Parce que les mères comptent

17.02.23

ONU New York, CSocD61 - Ce sont les mots de conclusion de notre représentante aux Nations Unies à New York devant la Commission des Nations Unies sur le développement social. Elle a demandé à la Commission de réaffirmer l'importance de s'attaquer à la question de la répartition inéquitable des tâches familiales non rémunérées, qui constitue un obstacle majeur à l'accès des mères à un travail décent.

La suite est un extrait de son intervention

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière la question de la répartition inéquitable du travail de soins non rémunéré et la manière dont elle peut constituer un obstacle majeur à l’accès à un travail décent pour les femmes, en particulier lorsqu’elles sont mères.

Elle a également montré combien ce travail est essentiel et fondamental pour le bien-être de tous, ainsi que pour le fonctionnement et l’avenir de notre société et de notre économie. Si l’on estime sa valeur financière, le travail de soins non rémunéré représente entre 10 et 30 % du PIB. Dans certains pays, plus de la moitié des heures de travail totales ne sont pas rémunérées.

La réalisation de la cible 5.4 du programme de développement est une première étape essentielle qui doit être redéfinie en termes de priorités. Mais ce n’est pas suffisant.

A MMM, nous demandons à la Commission de réaffirmer l’importance d’aborder cette question pour progresser dans l’accès et la participation des femmes au marché du travail, et de promouvoir les mesures appropriées – en utilisant le cadre des 3R.

  1. Rendre visible le travail de soins non rémunéré à l’aide des enquêtes sur l’utilisation du temps est une étape nécessaire à laquelle les États membres se sont engagés avec la cible 5.4. Et pourtant, en 2018, seuls 72 États ont réalisé de telles enquêtes. En outre, le travail de soins non rémunéré doit également être reconnu comme un  » travail « , un travail précieux et qualifié, qui soutient notre économie. C’est un investissement dans le capital humain qui mérite d’être pleinement soutenu. Déconnecter la protection sociale minimale, y compris les soins de santé, de l’emploi formel et la rendre universelle est un moyen concret de reconnaître la valeur du travail de soins non rémunéré.
  2. Le travail de soins non rémunéré compense souvent le manque d’infrastructures publiques, notamment l’eau et l’assainissement, l’électricité, l’énergie, les TIC et les transports, et le manque de services publics essentiels comme les soins de santé et les services de soins. L’accessibilité aux infrastructures et services publics doit être une priorité absolue pour les gouvernements, qui doivent également veiller à ce que les femmes participent à leur développement, afin qu’ils répondent au mieux à leurs besoins et réduisent le travail non rémunéré.
  3. Pour combler les lacunes de soins, le travail de soins non rémunéré doit être considéré comme une responsabilité collective, chacun devant assumer sa part, y compris les pouvoirs publics et le secteur privé. Cela signifie qu’il faut mettre en place des politiques visant à promouvoir un partage plus équitable entre les hommes et les femmes, mais aussi des politiques, tant de la part des gouvernements que du secteur privé, visant à soutenir les aidants non rémunérés.

Il est temps d’adopter une vision plus holistique du « travail décent », dans laquelle le travail de soins rémunéré et non rémunéré est pris en compte et leur interrelation et leur interdépendance reconnues. Le droit au travail et sa relation avec les soins en tant que droit – droit aux soins, droit d’être soigné et droit à l’autonomie – doivent être réévalués et les politiques du travail repensées.

Parce que les mères comptent.

Déclaration complète à télécharger

Jacqueline Leduc, notre représentante auprès de l’ONU à New York, a fait cette déclaration orale durant la 61ème Commission des Nations Unies sur le Développement Social (CSocD61), qui s’est tenu du  6 au 15 Février 2023, avec pour thème principal : ‘La création du plein emploi productif et d’un travail décent pour tous comme moyen de surmonter les inégalités afin d’accélérer la reprise après la pandémie de COVID-19 et la pleine mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable »..

Voir aussi:

 

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the

Lire plus

Les mères en première ligne de la réalisation des ODD

13.09.23

Les 18 et 19 septembre 2023, le sommet sur les ODD se tiendra au siège de l'ONU à New York. Nous pensons qu'il est temps de réaffirmer notre engagement collectif

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

Mères veuves : MMM appelle à relever les défis spécifiques auxquels elles sont confrontées

20.06.24

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM a été invitée à participer à un événement parallèle organisé par Widows Rights International pour discuter des problèmes uniques auxquels sont confront

Lire plus

Les équipes MMM se mobilisent pour renforcer le droit à l’éducation

19.06.24

UN Geneva – Une résolution visant à renforcer le droit à l'éducation dans les instruments juridiques internationaux sera négociée au cours de la 56ème session du Conseil des droits de l'Homme , qui s'e

Lire plus

Un nouveau contrat social ne peut ignorer le Care

16.06.24

UN Geneva, 112th International Labour Conference (ILC) – MMM contributed to the discussion on the International Labour Organisation Director General’s report calling for a new social contract.

Lire plus

Mothers Can-Ramener les mères au travail

13.05.24

MMM travaille sur le projet "Mothers Can - Ramener les mères au travail", un partenariat européen entre six pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Roumanie, Espagne et Grèce). Le projet vise à soutenir l'autono

Lire plus

Rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté en investissant dans les enfants et leurs familles

07.05.24

Make Mothers Matter a participé à la conférence "Investir dans un avenir inclusif et équitable pour l'Europe. Garantie européenne pour l'enfance : de l'engagement à la réalité", organisée dans le cadre

Lire plus

La Déclaration de La Hulpe : une étape positive pour la justice sociale dans l’UE

07.05.24

MMM se félicite de l'adoption récente de la Déclaration de La Hulpe (en anglais), sous la présidence belge. Ce document interinstitutionnel vise à façonner l'agenda social futur de l'Union européenne pou

Lire plus