MMM appelle à investir dans les mères pour favoriser le développement et la justice sociale

27.01.24

ONU New York, Commission du développement social - Dans une déclaration écrite, MMM plaide en faveur de l'investissement dans les mères, soulignant les bénéfices importants en termes d'égalité des sexes et de droits de l'enfant, et en fin de compte, des objectifs de développement durable. Renforcer l'autonomie des mères signifie s'attaquer à leur vulnérabilité spécifique à la pauvreté et à la "pénalité de la maternité", en particulier lorsqu'elles élèvent seules leurs enfants. Cela signifie également reconnaître et soutenir le travail familial non rémunéré qu'elles accomplissent pour élever et éduquer la prochaine génération de travailleurs et de citoyens, un travail qui est indispensable au développement social et économique. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Mother reading a book to her 2 daughters

Commission on Social Development bannerVoici le texte intégral de la déclaration écrite que nous avons soumise en amont de la 62e session de la Commission des Nations unies sur le développement social.

Les mères devraient être au cœur des politiques sociales : les soins et l’éducation qu’elles prodiguent à leurs enfants, auxquels s’ajoutent leurs compétences particulières et leur vision à long terme, font d’elles des partenaires essentiels pour la mise en œuvre des ODD. Si elles sont reconnues, éduquées et soutenues de manière adéquate, les mères peuvent constituer un puissant levier d’action et être de véritables actrices du changement – contribuant ainsi de manière positive à la réalisation du programme de développement 2030.

La lutte des mères et la pénalisation de la maternité

Malheureusement, la maternité a un prix : en raison de la part disproportionnée des soins aux enfants et des responsabilités éducatives et domestiques qu’elles doivent assumer, les mères finissent par jongler entre ce travail non rémunéré d’une part, et des activités génératrices de revenus d’autre part, ou sont simplement dans l’incapacité d’exercer un travail rémunéré.

Les mères se heurtent à des obstacles pour accéder à un travail décent, surtout  lorsqu’elles ont des enfants en bas âge. Selon ONU Femmes, les femmes vivant avec des enfants âgés de 0 à 5 ans ont les taux d’emploi les plus bas par rapport aux pères et aux non-parents. Et lorsqu’elles ont un emploi, les mères travaillent souvent à temps partiel, occupent des emplois moins bien rémunérés et subissent des discriminations en matière de salaire et de promotion : c’est la « pénalité de la maternité ».

En conséquence, trop de mères ont des difficultés financières, une injustice économique qui entraîne non seulement la pauvreté de la mère et de l’enfant, mais qui a également des répercussions sur la santé mentale de la mère – et donc le bien-être de l’enfant.

Les mères célibataires sont particulièrement vulnérables à cet égard et sont surreprésentées dans les statistiques sur la pauvreté. En effet, une mère célibataire n’a pas beaucoup de choix : elle doit assumer l’entière responsabilité du travail non rémunéré de gestion de la maison et d’éducation des enfants, ainsi que le travail rémunéré nécessaire pour générer un revenu. Une étude récente de Gallup montre qu’au cours de l’année écoulée, près de la moitié des mères célibataires dans le monde (44 %) ont eu du mal à se procurer de la nourriture. Et comme si cela ne suffisait pas, dans de nombreuses sociétés, les mères célibataires sont également exclues socialement et stigmatisées en tant que telles, donc de facto exclues de leur communauté et du marché du travail.

Dans tous les pays pour lesquels des statistiques existent et sont comparables, c’est-à-dire la plupart des pays à revenu élevé et moyen supérieur, les ménages monoparentaux avec de jeunes enfants ont des taux de pauvreté plus élevés que les ménages biparentaux avec de jeunes enfants. Les taux et l’ampleur de cette différence dans les taux de pauvreté varient considérablement : Le Luxembourg se distingue avec une différence de 50,4%, suivi par la Tchécoslovaquie (42,4%), le Canada (40,0%) et les États-Unis (37,2%).

Aux États-Unis, le taux de pauvreté officiel des familles avec enfants dirigées par des mères célibataires est de 31,3%, c’est-à-dire beaucoup plus élevé que celui des familles dirigées par un père célibataire (15,5 %) et des couples mariés avec enfants (5,4%). Il est stupéfiant de constater que 37% des mères célibataires qui travaillent ne peuvent rester une semaine sans salaire et subvenir aux besoins financiers de leur famille, tandis que 70% ne peuvent rester plus d’un mois.

À son tour, la pauvreté des mères célibataires affecte leurs enfants, les exposant à un risque plus élevé de mauvais résultats scolaires et de problèmes sociaux et comportementaux, perpétuant ainsi le cercle vicieux de la pauvreté. Par exemple, aux États-Unis, le taux de pauvreté des enfants vivant avec un seul parent (la plupart étant des mères) est de 34,9 %, contre 9,5 % pour les enfants vivant avec ses deux parents.

Les mères célibataires sont également plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé mentale, ce qui rend encore plus difficile l’élaboration de stratégies à long terme pour les aider à sortir de la pauvreté.

Indispensable dans les statistiques pour conduire la politique sociale : rendre visible la part du lion des mères dans les soins non rémunérés et le travail domestique et compter les mères isolées

Malgré la cible 5.4 de l’ODD 5, dont l’indicateur exige des États membres qu’ils mesurent le travail de soins non rémunérés et le travail domestique (le Care), trop de pays n’ont pas encore mené les enquêtes-temps nécessaires. En outre, les enquêtes actuelles ne parviennent souvent pas à ventiler les données en fonction de la composition du ménage et de la maternité. Lorsqu’elles le font, les enquêtes montrent que ce sont les femmes des foyers avec enfants – c’est-à-dire les mères – qui supportent réellement le poids des soins non rémunérés et du travail domestique, en particulier lorsque les enfants sont âgés de moins de 5 ans.

Si la pandémie de Covid-19 a mis en lumière la part disproportionnée du travail non rémunéré des mères dans les soins et l’éducation des enfants et l’impact négatif que cela a sur leur vie professionnelle et leurs finances, des données produites régulièrement sont nécessaires pour orienter l’élaboration des politiques afin de mieux soutenir et corriger ces inégalités.

Une autre étape importante dans le domaine des statistiques consisterait à obtenir des chiffres plus réalistes sur les mères isolées, qui sont en augmentation dans de nombreux pays. Selon ONU Femmes, près de 8 % des ménages sont dirigés par un seul parent et 84 % des ménages monoparentaux sont dirigés par des mères. En chiffres absolus, cela représente 101,3 millions de mères vivant seules avec leurs enfants. Toutefois, ces chiffres cachent d’importantes disparités entre les régions : ils sont beaucoup plus élevés en Afrique subsaharienne (32%) et en Amérique latine (24%). De plus, ces chiffres ne disent pas tout : de nombreuses mères seules vivent dans des familles élargies, ce qui signifie qu’elles ne sont pas comptabilisées en tant que mères seules – et pour la plupart invisibles aux yeux des décideurs politiques. ONU Femmes estime que le nombre réel de mères célibataires est deux fois supérieurs.

Des politiques sociales pour renforcer l’autonomie de toutes les mères

Qu’ils élèvent leurs enfants en couple ou non, les parents ont besoin du soutien des gouvernements et de la société dans son ensemble pour remplir le travail vital de soins et d’éducation de la prochaine génération de travailleurs et de citoyens, en particulier pendant la petite enfance.

Le système des « 3R » – Reconnaître. Réduire. Redistribuer, incarné par la cible 5.4 de l’Agenda 2030, fournit un cadre utile aux décideurs politiques pour aborder la question de la répartition inéquitable des soins non rémunérés et du travail domestique, qui est à l’origine des inégalités entre les sexes, de l’injustice économique et des difficultés des femmes, en particulier lorsqu’elles sont mères.

Il est impératif de reconnaître que le travail familial non rémunéré est fondamental pour assurer la durabilité de la vie, et que c’est un véritable travail – qui prend du temps et requiert des compétences, -qui est vital et doit être fait, et qui profite à tout le monde. Il doit donc être soutenu de manière adéquate et distribué plus équitablement dans la société, chaque partie prenante, y compris le secteur privé, assumant sa part de responsabilité et de coûts.

Concrètement, ce soutien et cette redistribution peuvent être assurés pen donnant aux parents :

  • du temps (congés de maternité, de paternité et parentaux rémunérés correctement)
  • de l’argent (transferts sociaux aux familles avec enfants, crédits de pension aux parents qui s’occupent à plein temps de leurs enfants)
  • et des services (services d’accueil et de garde de qualité pour les enfants et les personnes âgées, centres de santé, éducation parentale, centres maternels/familiaux, établissements d’enseignement et de formation professionnelle, etc.)
Mothers with children in a health center in Cote d'Ivoire

En particulier, l’investissement dans des services de garde d’enfants de qualité a fait ses preuves : une étude menée en 2017 par James J. Heckman,professeur à à l’université de Chicago et lauréat du prix Nobel d’économie, a montré que des services de garde d’enfants de qualité pendant les premières années de la vie peuvent influencer la réussite des mères et des enfants nés dans des milieux défavorisés.

De tels changements politiques concrets façonneraient également l’opinion publique et contribueraient à donner de la visibilité et de la reconnaissance au travail familial non rémunéré. Déconnecter la protection sociale de base de l’emploi formel et la rendre universelle serait un autre moyen de reconnaître le travail non rémunéré.

Outre la formation, l’accès des mères à l’emploi après une pause maternité peut être soutenu par la reconnaissance des compétences qu’elles acquièrent en s’occupant de leurs enfants et en les élevant: celles-ci incluent des compétences organisationnelles et de vie qui sont très demandées dans le monde du travail. La reconnaissance de ces compétences contribuerait à réduire la pénalité liée à la maternité.

Des politiques sociales spécifiques pour les mères seules

Les gouvernements et la société civile doivent adopter des politiques spécifiques et mettre en place des programmes offrant l’assistance, le soutien et les opportunités nécessaires aux parents seules afin que leurs enfants ne soient pas pénalisés ou désavantagés, mais qu’ils puissent mener une vie qui leur permette de se développer avec succès et de réaliser pleinement leur potentiel, contribuant ainsi de manière significative au bien-être général futur de la société.

Étant donné que la plupart des mères célibataires ne peuvent pas sortir de la pauvreté sans un soutien complémentaire adéquat, MMM estime que l’investissement social destiné à aider les mères célibataires est un investissement important dans le capital humain.

Voici quelques exemples de mesures pour soutenir ces efforts :

  • Développer les opportunités d’emploi pour les mères célibataires et faciliter leur accès à un travail décent : outre les politiques visant à stimuler l’emploi (fiscales et monétaires), les programmes de lutte contre la pauvreté devraient également se concentrer sur l’augmentation du financement des programmes sectoriels de formation et d’apprentissage, et sur l’ouverture d’un plus grand nombre de centres locaux pour l’emploi afin de faciliter l’orientation professionnelle et l’accès à l’information sur les offres d’emploi.
  • Promouvoir l’accès des mères célibataires à l’éducation en développant des programmes de formation professionnelle ou en augmentant l’aide financière aux mères elles-mêmes et aux organisations qui se consacrent à l’éducation des mères célibataires. En particulier, il est important de cibler les jeunes mères célibataires qui abandonnent l’école et l’université lorsqu’elles tombent enceintes ; avec 50 % de leurs revenus consacrés au logement, ⅓ à l’éducation de leurs enfants et le reste à l’alimentation, il ne leur reste plus grand-chose pour leur propre éducation.
  • Investir dans des structures d’accueil et de garde de qualité, plus accessibles et plus flexibles, pour chaque parent : un récent rapport de la Banque mondiale souligne le potentiel de transformation des investissements dans les structures d’accueil pour « augmenter l’emploi et la productivité des femmes, créer de nouveaux emplois, améliorer les résultats pour les enfants, stimuler la croissance économique et soutenir une reprise plus résiliente et plus inclusive après la pandémie ».
    Néanmoins, les mères devraient se voir offrir des choix et ne pas être nécessairement poussées à travailler à plein temps au détriment du temps de qualité passé avec leurs enfants. Reconnaître que s’occuper de son propre enfant est un travail vital et aider financièrement les parents à le faire, c’est investir dans le capital humain. Il est également important de proposer diverses options de garde d’enfants pour répondre aux besoins divers des parents, en particulier des mères célibataires.
  • Fournir une protection sociale ciblée par le biais du salaire minimum, de l’accès aux soins de santé ou de l’accès au logement et aux bons d’alimentation : comme la plupart des pays ont des ressources limitées à consacrer aux politiques de protection sociale, il est important de donner la priorité aux populations qui en ont le plus besoin, à commencer par les mères célibataires – même si les systèmes de protection sociale universels doivent rester l’objectif ultime.

Au cours des dernières décennies, l’attitude politique et publique à l’égard des bénéficiaires de l’aide sociale, y compris les mères célibataires avec de jeunes enfants, a évolué, car elles sont encouragées voire poussées à trouver un emploi. Toutefois, il est difficile d’accroître la participation des mères célibataires au marché du travail, car elles doivent combiner travail et garde d’enfants et, souvent, les incitations financières à travailler ne sont pas très fortes.

Travailler simultanément sur les trois fronts – emploi, éducation et garde d’enfants – et ajouter une aide sociale en guise de démarrage aiderait les mères célibataires à assurer une situation plus stable à leurs enfants.

En conclusion

Investir dans les mères, c’est investir dans l’égalité des sexes et dans l’épanouissement des enfants, deux investissements très rentables. En raison de leur vulnérabilité particulière à la pauvreté, les mères célibataires doivent faire l’objet d’un ciblage spécifique.

Plus généralement, les mères jouent un rôle central et indispensable dans le fonctionnement de la société et de l’économie. Leurs contributions vont au-delà des responsabilités traditionnelles de Care et englobent divers aspects du bien-être humain et de la cohésion sociale.

A MMM, nous sommes convaincus que lorsqu’elles sont reconnues, éduquées et soutenues de manière adéquate, les mères sont des leviers essentiels du changement et peuvent jouer un rôle déterminant dans la réalisation des ODD.

Nous appelons donc les États membres à donner la priorité à l’objectif 5.4 de du programme de développement 2030, et à placer les mères – et leur travail familial non rémunéré – au cœur de toutes les politiques.

 

Déclaration de MMM avec les références(en anglais)

Déclaration MMM en document Onusien (E/CN.5/2024/NGO/46 – également en anglais)

La 62ème Commission de l’ONU pour le Développement Social aura lieu du 5 au 14 février 2024 au siège des Nations unies à New York et aura pour thème prioritaire : « Favoriser le développement social et la justice sociale au moyen de politiques sociales afin d’accélérer les progrès dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et d’atteindre l’objectif primordial d’éradication de la pauvreté« .

 

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Retour sur notre conférence « Women at the peace table »

20.06.23

Artisans de la paix dans le monde, ils et elles sont venus du monde entier pour apporter leur voix et leur soutien au message principale de la conférence : il

Lire plus

La reconnaissance du Care en tant que Droit gagne du terrain au niveau mondial – Retour sur la CSW 2023

27.04.23

ONU New York - Cette année, le thème principal de la Commission ONU de la Condition des femmes (CSW) était Innovation, changement technologique, éducation à l'ère numérique pour parvenir à

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

MMM @ Conseil des Droits de l’Homme: soutenir les mères en tant qu’aidantes et éducatrices

26.03.24

UN Geneva - As the 55th session of the Human Rights council wraps up, here is an overview of our contributions to the discussions that took place on a wide range of topics. Our aim with all our interventions wa

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the Status of Women

Lire plus

Be Family® – engager les entreprises à agir en faveur des familles sur le lieu de travail

01.03.24

MMM est heureux d’annoncer le lancement de Be Family®, dont nous sommes membre fondateur.

Lire plus

Une protection sociale inclusive pour la réalisation des droits de l’enfant

01.03.24

UN Geneva, Human Rights Council - - Co-organised with a group of Child Rights organisations, we invite you to join us for this hybrid event which will take place around the HRC's annual day of the rights of the

Lire plus

Notre membre de RDC dénonce l’utilisation des femmes et des filles comme arme de guerre

27.02.24

ONU Genève, Conseil des droits de l'homme - Passy Mubalama, présidente et directrice générale d'Aidprofen, un de nos membres en République Démocratique du Congo, était l'un des quatre orateurs de la soci

Lire plus

Investir dans les Mères pour la justice sociale

20.02.24

C'est officiel. En cette journée mondiale de la justice sociale, nous sommes ravis de vous annoncer que MMM a rejoint la Global Coalition for Social Justice, lancée par l'Organisation Internationale du Travai

Lire plus