La protection de la maternité et la réduction du manque de soins doivent faire partie de toute politique de protection sociale visant à autonomiser les femmes

01.04.19

NU New York – Tel était le message principal de MMM lors d'une table ronde organisée en parallèle de la 63ème Commission de la condition de la Femme des Nations Unies (CSW63).

Organisé par la Coalition pour la citoyenneté mondiale 2030 et Soroptimist International, cet événement a eu lieu le 22 mars à l’Armée du Salut à New York. Son objectif principal était d’explorer la façon dont les principes fondamentaux de la citoyenneté mondiale pourraient également s’appliquer, et faciliter l’accès aux infrastructures et aux services publics et à la protection sociale des femmes et des filles.

L’intervention de Pascale Restuccia, notre représentante aux Nations Unies à New York, a mis l’accent sur les politiques de protection sociale les plus pertinentes pour les mères – c’est-à-dire qui répondent aux besoins spécifiques des mères en matière de santé et de sécurité du revenu, ainsi que sur la problématique de la répartition inégale du « care ».

Santé maternelle et protection de la maternité

L’exemple des États-Unis, où la mortalité maternelle a augmenté, montre l’importance des mesures de protection sociale pour les mères, qui ont fait leurs preuves dans de nombreux pays:

  • Protection de la maternité, incluant les congés de maternité et la sécurité financière pendant la période autour de a naissance
  • Accès à des soins de qualité, incluant des soins psychologiques, avec des consultations prénatales et postnatales pour informer et identifier les situations à haut risque.

Dans un récent rapport sur la protection sociale, l’Organisation Internationale du Travail a souligné que la protection de la maternité est un « élément clé des politiques de transformation inscrites à l’agenda 2030 qui est essentiel à la réalisation de nombreux ODD ». Pourtant, dans le monde, seules 41,1% des mères de nouveau-nés perçoivent une allocation de maternité–et seulement 15,8% en Afrique.

La santé est la pierre angulaire du développement humain et un droit fondamental. Les soins sont particulièrement cruciaux pour les femmes enceintes et autour de l’accouchement, car ils peuvent faire la différence entre la vie et la mort, à la fois pour la mère et pour l’enfant.

Des services de santé de qualité sont également essentiels au cours des premiers mois de la vie pour maximiser les chances de survie et de développement sain des enfants. La protection sociale devrait aller au-delà des soins de santé essentiels, en aidant les parents, en particulier les mères en situation de vulnérabilité, pour que chaque enfant reçoive les soins qui lui permettront de se développer pleinement et de faire la différence pour son avenir.

L’Infrastructure de santé comprenant des centres de santé et des professionnels de la santé qualifiés offrant des services de santé maternelle et infantile de haute qualité et accessibles à tous – par exemple, couverture sanitaire universelle – est un élément fondamental de la protection sociale. La santé doit également être considérée comme l’un des meilleurs investissements qu’un pays puisse faire, tant pour l’autonomisation des femmes que pour le développement des enfants.

Exemple de bonne pratique: la Protection Maternelle et Infantile (PMI) en France

Créée en 1945, la PMI est une institution gouvernementale à vocation socio-médicale. Destinée à réduire la mortalité maternelle et infantile au lendemain de la guerre, elle est devenue depuis un pilier du bien-être de la mère et de l’enfant.

La PMI est axée sur la prévention et le dépistage chez les femmes et les nourrissons, ainsi que sur la formation des éducateurs et la gestion des structures d’accueil. Près de 20% des futures mères et des enfants de moins de six ans sont suivis par un professionnel dans l’un des 4 600 centres du pays. Gratuit et accessible à tous, la PMI cible particulièrement les plus démunis:

  • Pendant la grossesse, les futures mères bénéficient de dépistages et d’une surveillance médicale
  • Après l’accouchement, des visites à domicile sont prévues si un problème est soulevé par des travailleurs sociaux
  • Les enfants sont vaccinés et dépistés pour des maladies ou des handicaps courants
  • Les discussions sur l’éducation et le développement de l’enfant aident les nouveaux parents à renforcer leurs capacités
  • La formation et l’encadrement des éducatrices, souvent des mères elles-mêmes, leur permettent de gagner leur vie et assurent en même temps des soins de qualité.

La PMI a également une mission importante de collecte de données, très utile pour la veille de la santé publique.

Care Gap

Le travail familial non rémunéré comprend l’essentiel du travail et des responsabilités consistant à entretenir le ménage, éduquer les enfants, nourrir et soigner les membres de la famille. Dans les ménages ruraux pauvres, le travail des femmes est également dominé par des activités chronophages, telles que la collecte d’eau et du bois de chauffage. Cette part importante du travail familial non rémunéré entraîne la « pauvreté de temps » des femmes et limite considérablement leur capacité à exercer d’autres activités génératrices de revenus.

Selon ONU Femmes, les femmes effectuent plus des deux tiers de ce travail de soins non rémunéré. Et dans certains pays, les femmes consacrent jusqu’à 10 fois plus de temps que les hommes à ce travail essentiel.

S’attaquer à la répartition inéquitable des tâches familiales non rémunérées, à savoir le « Care gap », devrait faire partie de toute politique de protection sociale visant à autonomiser les femmes.

Les investissements dans les infrastructures et les services publics doivent viser à réduire le temps consacré par les femmes aux tâches ménagères et aux travaux ménagers non rémunérés. Des infrastructures essentielles sont nécessaires, notamment l’énergie propre, l’eau propre et l’assainissement, mais aussi les transports, les communications mobiles et services d’information.

Entre autres recommandations, nous pensons aussi à MMM que tous les gouvernements doivent garantir une pension minimale ou prendre en compte les périodes où des mères (ou les pères) ont cessé de travailler pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs proches dans le calcul de leur pension de retraite (« care credits »)

Dans de nombreux pays du monde, les mères et les enfants ont besoin de plus, non pas de moins, de protection sociale.

 

Articles les plus lus

Conférence internationale #Mothers4Peace – 3-4 mai 2018, Casablanca, Maroc

03.05.18

Les mères, au cœur du changement pour une culture de paix. Exemples impliquant les mères aux niveaux familial, communautaire, national, international.

Lire plus

Conférence Mothers4Peace : la présidente de MMM interviewée sur Atlantic Radio Maroc

17.03.18

Casablanca, Maroc - Anne-Claire de Liedekerke, Présidente de MMM, a été interviewée à propos de la conférence "Mothers4Peace" - Les mères actrices de changement pour une culture de paix -

Lire plus

« Mères pour la paix » – La présidente de MMM interviewée par le magazine « Femmes du Maroc »

21.03.18

Mothers4Peace : le rôle essentiel des mères comme agent de changement pour une culture de paix - Anne-Claire de Liedekerke explique le thème de la conférence internationale organisé par MMM

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

Latest News from MMM @ the UN

Sensibiliser les parents, et la société dans son ensemble, sur le développement de la petite enfance.

09.07.19

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme - MMM a saisi l'occasion d'une discussion générale sur les droits de l'homme pour réaffirmer le droit des enfants au plein épanouissement, ainsi que l'importance d

Lire plus

Les mères ne sont pas seulement victimes du changement climatique – Elles apportent aussi des solutions novatrices spécifiques

02.07.19

Genève ONU, Conseil des Droits de l'Homme-MMM appelle au soutien et à la reconnaissance des compétences et de la contribution des femmes dans leurs multiples rôles, notamment dans l'éducation au développe

Lire plus

Les entreprises doivent s’attaquer au  » plafond de mère  » et à sa cause profonde : la distribution inégale du travail familial non rémunéré

30.06.19

ONU Genève, Conseil des Droits de l'Homme -Dans une déclaration orale au conseil, MMM a appelé les entreprises à promouvoir un partage plus équitable des responsabilités familiales et du travail non rému

Lire plus

La dépression maternelle et le burnout doivent être reconnus et combattus – également pour le bien des nouveau-nés

27.06.19

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - MMM a profité de la discussion sur le droit à la santé mentale pour attirer l'attention sur les problèmes psychologiques des mères dans le monde.

Lire plus

Les parents doivent être impliqués dans la mise en oeuvre des droits de l’enfants

17.05.19

ONU Genève - Les parents (ou tuteurs légaux) et les familles ont été relativement absents des discussions sur les droits de l'enfant. MMM, dans sa réponse à une consultation du Comité des droits de l'enf

Lire plus

La protection de la maternité et la réduction du manque de soins doivent faire partie de toute politique de protection sociale visant à autonomiser les femmes

01.04.19

NU New York – Tel était le message principal de MMM lors d'une table ronde organisée en parallèle de la 63ème Commission de la condition de la Femme des Nations Unies (CSW63).

Lire plus