Il est temps de mettre en place des systèmes économiques qui valorisent et soutiennent le Care

22.01.22

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme- La pandémie a mis en évidence l'essentialité du Care pour le bien-être collectif et l'action des parents, et en particulier les mères, pour maintenir ce bien être au sein des familles. Dans une déclaration orale faite lors d'une réunion d'intersession du Conseil, nous avons réitéré notre appel à saisir cette opportunité pour passer à une économie du bien-être - une économie qui donne la priorité au bien-être des personnes et de la planète - avec les soins et l'éducation en son cœur.

Avant la pandémie, les femmes – en particulier les mères – étaient déjà plus représentées dans le travail informel et moins susceptibles d’avoir accès à la protection sociale, moins payées que les hommes et surreprésentées dans les statistiques sur la pauvreté.

La crise n’a fait qu’aggraver leur situation. Mais elle leur a aussi montrer …

  • A quel point les soins sont au cœur de nos vies, et que, qu’il soit rémunéré ou non, ce travail essentiel n’est pas reconnu et valorisé à sa juste valeur dans notre société et notre économie
  • la plupart des tâches familiales non rémunérées incombent aux femmes, et que cette répartition inéquitable est une cause de difficultés économiques et d’injustice,
  • les principales lacunes de la protection sociale et l’inadéquation des systèmes actuels pour reconnaître et soutenir l’économie invisible des soins non rémunérés au sein des familles et des collectivités.

Aujourd’hui nous avons une occasion unique de résoudre ces échecs systémiques. Cela commence par changer les récits et les paradigmes.

Les gouvernements doivent:

  1. Reconnaître le travail de soins non rémunéré comme un travail essentiel et une responsabilité collective, qui profite à l’ensemble de la société à travers les générations et qui sous-tend l’économie.
  2. Considérer la protection sociale universelle pour soutenir les parents et les familles comme un investissement à haut rendement dans les personnes, et non comme une dépense à minimiser.
  3.  Reconnaître que les multiples crises auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui (Covid-19, mais aussi le changement climatique, la dégradation de l’environnement, l’augmentation des inégalités…) sont toutes profondément ancrées dans un système économique qui ne parvient pas à reconnaître, valoriser, protéger et investir dans ce qui est essentiel à notre bien-être – les soins.

Nous devons sortir des discours basés sur la Croissance du PIB an reoriented les économies pour donner la priorité aux bien-être sur le long terme des humains et de la planète. Certains gouvernements (Finlande, Islande, Nouvelle-Zélande, Ecosse et Pays de Galle) s’y engagent. C’est le moment d’une transition vers une  wellbeing economy – avec le Care et l’éducation en son centre.

MMM oral statement for download

Mélanie Nédélec, MMM Representative at the United Nations in Geneva, delivered this statement at the Human Rights Council’s intersessional meeting on 18 January 2022. Part of a series on human rights and the 2030 development agenda, this fourth meeting focused on ‘Investing in sustainable recovery, advancing gender equality and strengthening partnerships – Towards a renewed social contract anchored in human rights’. 

See also

 

Articles les plus lus

Le Care – un contributeur clé à la sécurité et à la paix

17.03.22

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - Par son intervention orale, MMM a réaffirmé la nécessité de reconnaître et de soutenir le travail essentiel, mais souvent non rémunéré, du

Lire plus

Ensemble: partageons le Care, transformons l’avenir

02.07.22

ONU New York, FPHN - Rejoignez-nous le 11 juillet pour une table ronde sur l'importance et la façon de partage le Care à tous les niveaux - famille, communauté, gouvernements

Lire plus

Une mère presque parfaite – Nouvelle série de podcasts avec Isabelle Roskam

26.04.22

Nous avons le plaisir de lancer notre nouvelle série de podcasts "Une mère Presque Parfaite" avec Isabelle Roskam, professeur de psychologie du développement et de la parentalité à l'Université

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

L’actualité de MMM et de son réseau

MMM recherche un partenaire académique pour s’associer à notre nouvelle enquête européenne

06.12.22

Nous recherchons un partenaire académique pour une enquête européenne sur des problématiques qui concernent les mères. Les réponses de cette enquête serviront de leviers de changement.

Lire plus

Les enfants au cœur de la Conférence mondiale sur le Développement et la Protection de la Petite Enfance

26.11.22

Suite au Sommet sur la transformation de l'éducation (TES) qui s'est tenu à New York en septembre 2022, la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation et la protection de la petite enfance (WCECCE) a é

Lire plus

La réponse du MMM à la stratégie de l’UE en matière de soins

18.11.22

Dès nos premiers instants sur terre, nous avons tous besoin de soins. Nous en avons lorsque nous sommes très jeunes ou très âgés et si nous souffrons d'une maladie ou d'un handicap. Les personnes qui fourn

Lire plus

Conférence Mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance : MMM promeut une parentalité partagée

03.11.22

Organisée par l'UNESCO, la Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance se tiendra du 14 au 16 novembre à Tachkent, en Ouzbékistan – Nous y serons et y organisons, en colla

Lire plus

Parentalité partagée: vitale pour le développement de la petite enfance et un avenir transformé

04.10.22

A MMM, nous sommes convaincus qu'un partage plus équitable entre les parents du travail invisible que constituent les soins et l'éducation des enfants présente un quadruple avantage : il est essentiel pour l

Lire plus

À la recherche d’un remède pour le SOPK
Le projet SPIOMET4Health

30.09.22

MMM participe à un projet européen, SPIOMET4Health qui vise à fournir un traitement pour le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l'une des principales causes d'infertilité, tout en sensibilisant à la

Lire plus