Un « Green Deal » doit inclure un « Care Deal » – la santé mentale maternelle sous les feux de la rampe au Parlement européen

23.11.23

Le 7 novembre, nous avons co-organisé un événement au Parlement européen sur la dépression péripartum avec l'eurodéputée Maria Noichl.

De nombreux intervenants de divers horizons nous ont parlé de l’importance de soutenir les femmes qui présentent des symptômes de dépression avant, pendant et après la grossesse. Bien que l’on sache que les effets négatifs d’une mauvaise santé maternelle sont nombreux, tant pour la mère que pour le bébé, il n’existe actuellement aucune politique au niveau de l’UE qui traite spécifiquement de cette question. Cela dit, lors de l’événement, le projet RiseUp-PPD, dont Make Mothers Matter (MMM) est partenaire, a présenté ses lignes directrices cliniques fondées sur des données probantes et récemment publiées concernant le dépistage et le traitement de la dépression péripartum (DPP) dans toute l’Europe. Ces lignes directrices sont les premières du genre – une grande victoire pour la santé des femmes. RiseUp-PPD (Research Network in Peripartum Depression Disorder) est un réseau de chercheurs et de professionnels financé par le programme COST (Cooperation in Science & Technology) qui vise à combler les lacunes de la recherche sur la dépression péripartum et à accroître la sensibilisation de la société.

  • L’eurodéputée Maria Noichl (S&P) a donné le ton avec ses mots de bienvenue. Députée allemande au Parlement européen depuis 2014, elle est également un membre actif et engagé de la commission parlementaire des droits de la femme et de l’égalité des genres, qui défend les droits des femmes en général. Elle-même mère de famille, Maria Noichl a souligné le besoin urgent d’un « Green Deal » qui inclue également un « Care Deal », avec un accent particulier sur la santé mentale et le bien-être des femmes avant, pendant et après la grossesse. Elle a ajouté que les organisations telles que MMM jouent un rôle très important en défendant ce sujet, en le portant à l’attention des décideurs politiques et en plaidant en sa faveur. Maria a déclaré : « Il s’agit de l’un des travaux les plus importants que nous pouvons et devons accomplir ensemble ».

  • La professeure Ana Ganho Ávila, psychologue clinicienne à l’université de Coimbra, au Portugal, et présidente du projet RiseUp-PPD, a présenté le projet et les lignes directrices récemment publiées par le groupe. Ces lignes directrices s’adressent principalement aux praticiens cliniques afin de les aider à dépister et à traiter la Dépression Post Partum dans la pratique, ainsi qu’à essayer de la prévenir en soutenant mieux les mères pendant ce qui est une période de grands changements et de vulnérabilité accrue. En fait, la grossesse est apparemment le moment où la plupart des femmes entrent en contact avec le système de santé, quels que soient leurs antécédents ou leur accès aux ressources ; il s’agit donc d’une excellente occasion d’intervenir sur leur santé physique et mentale. La prévention n’est pas seulement l’affaire des praticiens cliniques, mais une responsabilité collective à laquelle nous devons tous participer et que nous devons promouvoir au sein de nos communautés. Le plus important, selon le professeur Ganho Ávila, est d’être prêt à avoir des conversations ouvertes et honnêtes sur la santé mentale et, bien sûr, de faire preuve de compassion les uns envers les autres. Les lignes directrices peuvent également être utilisées comme une ressource pour les nouvelles mères et leurs familles afin qu’elles sachent quels sont les « signes d’alerte » à surveiller chez elles et chez les autres. Dans le même ordre d’idées, MMM s’est récemment entretenu avec le professeur Ganho Ávila au sujet de la nécessité urgente de briser le silence sur la santé mentale maternelle et du rôle que nous jouons tous pour y parvenir. Écoutez les conversations ici.
  • La professeure Mariana Moura Ramos travaille également à l’université de Coimbra, au Portugal, en tant que psychologue clinicienne. La professeure Sandra Nakić est psychologue à l’Université catholique de Croatie et vice-présidente de RiseUp-PPD. Ensemble, les professeures Ramos et Nakić ont expliqué plus en détail les lignes directrices cliniques et leur souhait de voir tous les cliniciens qui travaillent avec les mères et leurs familles, se familiariser avec elles et, espérons-le, les adopter dans leur pratique quotidienne. Ils ont fermement appelé les députés européens présents à soutenir les lignes directrices et à les faire circuler dans leurs cercles d’influence, en les établissant comme la référence incontournable pour s’engager dans le travail sur la santé mentale maternelle.
  • Lena Yri Engelsen, Secrétaire générale de l’organisation norvégienne 1001 Days a pour objectif de soutenir la santé mentale maternelle positive et, par conséquent, le développement émotionnel sain du nourrisson au cours des premiers 1 001 jours. L’idée sous-jacente est que les premiers 1 001 jours sont connus comme une période de sensibilité accrue du nourrisson à l’environnement, en particulier à l’attention du soignant principal (dans la plupart des cultures, il s’agit de la mère). Nous savons que lorsque les mères souffrent, leurs bébés en souffrent aussi. Lena a également souligné le fait que les femmes enceintes et les nouvelles mères ne sont pas souvent formellement reconnues comme des groupes vulnérables dans la société et que nous devons œuvrer pour changer cela afin qu’elles soient mieux protégées au sein de nos systèmes de santé, sociaux et légaux. En plus de nous parler de leur travail novateur dans les pays nordiques, Lena a également contribué de manière significative à la conversation en tant que défenseure des patients, elle-même, parlant de son propre vécu lors de l’accouchement et de ce qu’elle a entendu d’autres mères. Il s’agit d’une pièce cruciale du travail de plaidoyer – entendre directement ceux qui ont vécu les phénomènes et peuvent partager leurs perspectives. Un des messages clés de Lena était que : « Vous n’êtes pas une mauvaise mère. Il n’y a rien de mal en vous. Avec la bonne aide, vous retrouverez la normale en un rien de temps. » Grâce au travail du projet 1001 Days, son espoir, tout comme le nôtre, est de fermer un jour l’écart en matière de santé (en santé mentale maternelle) qui touche tant de nouvelles mères et de rendre l’accès aux soins plus accessible, de meilleure qualité et plus centré sur le patient. Elle a ajouté que « si nous ne planifions pas, nous planifions d’échouer pour la prochaine génération« .
  • La professeure Annette Bauer, professeur adjoint et chercheur au « Care Policy and Evaluation Centre de la London School of Economics », nous a expliqué que la mauvaise santé mentale des mères est fortement influencée par divers déterminants sociaux, tels que la discrimination fondée sur le sexe, la violence, le manque de soutien social, le statut socio-économique/la pauvreté, la toxicomanie et les catastrophes naturelles, pour n’en citer que quelques-uns. Nous devrions tenter de nous attaquer également à ces causes sous-jacentes, pour l’amélioration de la société dans son ensemble. La professeure Bauer, une économiste, a également présenté des chiffres surprenants sur l’impact économique de la situation en Europe. Après les avoir vus, nous devrions tous être incités à changer les choses, et ce dès maintenant. La professeure Bauer a par exemple souligné que, en l’absence de traitement, le coût estimé pour l’UE s’élèverait à plus de 8,1 milliards d’euros, dont les ⅔ seraient dus à l’impact à long terme de la santé mentale d’une mère sur celle de son (ses) enfant(s). Selon la professeure Bauer, nous savons, grâce à des cas survenus dans d’autres pays (Royaume-Uni, Afrique du Sud, France, Canada, Italie, Espagne), ce qui est susceptible de fonctionner et d’être rentable ; cependant, dans la plupart des pays européens, nous ne mettons pas ces connaissances à profit. La professeure Bauer a insisté sur le fait que l’UE a la capacité de jouer un rôle de premier plan dans ce domaine, en plaçant nos mères et nos enfants au premier plan. Ce qu’il faut, c’est un plus grand soutien politique et une meilleure allocation des ressources.

  • Dr. Alain Gregoire est consultant en psychiatrie périnatale (mère et bébé) au Royaume-Uni. Il est le fondateur et l’actuel président de l’Alliance mondiale pour la santé mentale maternelle et le fondateur et président de l’Alliance britannique pour la santé mentale maternelle. Dans son appel passionné à l’action, le Dr Grégoire a présenté la santé mentale maternelle comme une « pandémie cachée » à l’échelle de la société. Selon les rapports du Dr Grégoire, la dépression est la principale complication de la maternité. La grossesse et la période postnatale sont les périodes où le risque de maladie mentale grave est le plus élevé de notre vie. Dans de nombreux endroits (même dans des pays développés comme l’UE !), c’est la première cause de décès maternel. Les effets de cette maladie s’étendent également au nourrisson et à l’enfant en développement. Par exemple, si une mère souffre d’anxiété pendant sa grossesse, le risque que l’enfant ait des problèmes émotionnels et comportementaux plus tard est multiplié par deux. Dans une étude présentée par le Dr Gregorie (Pawlby et al., 2009), il a été constaté que les adolescents qui souffraient de dépression à l’âge de 16 ans avaient tous des mères qui avaient déclaré avoir été déprimées pendant ou après leur grossesse. Dans la cohorte des mères qui n’ont pas déclaré de dépression, aucun de leurs adolescents n’en a eu non plus. En d’autres termes, nous savons que l’adversité émotionnelle précoce et la mauvaise santé mentale sont transgénérationnelles. Il est intéressant de noter que, pour les enfants vivant dans la pauvreté, ce ne sont pas les conditions défavorables elles-mêmes qui ont le plus d’impact négatif. Ce sont plutôt les émotions de la mère et l’intériorisation de la pauvreté qui ont un impact négatif sur l’enfant.

Malgré ces faits sombres, le Dr Gregoire a rassemblé tous les éléments en nous assurant qu’il y avait de l’espoir. Cette « pandémie cachée » peut être évitée si l’on prend les bonnes mesures. En tant que membres de la société civile, nous avons tous la responsabilité de nous exprimer et d’exiger que des mesures soient prises et que des changements durables soient apportés. Pour que toutes les femmes, quels que soient les différents déterminants sociaux de la santé, aient facilement accès à des soins maternels de qualité et centrés sur le patient en Europe, le Dr Grégoire a formulé les cinq recommandations suivantes :

  1. Disposer de spécialistes en soins périnataux (avant, pendant et jusqu’à deux ans après la grossesse).
  2. Formation de tous les prestataires de soins, quelle que soit leur spécialité
  3. Communication et coordination entre tous les personnels et services
  4. Affectation appropriée des ressources, y compris financières (c’est ici que les acteurs politiques peuvent avoir le plus d’impact).
  5. Une action à l’échelle européenne pour une plus grande sensibilisation à la santé mentale maternelle et un effort pour réduire la stigmatisation.

En complément, vous trouverez ici l’appel à l’action de MMM sur la santé mentale maternelle.

Dans leurs remarques finales, les eurodéputées Maria Noichl et Radka Maxova (S&P) ont souligné le besoin urgent de reconnaître et d’inclure la santé mentale pendant la période péripartum, et que cela devrait être formalisé dans les lois et les politiques. Les femmes représentant plus de 51,7 % de la population européenne, leur santé – tant physique que mentale – devrait être prise en compte par l’Europe et ses principaux décideurs.

 

La présidente de MMM, Anne-Claire de Liedekerke, a résumé les objectifs de l’événement en déclarant : « Il est nécessaire de travailler avec les chercheurs, les décideurs politiques et la société civile : « Il est nécessaire de collaborer avec les chercheurs, les décideurs politiques et la société civile. Ces résultats peuvent alors conduire à l’élaboration de politiques, à la sensibilisation et à l’introduction de changements dans la vie des mères et de leurs familles ». Après tout, des mères plus heureuses et en meilleure santé signifient des enfants plus heureux et en meilleure santé et, par extension, des communautés dans leur ensemble.

MMM souhaite remercier sincèrement tous les intervenants et tous ceux qui ont participé à l’événement. Nous remercions tout particulièrement l’eurodéputée Maria Noichl d’avoir ouvert les portes du Parlement européen pour discuter de la santé mentale maternelle.

Articles les plus lus

Investir dans les mères est la clé du changement intergénérationnel

13.02.24

ONU New York, CSocD62 - L'intervention de MMM auprès de la Commission du développement social rappelle qu'investir dans les mères à travers la reconnaissance, l'éducation, la protection et un sou

Lire plus

Changeons le discours : Investissons dans les mères

11.03.24

UN New York, CSW68 - Join us for a discussion on changing the narrative in support of mothers - an online parallel event to the 68th UN Commission on the

Lire plus

Les mères en première ligne de la réalisation des ODD

13.09.23

Les 18 et 19 septembre 2023, le sommet sur les ODD se tiendra au siège de l'ONU à New York. Nous pensons qu'il est temps de réaffirmer notre engagement collectif

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

Actualité de la délégation de MMM à l'Union Européenne

Les équipes MMM se mobilisent pour renforcer le droit à l’éducation

19.06.24

UN Geneva – Une résolution visant à renforcer le droit à l'éducation dans les instruments juridiques internationaux sera négociée au cours de la 56ème session du Conseil des droits de l'Homme , qui s'e

Lire plus

Mothers Can-Ramener les mères au travail

13.05.24

MMM travaille sur le projet "Mothers Can - Ramener les mères au travail", un partenariat européen entre six pays (Belgique, Chypre, Allemagne, Roumanie, Espagne et Grèce). Le projet vise à soutenir l'autono

Lire plus

Rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté en investissant dans les enfants et leurs familles

07.05.24

Make Mothers Matter a participé à la conférence "Investir dans un avenir inclusif et équitable pour l'Europe. Garantie européenne pour l'enfance : de l'engagement à la réalité", organisée dans le cadre

Lire plus

La Déclaration de La Hulpe : une étape positive pour la justice sociale dans l’UE

07.05.24

MMM se félicite de l'adoption récente de la Déclaration de La Hulpe (en anglais), sous la présidence belge. Ce document interinstitutionnel vise à façonner l'agenda social futur de l'Union européenne pou

Lire plus

Chaque mère devrait avoir accès aux soins de longue durée dont elle a besoin et qu’elle mérite

20.04.24

Dans une déclaration commune opportune, Make mothers Matter, ainsi que 16 ONG européennes, ont exhorté les décideurs politiques de l'UE à donner la priorité aux soins de longue durée lors de la prochaine

Lire plus

Outils parentaux pour le bien-être mental : rejoignez-nous à Bruxelles pour découvrir les résultats

09.01.24

Le projet "We Learn Everywhere" (WLE) est une initiative pionnière qui a fait des progrès significatifs dans la promotion du bien-être familial par l'éducation et le soutien aux parents et aux enfants à tr

Lire plus