MMM met en avant les actions de ses associations membres qui diminuent l’inégalité dans le travail de soin non rémunéré

16.12.21

NU New York - Le Comité des ONG pour le développement Social invite régulièrement ses membres, i.e. des représentants d'ONG internationales accrédités par l' ECOSOC et menant des activités de plaidoyer autour du développement social aux Nations Unies, pour présenter leurs activités sur un sujet particulier et relier ces activités aux réalités vécues parr leurs membres associatifs de terrain .De même un intervenant d'une entité onusienne est invité pour présenter son travail en relation avec le sujet abordé et répondre à la présentation de préambule.

Le 17 Novembre, Jacqueline Leduc, représentante MMM aux NU de New York, a présenté notre travail sur le travail de soin non rémunéré et la façon dont certaines de associations de terrain, entaillent les inégalités qu'il engendre.

Dans la première partie de sa présentation, Jacqueline a expliqué comment la distribution inéquitable du travail de soins familiaux non rémunéré est source d’injustice économique pour les femmes, notamment pour les mères qui font la majorité de ce travail essentiel mais pourtant invisible de maintenir un foyer, de s’occuper des enfants et  autres membres dépendants de la famille. Elle a décrit le cadre des « 3R » que nous utilisons dans notre plaidoyer, c’est-à-dire reconnaître – réduire – redistribuer le travail de soins non rémunéré, pour faire des recommandations politiques aux États membres et aux autres parties prenantes.

Puis Jaqueline a  fait le lien avec les actions de trois de nos associations membres de terrain afin de résoudre les difficultés:

  • La Fondation Awaj  oeuvre pour la protection des droits des travailleurs du secteur du prêt-à-porter (RMG) au Bangladesh, dont la plupart sont des femmes/mères. Awaj signifie son/voix en bengali. En plus de donner une voix aux travailleurs du secteur du RMG, l’organisation soutient les communautés locales et fournit des services et des formations pour autonomiser les femmes. Certains de ces services s’adressent spécifiquement aux mères et les aident à assumer leurs responsabilités non rémunérées en matière de garde d’enfants, de soins de santé de base et de conseils.
  • En Espagne, AFAMMER représente les femmes rurales aux niveaux national et international, en défendant leurs droits et l’égalité des chances. En plus d’assumer la majeure partie des responsabilités non rémunérées en matière de soins, les femmes rurales sont souvent des travailleuses non rémunérées dans l’exploitation de leur mari, ou n’ont tout simplement aucune possibilité d’emploi dans leur région, ce qui les désavantage considérablement sur le plan économique par rapport aux femmes vivant dans les zones urbaines. AFAMMER s’efforce de faire en sorte que les femmes espagnoles vivant dans les zones rurales aient aussi accès aux infrastructures et aux services publics, en particulier ceux qui soutiennent leur travail de soins non rémunéré (par exemple, le transport, les soins de santé, l’éducation, la garde des enfants, etc.) Ses activités comprennent  la formation, l’accès aux technologies numériques et les services qui soutiennent l’autonomisation économique des femmes.
  • En Cote d’Ivoire, AJAD travaille à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants, notamment par une meilleure répartition des responsabilités de soins. AJAD a récemment mené une enquête sur l’implication des pères dans les soins et l’éducation de leurs enfants, et sur les obstacles à une meilleure répartition de cette activité non rémunéré. Depuis toujours, la tradition africaine a défini les rôles des femmes et des hommes de telle manière qu’il serait dégradant pour les hommes d’effectuer des tâches qui ne leur reviennent pas. L’enquête de l’AJAD montre qu’effectivement, les facteurs culturels, les coutumes et traditions et les croyances religieuses sont parmi les principaux facteurs ayant un impact sur l’écart de soins ; mais les influences économiques (chômage, pauvreté…) jouent également un rôle important.

L’enquête menée par AJAD montre que lorsque les mères sont instruites et ont un emploi, c’est-à-dire qu’elles sont économiquement indépendantes, les pères ont tendance à s’impliquer beaucoup plus : les stéréotypes culturels disparaissent, laissant place à des relations plus égales entre les femmes et leurs maris, et à plus de cohésion et d’harmonie au sein de la famille, ce qui favorise un meilleur développement de l’enfant.

Matthieu Cognac, du (Bureau International du Travail (BIT), était le répondant de la présentation de Jacqueline. Il a rappelé comment la pandémie de Covid-19 a non seulement montré l’importance des soins et de l’économie des soins, mais aussi comment elle a exacerbé les inégalités entre les sexes, y compris le « fossé des soins ». Le rapport récemment publié par le Secrétaire général des Nations unies, intitulé « Notre agenda commun », appelle à un investissement à grande échelle dans l’économie du care, qui est également un pilier central du travail de l’OIT à travers son « agenda centré sur l’humain ».

L’OIT publiera bientôt un rapport sur l’économie des soins présentant les données les plus récentes, mais les dernières statistiques disponibles montrent qu’à l’échelle mondiale, 2,1 milliards de personnes ont besoin de soins, soit plus de ¼ de la population mondiale. Sur la base de la dynamique actuelle, ce chiffre de 2,1 milliards devrait augmenter à l’avenir de 200 millions supplémentaires (dont 100 millions de personnes âgées). Étant donné que les femmes effectuent la plus grande partie du travail de soins non rémunéré et rémunéré (environ 76% du travail de soins), lorsque vous vous concentrez sur l’économie des soins, vous vous concentrez sur les femmes et leur capacité à accéder à des emplois décents, ce qui à son tour est lié à l’éradication de la pauvreté.

Selon M. Cognac, sur 184 pays, seuls 77 (42%) respectent les normes minimales en matière de congé de maternité payé. Et sur 167 pays, seuls 57 (39%) offrent un congé légal payé aux pères. Il existe une grande marge d’amélioration dans ce domaine, ainsi qu’en ce qui concerne l’accès universel aux infrastructures et services d’accueil et d’éducation de la petite enfance.

Des politiques efficaces pourraient créer jusqu’à 475 millions d’emplois dans le secteur des soins d’ici 2030. Cela soutiendrait la croissance économique et permettrait à des millions de personnes, notamment des femmes, de sortir de l’informalité et de la pauvreté. Il est toutefois important que ces emplois répondent à des normes de travail décentes afin de se traduire par des services de soins de haute qualité. Nous savons que ces politiques sont efficaces, mais c’est maintenant aux hommes politiques d’aller de l’avant.

Articles les plus lus

Le Care – un contributeur clé à la sécurité et à la paix

17.03.22

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - Par son intervention orale, MMM a réaffirmé la nécessité de reconnaître et de soutenir le travail essentiel, mais souvent non rémunéré, du

Lire plus

Ensemble: partageons le Care, transformons l’avenir

02.07.22

ONU New York, FPHN - Rejoignez-nous le 11 juillet pour une table ronde sur l'importance et la façon de partage le Care à tous les niveaux - famille, communauté, gouvernements

Lire plus

Il est temps de mettre en place des systèmes économiques qui valorisent et soutiennent le Care

22.01.22

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme- La pandémie a mis en évidence l'essentialité du Care pour le bien-être collectif et l'action des parents, et en particulier les mères, pour

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Les enfants au cœur de la Conférence mondiale sur le Développement et la Protection de la protection de la Petite Enfance

26.11.22

Suite au Sommet sur la transformation de l'éducation (TES) qui s'est tenu à New York en septembre 2022, la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation et la protection de la petite enfance (WCECCE) a é

Lire plus

La réponse du MMM à la stratégie de l’UE en matière de soins

18.11.22

Dès nos premiers instants sur terre, nous avons tous besoin de soins. Nous en avons lorsque nous sommes très jeunes ou très âgés et si nous souffrons d'une maladie ou d'un handicap. Les personnes qui fourn

Lire plus

Conférence Mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance : MMM promeut une parentalité partagée

03.11.22

Organisée par l'UNESCO, la Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance se tiendra du 14 au 16 novembre à Tachkent, en Ouzbékistan – Nous y serons et y organisons, en colla

Lire plus

Parentalité partagée: vitale pour le développement de la petite enfance et un avenir transformé

04.10.22

A MMM, nous sommes convaincus qu'un partage plus équitable entre les parents du travail invisible que constituent les soins et l'éducation des enfants présente un quadruple avantage : il est essentiel pour l

Lire plus

À la recherche d’un remède pour le SOPK
Le projet SPIOMET4Health

30.09.22

MMM participe à un projet européen, SPIOMET4Health qui vise à fournir un traitement pour le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l'une des principales causes d'infertilité, tout en sensibilisant à la

Lire plus

MMM appelle à une redéfinition de la notion de « Travail » incluant travail rémunéré et non rémunéré

28.09.22

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM a saisi l'occasion d'une table ronde sur l'avenir du droit au travail dans le contexte du changement climatique pour appeler à une vision plus holistique du " t

Lire plus