Les voies d’une reconstruction post-covid en mieux placent le Care au centre

04.05.23

ONU New York - Dans la perspective du Forum politique de haut niveau (HLPF) de 2023, par sa déclaration écrite, MMM propose deux pistes politiques concrètes pour résoudre la question du travail de soins non rémunéré et accélérer les progrès en matière d'égalité des sexes, condition nécessaire à la réalisation des ODD : réinventer l'économie et reconnaître les soins comme un droit de l'homme.

Voici la déclarationécrite entière présentée par  MMM en amont du FHNP 2023 . Une version antérieure en a été publiée comme article sur le Forum de l’OCDE, avec le titre : 268 ans pour combler l’écart économique entre  Femmes et Hommes? Il est temps de considérer le CARE comme un Droit de l’Homme

Tirer les leçons de la pandémie avec une reprise innovante centrée sur le Care

‘La pandémie nous a montré qui fait le travail qui compte vraiment : les infirmières, les enseignants, le personnel soignant. Alors que nous nous remettons de la maladie, nous devons nous en souvenir. Il est temps de mettre fin aux inégalités du travail de soins non rémunéré et de créer de nouveaux modèles économiques qui fonctionnent pour tout le monde.’
Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies
Assemblée Générale avec des jeunes femmes d’organisations de la société civile le 31 août 2020

Selon le  Rapport 2019 du PNUD, L’accélération de l’égalité des sexes dans toutes les sphères de la société permettra d’accélérer les progrès vers la réalisation de l’Agenda 2030. Mais cela ne se produira pas tant que la question de la répartition inéquitable du travail domestique et de soins non rémunéré ne sera pas traitée.

Dans le monde, les femmes effectuent 3,2 fois plus de travail domestique et de soins non rémunérés que les hommes, ce qui correspond à 12.5 milliards d’heures de travail de soins non rémunéré par jour. Evalué au salaire minimum cela représente une une contributionontribution à l’économie mondiale d’au moins 10,8 billions de dollars par an, plus de trois fois la taille de l’industrie technologique mondiale.

Les Féministes dénoncent depuis longtemps cette répartition inéquitable du travail familial non rémunéré – ou Care gap – comme un obstacle majeur à l’accès des femmes au travail rémunéré et à la participation à la vie publique. Mais jusqu’à présente, cette question été négligée apr les décideurs politiques. Et même si déprogramme de développement 2023 de l’ONU comporte une cible une cible dédiée dans l’ODD5 sur l’égalité de genre (cible 5.4), les gouvernements ont été long à agir.

Cette situation est en train de changer. Malgré tous ses effets dévastateurs, la pandémie de Covid-19 a révélé l’importance cruciale du travail de soins, essentiel au bien-être de tous, ainsi que la dépendance actuelle et future de nos communautés, de la société et de l’économie à l’égard des femmes en tant que soignantes primaires et non rémunérées.La pandémie a aussi éclairé sur l’ampleur de ce travail, sa répartition inéquitable et l’injustice économique et sociale qui en résulte pour les femmes, en particulier lorsqu’elles sont mères . Ainsi, avec la fermeture des écoles et des crèches, 2 millions de mères ont quitté le marché de l’emploi en 2020.

Mais de qu’est ce que le Care?

La coalition d’ action Génération Egalité sur la Justice et  Droits économiques  définit le Care comme ‘à la fois un type de travail et l’attachement émotionnel qui y est associé ». Le travail de soins comprend les activités de soins directs, personnels et relationnels, ainsi que les activités de soins indirects qui apportent un soutien aux soins directs, comme la cuisine, le nettoyage ou la collecte d’eau, parfois appelées « travail domestique ».

Le travail de soins non rémunéré est fondamental pour assurer la durabilité de la vie, mais il prend du temps et ce sont les femmes qui en font les frais : il limite leur capacité à générer un revenu et à participer à la prise de décision, ce qui entraîne trop souvent des situations de dépendance financière, des discriminations (par exemple, la « pénalité de maternité »), la pauvreté et l’exclusion.

Que pouvons nous faire?

Les économistes féministes ont proposé le « cadre des 3R » (reconnaître, réduire et redistribuer) pour guider l’élaboration des politiques.

Reconnaitre.

Ce qui n’est pas compté ne compte pas : la reconnaissance commence par des chiffres pour rendre visible le travail de soins non rémunéré. La réalisation d’enquêtes sur l’emploi du temps est une première étape nécessaire à laquelle les États membres se sont engagés dans le cadre de la cible 5.4 des ODD. Mais en 2018, seuls 72 États avaient mené de telles enquêtes au moins une fois. Cet Objectif doit être re-priorisé.

La reconnaissance consiste aussi à changer  récits et  perceptions :

  • Les soins non rémunérés doivent être considérés comme un « travail », un travail indispensable et précieux, qui doit être une responsabilité collective. Les mères et les autres aidants non rémunérés ne doivent pas être considérés comme « inactifs », car ils contribuent au maintien de la société et de l’économie. Cela signifie également qu’il faut adopter une vision plus holistique du « travail », où le travail de soins rémunéré et non rémunéré sont pris en compte, et où leur interrelation et leur interdépendance sont reconnues
  • Le travail d’assistance développe également des compétences, des capacités d’organisation et de vie, qui devraient être valorisées, d’autant plus qu’elles sont demandées sur le marché du travail. En fait, élever et éduquer des enfants ou s’occuper d’un parent dépendant devrait être considéré comme une « expérience professionnelle » et figurer dans les CV.
  • Les politiques de soutien aux parents et aux autres personnes qui s’occupent des enfants doivent être considérées comme des investissements dans le capital humain, et non comme de simples dépenses : nous savons en particulier à quel point les soins nourriciers sont essentiels – même s’ils prennent du temps et sont épuisants – pour le développement de la petite enfance, et à quel point ils sont rentables plus tard dans la vie.

Enfin, la reconnaissance découle de changements politiques concrets qui façonnent également l’opinion publique. Les congés de maternité, de paternité, parentaux et autres congés pour aidants rémunérés, ainsi que les « crédits pour soins » dans le calcul des pensions sont des exemples de ces mesures concrètes. Déconnecter la protection sociale de base de l’emploi formel et la rendre universelle serait un autre moyen concret de reconnaître le travail non rémunéré.

Réduire.

Souvent, le travail de soins non rémunéré compense le manque d’infrastructures publiques de base, notamment l’eau et l’assainissement, l’électricité et d’autres sources d’énergie, les TIC, les transports et l’absence de services publics essentiels tels que les soins de santé et les services de garde. Des infrastructures et  services publics accessibles et abordables doivent être une priorité absolue pour les gouvernements, qui doivent également veiller à ce que les femmes participent à leur développement, afin qu’ils répondent au mieux à leurs besoins et réduisent les tâches domestiques fastidieuses et chronophages. Pareillement, il est essentiel d’investir dans des technologies permettant d’économiser du temps et de la main-d’œuvre, comme les machines à laver.

En même temps, la « réduire » ne doit pas consister à raccourcir le temps que nous passons à nous occuper des gens, en particulier des enfants.

Redistribuer.

Comme il est profitable à tous, le travail de soins non rémunéré doit être redistribué plus équitablement, d’abord entre les hommes et les femmes, mais aussi dans l’ensemble de la société sur la base du principe de corresponsabilité : chaque acteur de la société devrait prendre sa part, y compris les gouvernements, à tous les niveaux, les communautés et le secteur privé.

Remettre en question les stéréotypes de genre et les rôles sociétaux, ainsi que promouvoir un partage plus équitable des responsabilités de soins entre les hommes et les femmes, profite non seulement aux femmes, mais aussi aux hommes, aux enfants et à la société dans son ensemble. Les exemples d’entreprises qui ont mis en œuvre des politiques favorables à la famille pour soutenir les aidants montrent que cela est payant en termes de productivité, de satisfaction et de fidélisation des employés.

Ce cadre des « 3R » est sans aucun doute utile car il fournit des pistes concrètes sur lesquelles les décideurs politiques peuvent agir.

Mais au fond, nous ne faisons que rafistoler nos systèmes économiques et sociaux actuels, qui reposent toujours sur des hypothèses désormais obsolètes (par exemple, le modèle de l’homme soutien de famille). Les femmes se sont efforcées de s’adapter, souvent au détriment de leur santé, en jonglant pour concilier leur travail et leurs responsabilités en matière de soins avec leurs autres vies. Cette logique doit être inversée : nos systèmes doivent être adaptés aux réalités des besoins en matière de soins et de la vie des femmes.

Chez MMM, nous sommes convaincus qu’il faut prendre du recul et avoir une vision d’ensemble. Cela nous amène à envisager deux « R » supplémentaires : Réinventer et Droits.

Re-inventer.

L’économie détermine la façon dont nous organisons les sociétés. Cependant, poussé par le mantra de la croissance du PIB et des profits à court terme, notre système économique actuel non seulement ignore complètement le travail de soins non rémunéré, mais considère ce travail comme une ressource illimitée et gratuite. Et nous pouvons dire exactement la même chose pour notre environnement naturel.

En fait, la plupart des crises majeures auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui – qu’il s’agisse du changement climatique, de la dégradation de l’environnement, de la perte de biodiversité ou de l’accroissement des inégalités – trouvent toutes leur origine dans un système économique qui exploite à la fois les femmes et la nature.

Les objectifs du Millénaire pour le développement ne seront pas atteints si nous ne réinventons pas notre économie, afin qu’elle serve d’abord le bien-être de toutes les personnes et de la planète d’une manière juste et durable – au lieu de prospérer à leurs dépens. Le consensus se fait de plus en plus sur l’inadéquation du PIB en tant que mesure du bien-être et des progrès du développement, et sur l’impératif d’aller « au-delà du PIB ».

Il est désormais urgent de convenir d’un modèle alternatif et de réorienter notre système économique afin de reconnaître, de valoriser et de soutenir le travail d’entraide et de protection de la planète.

Droits.

Le cadre international des droits de l’homme jette les bases d’une vie digne. Il s’agit d’un socle solide sur lequel fonder un nouveau modèle économique.

Néanmoins, si ce cadre reconnaît à la fois les soignants et les bénéficiaires de soins comme des détenteurs de droits, il présente certaines lacunes: il ne reconnaît notamment pas l’interdépendance des droits des bénéficiaires de soins avec ceux des soignants.

Chacun devrait avoir le droit de se soigner et d’être soigné – dans des conditions de soutien et de dignité – avec tous les coûts et avantages équitablement répartis dans la société.

Le moment est donc venu de considérer les soins comme un droit de l’homme – le droit aux soins, le droit d’être soigné et le droit de se soigner.

Cela permettrait d’affirmer la valeur des soins pour la société. Il exigerait également des gouvernements qu’ils garantissent une protection contre la discrimination fondée sur les responsabilités de soins et qu’ils apportent un soutien adéquat à tous les aidants non rémunérés, protégeant ainsi également les droits de toute personne ayant besoin de soins. En particulier, le droit aux soins peut renforcer l’autonomie des mères et contribuer grandement à l’épanouissement des enfants, déclenchant ainsi un cercle vertueux.

L’Amérique latine a une longueur d’avance sur cette direction: l’Engagement de Buenos Aires, adopté lors de la session de novembre 2022 de la Conférence régionale sur les femmes d’Amérique latine et des Caraïbes organisée par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), reconnaît les soins comme un droit.

Selon le Forum économique mondial, au rythme actuel, il faudra 268 ans pour combler le fossé économique entre hommes et femmes – qui est en lien direct avec le creux des soins. Nous avons besoin d’un changement de paradigme et de profonds changements structurels.

Réinventer une économie du bien-être centrée sur le « Care » dans son sens le plus large, et reconnaître le Care comme un droit de l’homme, fournit des pistes concrètes sur lesquelles agir pour accélérer les progrès en matière d’égalité des sexes et de durabilité sociale, et réaliser les promesses des ODD.

Déclaration de MMM à télécharger (avec les références

Le Forum 2023 de Haut Niveau Politique se tiendra du 10 Au 19 Juillet au siège des Nations unies à New York – avec le thème : Accélérer la reprise après la maladie à coronavirus (COVID-19) et la mise en œuvre intégrale du Programme de développement durable à l’horizon 2030 à tous les niveaux.

 

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Retour sur notre conférence « Women at the peace table »

20.06.23

Artisans de la paix dans le monde, ils et elles sont venus du monde entier pour apporter leur voix et leur soutien au message principale de la conférence : il

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Mothers Can-Ramener les mères au travail

13.05.24

MMM travaille sur le projet "Mothers Can - Ramener les mères au travail", un partenariat européen entre six pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Roumanie, Espagne et Grèce). Le projet vise à soutenir l'autono

Lire plus

Rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté en investissant dans les enfants et leurs familles

07.05.24

Make Mothers Matter a participé à la conférence "Investir dans un avenir inclusif et équitable pour l'Europe. Garantie européenne pour l'enfance : de l'engagement à la réalité", organisée dans le cadre

Lire plus

La Déclaration de La Hulpe : une étape positive pour la justice sociale dans l’UE

07.05.24

MMM se félicite de l'adoption récente de la Déclaration de La Hulpe (en anglais), sous la présidence belge. Ce document interinstitutionnel vise à façonner l'agenda social futur de l'Union européenne pou

Lire plus

KISANY rejoint MMM et devient la première entreprise sociale membre du réseau

01.05.24

In celebration of the various international mothers' days in May, we are delighted to welcome KISANY to the MMM network. As strong believers in the vital role of mothers in society and the need to invest in the

Lire plus

Appui à l’équipe de l’UNESCO

30.04.24

Pour renforcer son équipe de plaidoyer à l’UNESCO, Make Mothers Matter recherche un bénévole bilingue Français-Anglais. Il aura notamment en charge de représenter MMM et de porter la voix des mères aup

Lire plus

Chaque mère devrait avoir accès aux soins de longue durée dont elle a besoin et qu’elle mérite

20.04.24

Dans une déclaration commune opportune, Make mothers Matter, ainsi que 16 ONG européennes, ont exhorté les décideurs politiques de l'UE à donner la priorité aux soins de longue durée lors de la prochaine

Lire plus