L’exposition Portrait d’une mère (qui travaille) présentée à Zurich

09.03.20

Journée Internationale de la femme - Après Genève et d'autres lieux, l'exposition s'installe à l'ETH Zurich, la plus prestigieuse université suisse d'ingénierie.

Portrait d’une mère (active) est une exposition de photos résultant d’un projet de recherche photographique interdisciplinaire sur la maternité, la carrière et la mobilité internationale conduit par Marina Cavazza, photographe, et Eglė Kačkutė, universitaire actuellement Professeur associé à l’université de Vilnius et Maitre de conférences adjointe à l’Université de Maynooth en Irlande. Ce travail a notamment été exposé, avec le soutien de MMM, aux Nations Unies de Genève en 2018, avec 27 mères expatriées travaillant à la Genève Internationale.

L’exposition zurichoise s’appuie sur le projet original enrichi de dix autres portraits de mères travaillant à l’ETH. Leur situation particulière a été débattue lors de  l’inauguration le 4 Mars. Comme dans beaucoup de lieux de travail, être une mère (qui travaille), c’est à dire qui doit combiner ses responsabilités familiales avec ses aspirations et obligations professionnelles, est un défi; mais là, il est renforcé par le fait d’être étrangère, d’avoir de grosses responsabilités et de faire partie d’une institution académique prestigieuse.

Tout le portfolio est accessible sur le Site de Marina Cavazza

Ouverture de l’événement le 4 Mars par Sarah Springman, Directrice, ETH Zurich

Analyse de Eglé Kačkutė

 » Dans le projet initial comportant plus de 25 photos et interviews, nous nous sommes beaucoup concentrées sur les obstacles que rencontrent les femmes pour réussir à profiter de leur carrière et de leur vie de famille – en tant que migrantes professionnelles et parents – sur les sacrifices que les gens doivent faire face au mélange des genres, à la migration, la maternité et l’avancement professionnel. Et parce que nous avons travaillé sur la toile de fond du discours « tout avoir », il était évident que personne n’avait tout.

Les dix nouveaux entretiens et portraits réalisés ici, à l’ETH, font apparaître une autre histoire. La même optique de genre, de maternité, de migration et d’avancement professionnel a été utilisée pour produire un effet différent. »

« Cette fois-ci, l’histoire met en lumière ce qui permet aux femmes d’avoir une vie où la famille et la carrière sont possibles, à savoir des partenaires coopératifs, des structures de garde d’enfants et des réseaux de soutien de la famille et des amis. Cette reconnaissance est éloquente dans la mesure où elle souligne le fait que personne ne peut y arriver seul.  Si les structures de soutien ne sont pas en place, les gens ne parviendront pas à maintenir leur carrière / vie professionnelle en parallèle de leur vie familiale »

Discussion – Depuis la gauche Eglé Kackute, Marina Cavazza, Conférencière d honneur Simona Scarpaleggia, Responsable de l’initiative mondiale « L’avenir de notre travail » au sein du groupe INGKA (IKEA), et mères (qui travaillent).

Témoignages de mères

  • « Je ne suis qu’une petite partie d’un réseau fonctionnel et durable d’êtres chers pour lesquels je suis si importante en tant que personne, qu’ils me donnent la liberté de faire ce que je veux. Cela me permet de fixer des priorités et d’être une mère, une partenaire, une amie, une fille, une voisine et une collègue. Dans cette optique, la notion d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée n’a pas de sens si nous nous considérons uniquement comme des individus et oublions le rôle des personnes qui nous entourent. » (Andrea)
  • « La chose la plus difficile pour moi dans le fait d’être mère se situe à un niveau très profond, parce que la façon dont je me définis en tant que femme a changé. Nous faisons partie d’une génération élevée pour réussir professionnellement, entourée de féministes et de femmes indépendantes. Je me sens coupable d’avoir sacrifié ma carrière, et en même temps, je me sens coupable de me sentir ainsi, au lieu de profiter du temps que je passe avec mon enfant. Cette culpabilité est également liée à un manque d’honnêteté sur la maternité dans la société en général. Être mère est très idéalisé – bien sûr, il y a des moments de grand bonheur, mais il y a aussi des moments qui sont vraiment difficiles. »  (Daniela)
  • « J’ai rencontré des femmes qui étaient terrifiées à l’idée même de fonder une famille – par peur de perdre leur projet, par la difficulté de travailler dans un laboratoire pendant la grossesse, ou parce qu’elles n’avaient pas la flexibilité nécessaire pour prendre du temps pour leurs enfants. Les gens ne font pas toujours leurs choix de carrière en gardant ces choses à l’esprit,  souvent ils ne se rendent pas compte que ces problèmes existent jusqu’à ce qu’ils souhaitent fonder une famille. » (Renana)

Le point de vue de notre « envoyé spécial »

Ian Bichelmeier est un jeune architecte de 26 ans qui vit et travaille à Zurich. Il a suivi le panel et pris ces quelques photos de l’évènement pour MMM.

Pour lui, « Les mères – et les pères – ne devraient pas avoir à faire de choix : les lieux de travail devraient être adaptés et organisés de manière à permettre aux parents d’assumer leurs responsabilités en matière de soins. La flexibilité est importante, en outre, les employeurs devraient avoir des règles telles que la tenue de réunions uniquement à des moments qui permettraient aux parents d’aller chercher et déposer leurs enfants à l’école ou à la crèche. »

 

 

Articles les plus lus

Le Care – un contributeur clé à la sécurité et à la paix

17.03.22

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - Par son intervention orale, MMM a réaffirmé la nécessité de reconnaître et de soutenir le travail essentiel, mais souvent non rémunéré, du

Lire plus

Ensemble: partageons le Care, transformons l’avenir

02.07.22

ONU New York, FPHN - Rejoignez-nous le 11 juillet pour une table ronde sur l'importance et la façon de partage le Care à tous les niveaux - famille, communauté, gouvernements

Lire plus

Une mère presque parfaite – Nouvelle série de podcasts avec Isabelle Roskam

26.04.22

Nous avons le plaisir de lancer notre nouvelle série de podcasts "Une mère Presque Parfaite" avec Isabelle Roskam, professeur de psychologie du développement et de la parentalité à l'Université

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

MMM recherche un partenaire académique pour s’associer à notre nouvelle enquête européenne

06.12.22

Nous recherchons un partenaire académique pour une enquête européenne sur des problématiques qui concernent les mères. Les réponses de cette enquête serviront de leviers de changement.

Lire plus

Les enfants au cœur de la Conférence mondiale sur le Développement et la Protection de la Petite Enfance

26.11.22

Suite au Sommet sur la transformation de l'éducation (TES) qui s'est tenu à New York en septembre 2022, la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation et la protection de la petite enfance (WCECCE) a é

Lire plus

La réponse du MMM à la stratégie de l’UE en matière de soins

18.11.22

Dès nos premiers instants sur terre, nous avons tous besoin de soins. Nous en avons lorsque nous sommes très jeunes ou très âgés et si nous souffrons d'une maladie ou d'un handicap. Les personnes qui fourn

Lire plus

Conférence Mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance : MMM promeut une parentalité partagée

03.11.22

Organisée par l'UNESCO, la Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance se tiendra du 14 au 16 novembre à Tachkent, en Ouzbékistan – Nous y serons et y organisons, en colla

Lire plus

Parentalité partagée: vitale pour le développement de la petite enfance et un avenir transformé

04.10.22

A MMM, nous sommes convaincus qu'un partage plus équitable entre les parents du travail invisible que constituent les soins et l'éducation des enfants présente un quadruple avantage : il est essentiel pour l

Lire plus

À la recherche d’un remède pour le SOPK
Le projet SPIOMET4Health

30.09.22

MMM participe à un projet européen, SPIOMET4Health qui vise à fournir un traitement pour le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l'une des principales causes d'infertilité, tout en sensibilisant à la

Lire plus