La protection de la maternité et la réduction du manque de soins doivent faire partie de toute politique de protection sociale visant à autonomiser les femmes

01.04.19

NU New York – Tel était le message principal de MMM lors d'une table ronde organisée en parallèle de la 63ème Commission de la condition de la Femme des Nations Unies (CSW63).

Organisé par la Coalition pour la citoyenneté mondiale 2030 et Soroptimist International, cet événement a eu lieu le 22 mars à l’Armée du Salut à New York. Son objectif principal était d’explorer la façon dont les principes fondamentaux de la citoyenneté mondiale pourraient également s’appliquer, et faciliter l’accès aux infrastructures et aux services publics et à la protection sociale des femmes et des filles.

L’intervention de Pascale Restuccia, notre représentante aux Nations Unies à New York, a mis l’accent sur les politiques de protection sociale les plus pertinentes pour les mères – c’est-à-dire qui répondent aux besoins spécifiques des mères en matière de santé et de sécurité du revenu, ainsi que sur la problématique de la répartition inégale du « care ».

Santé maternelle et protection de la maternité

L’exemple des États-Unis, où la mortalité maternelle a augmenté, montre l’importance des mesures de protection sociale pour les mères, qui ont fait leurs preuves dans de nombreux pays:

  • Protection de la maternité, incluant les congés de maternité et la sécurité financière pendant la période autour de a naissance
  • Accès à des soins de qualité, incluant des soins psychologiques, avec des consultations prénatales et postnatales pour informer et identifier les situations à haut risque.

Dans un récent rapport sur la protection sociale, l’Organisation Internationale du Travail a souligné que la protection de la maternité est un « élément clé des politiques de transformation inscrites à l’agenda 2030 qui est essentiel à la réalisation de nombreux ODD ». Pourtant, dans le monde, seules 41,1% des mères de nouveau-nés perçoivent une allocation de maternité–et seulement 15,8% en Afrique.

La santé est la pierre angulaire du développement humain et un droit fondamental. Les soins sont particulièrement cruciaux pour les femmes enceintes et autour de l’accouchement, car ils peuvent faire la différence entre la vie et la mort, à la fois pour la mère et pour l’enfant.

Des services de santé de qualité sont également essentiels au cours des premiers mois de la vie pour maximiser les chances de survie et de développement sain des enfants. La protection sociale devrait aller au-delà des soins de santé essentiels, en aidant les parents, en particulier les mères en situation de vulnérabilité, pour que chaque enfant reçoive les soins qui lui permettront de se développer pleinement et de faire la différence pour son avenir.

L’Infrastructure de santé comprenant des centres de santé et des professionnels de la santé qualifiés offrant des services de santé maternelle et infantile de haute qualité et accessibles à tous – par exemple, couverture sanitaire universelle – est un élément fondamental de la protection sociale. La santé doit également être considérée comme l’un des meilleurs investissements qu’un pays puisse faire, tant pour l’autonomisation des femmes que pour le développement des enfants.

Exemple de bonne pratique: la Protection Maternelle et Infantile (PMI) en France

Créée en 1945, la PMI est une institution gouvernementale à vocation socio-médicale. Destinée à réduire la mortalité maternelle et infantile au lendemain de la guerre, elle est devenue depuis un pilier du bien-être de la mère et de l’enfant.

La PMI est axée sur la prévention et le dépistage chez les femmes et les nourrissons, ainsi que sur la formation des éducateurs et la gestion des structures d’accueil. Près de 20% des futures mères et des enfants de moins de six ans sont suivis par un professionnel dans l’un des 4 600 centres du pays. Gratuit et accessible à tous, la PMI cible particulièrement les plus démunis:

  • Pendant la grossesse, les futures mères bénéficient de dépistages et d’une surveillance médicale
  • Après l’accouchement, des visites à domicile sont prévues si un problème est soulevé par des travailleurs sociaux
  • Les enfants sont vaccinés et dépistés pour des maladies ou des handicaps courants
  • Les discussions sur l’éducation et le développement de l’enfant aident les nouveaux parents à renforcer leurs capacités
  • La formation et l’encadrement des éducatrices, souvent des mères elles-mêmes, leur permettent de gagner leur vie et assurent en même temps des soins de qualité.

La PMI a également une mission importante de collecte de données, très utile pour la veille de la santé publique.

Care Gap

Le travail familial non rémunéré comprend l’essentiel du travail et des responsabilités consistant à entretenir le ménage, éduquer les enfants, nourrir et soigner les membres de la famille. Dans les ménages ruraux pauvres, le travail des femmes est également dominé par des activités chronophages, telles que la collecte d’eau et du bois de chauffage. Cette part importante du travail familial non rémunéré entraîne la « pauvreté de temps » des femmes et limite considérablement leur capacité à exercer d’autres activités génératrices de revenus.

Selon ONU Femmes, les femmes effectuent plus des deux tiers de ce travail de soins non rémunéré. Et dans certains pays, les femmes consacrent jusqu’à 10 fois plus de temps que les hommes à ce travail essentiel.

S’attaquer à la répartition inéquitable des tâches familiales non rémunérées, à savoir le « Care gap », devrait faire partie de toute politique de protection sociale visant à autonomiser les femmes.

Les investissements dans les infrastructures et les services publics doivent viser à réduire le temps consacré par les femmes aux tâches ménagères et aux travaux ménagers non rémunérés. Des infrastructures essentielles sont nécessaires, notamment l’énergie propre, l’eau propre et l’assainissement, mais aussi les transports, les communications mobiles et services d’information.

Entre autres recommandations, nous pensons aussi à MMM que tous les gouvernements doivent garantir une pension minimale ou prendre en compte les périodes où des mères (ou les pères) ont cessé de travailler pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs proches dans le calcul de leur pension de retraite (« care credits »)

Dans de nombreux pays du monde, les mères et les enfants ont besoin de plus, non pas de moins, de protection sociale.

 

Articles les plus lus

Visages afghans et voix du courage

21.09.21

Le 15 Aout dernier a vu l'effondrement du gouvernement afghan et le retour au pouvoir des talibans. Au sein de Make Mothers Matter, comme la plupart des gens, nous avons

Lire plus

Le travail du Care non rémunéré est un travail: il doit être reconnu et soutenu par notre système économique

19.07.21

Comment changer la perception du travail de care, sa valorisation sociale et économique? Cette première étape est nécessaire pour un changement systémique et pour plus de justice sociale pour les

Lire plus

Les mères françaises seront-elles écoutées?

21.09.21

Pour plaider les besoins et les attentes des mères en lien avec la prochaine réforme du gouvernement français sur les #1000premiersjours de l'enfant, MMM France a tenu à les entendre

Lire plus
Voir tous les articlesde la catégorie

Latest News from MMM @ the UN

Racisme autour de la naissance

18.06.22

ONU Genève - A l’occasion d’une consultation sur le Racisme et le droit à la santé, MMM dénonce le racisme systémique contre les mères dans les pays développés, à travers deux indicateurs : la mort

Lire plus

Travail de soins non rémunéré et maternité: MMM demande à l’OIT de modifier son approche de l’emploi

30.05.22

Conférence Internationale du Travail, Genève – Pour réparer l'injustice économique dont souffrent de nombreuses mères en raison de leurs responsabilités familiales (le "Care"), MMM a appelé à une nouv

Lire plus

Favoriser la réalisation de tous les ODD en priorisant la cible 5.4 de l’ODD 5, et reconnaître le travail des mères

09.05.22

ONU New York, FHNP - Parmi les Objectifs de Développement Durable, la cible 5.4 appelle à la reconnaissance, la réduction et la redistribution de travail de soins familiaux non rémunérés que constituent l

Lire plus

Résilience et changements systémiques sont indispensables pour avoir des aliments sains sur toutes les tables

28.03.22

ONU New York, Commission de la condition de la femme - Lors d'un événement co-organisé en marge de la CSW66, nos intervenants ont réaffirmé les conséquences néfastes du changement climatique sur la sécu

Lire plus

Le Care – un contributeur clé à la sécurité et à la paix

17.03.22

ONU Genève, Conseil des droits de l'Homme - Par son intervention orale, MMM a réaffirmé la nécessité de reconnaître et de soutenir le travail essentiel, mais souvent non rémunéré, du Care, en tant que

Lire plus

Appel à la fin des violations systématiques des droits Humain des mères autochtones

03.03.22

OUN Genève, Conseil des droits de l'Homme - Notre membre associé, EDO Group, était l'une des quatre organisations de la société civile ayant pu bénéficier d'un temps de parole à l'occasion du segment de

Lire plus