individu se transmettent.  Un enfant vit d’abord dans la sécurité ou la détresse, dans des relations nourricières ou violentes, ainsi que dans les joies et les défis de vivre avec les autres. En plus, c’est d’abord au sein de la famille qu’un enfant apprend la tolérance – ou l’intolérance, ainsi que le règlement pacifique – ou violent des conflits » a-t-elle affirmé.

La Science le montre clairement : des enfants qui grandissent dans des familles saines, nourricières et exemptes de violence ont beaucoup plus de chances de réaliser leur plein potentiel et de trouver leur place dans la société – c’est cela en définitive, le fondement d’une paix durable.

La plupart des parents veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants, mais la réalité, c’est tous les défis auxquels ils sont confrontés – surtout les mères:

  •    La violence:  qu’elle soit directe (violences domestiques, violences dans les zones touchées par la guerre ou les conflits), ou indirecte (telle la pauvreté, le déplacement, l’itinérance, etc.).  La violence affecte clairement la capacité d’une mère à s’occuper convenablement de ses enfants – et conduit à un modèle de transmission intergénérationnelle de la violence.
  •    Le temps: les mères, de plus en plus présentes sur le marché du travail, doivent relever le défi d’équilibrer le travail rémunéré avec leurs responsabilités domestiques et familiales. N’oublions pas qu’à l’échelle mondiale, les femmes assument encore l’essentiel du travail familial non rémunéré. Celui ci comprend les tâches domestiques et les soins aux enfants et aux autres membres de la famille à charge.
  •    Les fragilités psychologiques: selon l’OMS, les problèmes de santé mentale, y compris la dépression et l’anxiété, touchent 10 à 20% des mères pendant la grossesse et l’année suivant l’accouchement. Cela a évidemment une incidence sur leur capacité de fournir des soins attentifs et adaptés aux besoins de leurs enfants.
  •    L’isolement : les familles/mères sont de plus en plus isolées, vivant souvent loin des grands-parents et de la famille élargie qui traditionnellement aidait à élever les enfants.
  •    La monoparentalité: c’est le cas pour un nombre croissant de mères – et dans la majorité d’entre elles, ce n’est pas un choix.

Toute politique visant à soutenir le DPE doit tenir compte de ces questions. Le DPE appelle une réponse multi-sectorielle. En effet, il touche des secteurs aussi variés que la santé, l’éducation, les affaires sociales, le travail, les affaires familiales, les droits des femmes et l’égalité des sexes.

Les mères sont des acteurs clés et doivent être reconnues comme telles. Elles devraient être informées et éduquées sur le développement de la petite enfance, sur l’importance du rôle parental positif et de relations nourricières adaptées et affectueuses.  Enfin, elles devraient être soutenues dans cette tâche difficile mais essentielle.

Attention néanmoins de veiller à ne pas exercer trop de pressions sur les mères, déjà confrontées à de nombreux défis… nous devons aussi reconnaître que les femmes ont d’autres rôles à jouer dans la société – en tant que citoyennes, professionnelles, politiques et leaders sociaux.

Il est absolument fondamental d’impliquer des pères  –  une quadruple victoire en fait : pour la mère, pour l’enfant, pour le père lui-même, et enfin, pour la société dans son ensemble et la paix.

A voir aussi:

 

Articles les plus lus

Visages afghans et voix du courage

21.09.21

Le 15 Aout dernier a vu l'effondrement du gouvernement afghan et le retour au pouvoir des talibans. Au sein de Make Mothers Matter, comme la plupart des gens, nous avons

Lire plus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Changer le narratif sur le travail de Care non rémunéré et l’économie

03.07.21

ONU New York / FPHN - Inscrivez-vous dès maintenant pour participer à l'événement que nous organisons en marge du Forum Politique de Haut Niveau de l'ONU.

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Notre membre de Roumanie en action pour les mères et les enfants d’Ukraine

21.06.22

Le conflit actuel en Ukraine et la crise humanitaire qui en résulte ont eu un impact dévastateur sur la santé mentale et physique des mères et de leurs enfants, tant pour ceux qui ont fui que pour ceux qui

Lire plus

Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mort

Lire plus

Travail de soins non rémunéré et maternité: MMM demande à l’OIT de modifier son approche de l’emploi

30.05.22

Conférence Internationale du Travail, Genève – Pour réparer l'injustice économique dont souffrent de nombreuses mères en raison de leurs responsabilités familiales (le "Care"), MMM a appelé à une nouv

Lire plus

Célébrer les mères tous les jours – L’heure du changement a sonné

18.05.22

En ces temps sans précédent, où l'Europe est confrontée à une pandémie mondiale, où les tensions politiques bouillonnent et menacent de déstabiliser l'ordre mondial, il est essentiel de réfléchir aux

Lire plus

La charge mentale des mères : le travail cognitif et émotionnel non rémunéré (et non reconnu)

15.05.22

MMM a le plaisir de publier un rapport rédigé par Emma Levrau, étudiante en santé globale et justice sociale (Master of Science) au Kings College de Londres, sur le travail cognitif et émotionnel non rému

Lire plus

MMM établit un lien entre l’écart de pension entre les sexes et la possibilité pour les mères à recevoir des soins de longue durée pendant leur vieillesse

11.05.22

Notre participation à l'appel à contribution de la Commission européenne : "Accès à des soins de longue durée abordables et de qualité" La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de renfo

Lire plus